Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zurbriggen.

Pirmin Zurbriggen
Image illustrative de l’article Pirmin Zurbriggen
Pirmin Zurbriggen en 2014.
Contexte général
Sport ski alpin
Période active 1981-1990
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance (56 ans)
Lieu de naissance Saas-Almagell (Suisse)
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 1 0 1
Championnats du monde 4 4 1
Coupe du monde (globes) 15 6 3
Coupe du monde (épreuves) 40 26 17

Pirmin Zurbriggen, né le à Saas-Almagell (Valais), est un skieur alpin suisse. Champion olympique de descente en 1988 et quatre fois champion du monde en descente, combiné et super-G, il s'est imposé dans toutes les disciplines en Coupe du monde de ski alpin. Seuls Marc Girardelli, Günther Mader, Kjetil André Aamodt et Bode Miller, ont réalisé cet exploit chez les hommes.

Pirmin Zurbriggen a remporté à quatre reprises le classement général de la Coupe du monde de ski alpin entre 1984 et 1990, terminant durant la même période trois fois deuxième derrière son principal adversaire, Marc Girardelli. Il s'est retiré du cirque blanc après sa quatrième victoire au classement général de la Coupe du monde en 1990 à seulement 27 ans, fort d'un palmarès complet.

Le titre de sportif suisse de l'année lui a été décerné en 1985.

Sommaire

BiographieModifier

Sa sœur Heidi et son cousin éloigné Silvan Zurbriggen étaient également skieurs alpins.

1981-1983 : premières victoires et choix de la polyvalenceModifier

Pirmin Zurbriggen est né le dans la petite commune suisse de Saas-Almagell située dans le canton du Valais. Skieur très prometteur dans les catégories de jeunes, Zurbriggen fait ses débuts en Coupe du monde à l'âge de 18 ans en 1981. Engagé sur plusieurs géants, il y réalise plusieurs top 10 (6e à Furano et Adelboden et 7e à Morzine). Le jeune Suisse termine 17e du classement final du géant et 31e au classement général.

L'année suivante marque la réelle éclosion de Zurbriggen au niveau mondial. Performant en géant et en combiné, le jeune Suisse de 19 ans ne quitte pas le top 10 de la saison en géant et signe ses premiers podiums parmi lesquels ses deux premières victoires lors du combiné de Wengen[1] et du géant de San Sicario[2] lors duquel il devance son futur grand rival luxembourgeois Marc Girardelli. Zurbriggen termine la saison en 6e position du classement du géant et 11e du classement général.

Fort de cette saison pleine qui lui donne du crédit aux yeux des sélectionneurs suisses, Pirmin Zurbriggen décide en vue de la saison 1982-1983 de profiter de l'arrivée d'une nouvelle discipline, le super-G pour axer sa préparation physique sur la polyvalence avec pour but principal de jouer le classement général dans le futur et de succéder ainsi à Peter Lüscher seul Suisse vainqueur du gros globe de cristal en 1979. Zurbriggen réalise une saison complète occupant un temps la tête du classement général, remportant deux victoires lors du combiné de Madonna di Campiglio et du géant d'Adelboden[3] en janvier et signant ses premiers podiums en vitesse notamment lors du premier super-G de l'histoire disputé à Val-d'Isère qu'il termine 3e et qui voit finir cinq Suisses aux cinq premières places, une première en Coupe du monde[4]. Zurbriggen ajoute deux autres podiums en super-G à Madonna di Campiglio[5] et Garmisch. Auteur de performances intéressantes en descente, la seule ombre venant de ses nombreux abandons en slalom qui n'entache pas cependant le bon bilan de la saison qui le voit finir 3e et 4e des classements du combiné et du géant/super-G et à la 6e place du classement général dominé par l'Américain Phil Mahre.

