Pré-Code

(Redirigé depuis Pré-code)

L’ère du cinéma appelée Pré-Code (1929-1934) correspond aux films tournés aux Etats-Unis entre le krach de Wall Street de 1929 et la nomination de Joseph I. Breen, en , à la direction de la Motion Picture Producers and Distributors of America (MPPDA). Breen mit en application le code Hays, un code de censure morale dont le texte fut sans cesse enrichi à partir de 1922, année de la création de l'organisation.

HistoireModifier

La période Pré-code est une période durant laquelle les films montrent plus de sexualité et plus de violence, l'objectif est de supporter voire de relancer l'attrait du public face à ce divertissement, après les bouleversements économiques générés par la crise boursière. L'intérêt n'est autre qu'économique.

Le code original a été co-écrit par Martin Quigley, un éditeur catholique et par le père Daniel A. Lord, un prêtre jésuite. Il est officiellement adopté en 1934. Il est cependant majoritairement ignoré car beaucoup le trouvent trop censeur ; son rejet est en partie dû à l'esprit libertin des années 1920 et 1930.

Les films des années 1920 et du début des années 1930 reflétaient de manière réaliste et souvent crue pour l’époque la misère sociale (pauvreté, prostitution, femmes ou hommes entretenus), les violences sexuelles (femmes harcelées, battues, violées, souvent représentées comme des proies sexuelles), les conditions de vie des parias (bagnards, hobos), la corruption de la société et du monde du spectacle en particulier (femmes couchant pour réussir), des crimes volontiers impunis et une certaine licence morale libertaire, notamment à l'égard de l'adultère.

Ces films pré-code pouvaient inclure des actes sexuels suggérés qu'il s'agisse de rapports consentis, monnayés ou de viols, des références à l'homosexualité ou au métissage racial, la consommation et le trafic de stupéfiants ou encore à l'avortement. Les actrices montraient leurs jambes et jouaient sans pudeur apparente, vêtues de lingerie transparente ou de voiles diaphanes, voire nues avec un minimum de dissimulation, laissant parfois apercevoir un sein. Violence et cruauté étaient également représentées de manière explicite.

Or en , les recettes des films s'effondrent, notamment à cause des pressions des ligues de vertus combinées aux effets de la Grande Dépression. L'ère du Pré-Code s’achève ainsi avec l'établissement d'un bureau spécial (Hays Office), qui lit tous les scripts et les accepte comme valides s'ils respectent le nouveau code[1].

RéférenceModifier

Lien externeModifier