1983-1984 : premier sacre au classement généralModifier

Porté par la confiance d'une saison précédente réussie, Zurbriggen très motivé en année olympique explose lors de la saison 1983-1984. Au sommet de la polyvalence, le jeune Suisse marque des gros points dans toutes les disciplines. Auteur d'un début de saison qui le voit enchaîner les podiums dont sa première victoire en super-G à Val Gardena, Zurbriggen en tête du classement général à l'issue du mois de décembre devient peu à peu le fer de lance d'une équipe suisse redoutable enchaînant les succès qui en plus d'inquiéter les rivaux, inquiète les suisses eux-mêmes au point de se demander si ce niveau de forme durera jusqu'au jeux olympiques[6]. Des questions qui n'empêchent pas Zurbriggen de creuser l'écart au classement général lors d'un mois de janvier fructueux qui le voit signer quatre nouveaux podiums dont une victoire en combiné a Garmisch. Cette période est aussi marquée par les progrès en descente du suisse. Une discipline dans laquelle il ne quitte pas le top 10 (4e à Kitzbühel, 6e a Wengen et Garmisch).

Zurbriggen aborde en février ses premiers jeux olympiques disputés à Sarajevo en position de leader au classement général talonné de seulement 8 points par le Suédois Ingemar Stenmark très régulier dans les disciplines techniques[7]. Zurbriggen débute par une élimination précoce lors du slalom géant dominé par son compatriote Max Julen dont il faisait pourtant figure d'outsider[8]. Aisément qualifié pour la descente olympique à l'issue d'entraînements impressionnants[9], Zurbriggen fait office de favori au même titre que l'Américain Bill Johnson[10] et pourtant le Suisse déçoit en terminant 4e d'une course dominée par Johnson. Zurbriggen conclut ses Jeux par une élimination en slalom[11].

Marqué par cet échec, Zurbriggen, conscient de ce qu'il peut gagner en fin de saison, décide de vite se remobiliser en vue du classement général. Engagé sur la tournée américaine, le Suisse prend l'ascendant réalisant trois podiums en cinq courses parmi lesquels sa huitième victoire en Coupe du monde lors du géant d'Aspen et son premier podium en descente à Whistler Mountain[12]. Il parachève son succès final dès le week-end suivant en finissant 6e du géant de Åre[13] et conclut en apothéose par sa quatrième victoire de la saison en super-G à Oppdal[14]. Auteur de douze podiums dans la saison, Zurbriggen devient à 21 ans le deuxième Suisse vainqueur du classement général. Performance réalisée sans avoir gagné le globe de cristal dans l'une des quatre disciplines du ski alpin: il doit notamment s’incliner en slalom géant, battu sur le fil par le Suédois Ingemar Stenmark[15].

1984-1988 : rivalité avec Marc GirardelliModifier

La saison 1984-1985 marque le début d'une rivalité intense entre Zurbriggen et le Luxembourgeois Marc Girardelli. Cette rivalité dure cinq ans et marque l'histoire du ski alpin. En effet les deux skieurs aux styles et caractères opposés sont de grands polyvalents et se livrent en début de saison un duel remarquable. Si Girardelli remporte 7 succès en slalom (4), géant (1) et super-G (2), Zurbriggen s'impose à cinq reprises en super-G à Puy-Saint-Vincent[16], lors du deuxième slalom de Sestrières[17] et réalise un triplé historique à Kitzbühel s'imposant sur le combiné et remportant les deux descentes[18],[19] (devenant ainsi le premier skieur à s'imposer dans les cinq disciplines du ski alpin). Cependant alors qu'il occupe la tête du classement général avec 14 points d'avance sur Girardelli, une blessure au ménisque contractée lors de son deuxième succès en descente à Kitzbühel nécessitant une intervention l'oblige à rester hors des pistes quelques semaines le Suisse manquant les étapes importantes d'Adelboden, Wengen et Garmisch[20].

Zurbriggen parvient après une courte rééducation et des tests très poussés à se rétablir[21] et se présente aux championnats du monde disputés à Bormio dépossédé de sa position de leader et distancé au classement général par Girardelli. En absence totale de repères, Zurbriggen ne sait pas à quel niveau il se situe mais se présente avec suffisamment de confiance pour espérer remporter une médaille en descente[22]. Engagé dès le premier jour, Zurbriggen impressionne en réalisant le meilleur chrono de la descente du combiné[23] et confirme dès le lendemain en remportant la veille de son vingt-deuxième anniversaire son premier titre mondial en remportant la descente devant son compatriote Peter Müller et l'Américain Doug Lewis[24]. Deux jours plus tard, Zurbriggen auteur du 5e chrono du slalom réalise un doublé inattendu en s'imposant sur le combiné devant l'Autrichien Ernst Riedlsperger et le Suisse Thomas Bürgler[25]. Engagé sur le géant en fin de session, Zurbriggen manque de peu le triplé devancé pour cinq petits centièmes par le jeune Allemand Markus Wasmeier[26]. Zurbriggen quitte les mondiaux fort d'un retour triomphal qui l'a vu remporter trois médailles dont deux titres en descente et en combiné. Conscient de l'impossibilité de refaire son retard sur Girardelli au classement général, Zurbriggen conclut la saison en roue libre ajoutant de belles places d'honneur ainsi qu'une nouvelle victoire lors de la tournée américaine lors du super-G de Panorama. Le jeune Suisse de 22 ans termine au 2e rang du classement général à 18 points de Marc Girardelli[27]. Ces performances lors des championnats du monde permettent à Pirmin Zurbriggen d'être élu sportif suisse de l'année 1985[28].

En 1985-1986, Zurbriggen et Girardelli se livrent un nouveau duel moins intense que la saison précédente. Cela s'explique par une intersaison compliquée pour Pirmin Zurbriggen qui a effectué son service militaire durant l'été, retardant sérieusement sa préparation en plus des pépins physiques[29] et chutes fréquentes lors des séances d'entraînement l'obligeant à déclarer forfait pour le week-end de Val d'Isère[30]. Très régulier dans le top 10 en début de saison et présent à quatre reprises sur le podium, Zurbriggen ne compte à l'issue du mois de janvier qu'une victoire en Coupe du monde lors du combiné de Kitzbühel et occupe la 6e place du classement général à 42 points de Girardelli tout aussi régulier mais qui profite des forfaits du Suisse. C'est à partir de février que Zurbriggen reprend sa pleine mesure lui permettant de réaliser une fin de saison tonitruante en remportant des succès à Åre en slalom[31] et combiné ainsi qu'à Hemsedal en super-G[32]. Le Suisse effectue une grosse remontée au général mais ne peut rien faire face la régularité de Girardelli qui parvient à conserver dix petits points d'avance à l'issue de la saison sur Zurbriggen qui termine pour la deuxième année consécutive à la 2e place du classement général[33].

Auteur d'une préparation physique sans accroc pour la première fois depuis deux ans, Pirmin Zurbriggen aborde la saison 1986-1987 en pleine possession de ses moyens. Auteur d'un début de saison remarquable, le skieur suisse profitant des problèmes physiques de Girardelli son principal rival et impressionnant en vitesse ne quitte pas le top 10 et se démarque très rapidement rapidement au classement général réalisant 10 podiums et s'imposant à 8 reprises en descente (4 victoires à Las Lenas, Val d'Isère[34], Garmisch-Partenkirchen[35] et Kitzbühel[36]), en géant (2 victoires lors des géants disputés à Adelboden[37],[38]) et en combiné (2 victoires à Wengen et Kitzbühel). À l'orée des championnats du monde disputés en février à Crans Montana il compte près de 100 points d'avance sur l'Allemand Markus Wasmeier et domine les classements de la descente, du géant et du combiné. Favori logique de la descente qui compte aussi pour le combiné dont le slalom s'est effectué deux jours plus tôt, Zurbriggen est dominé dans les deux disciplines par son compatriote Peter Müller[39] et son rival luxembourgeois Marc Girardelli[40] et remporte donc déçu deux médailles d'argent le même jour. Mais le Suisse prend sa revanche les jours suivants en remportant deux titres mondiaux dominant d'abord le Super-G devant Marc Girardelli et Markus Wasmeier[41] et le géant à nouveau devant Girardelli et l'Italien Alberto Tomba[42]. À l'issue de ces mondiaux triomphaux pour Zurbriggen ainsi que pour la Suisse qui remporte 18 médailles sur les 30 possibles dont huit titres, le Suisse poursuit sa domination sur la fin de saison en Coupe du monde en ajoutant trois nouvelles victoires en géant à Todtnau[43] et lors de la descente et du super-G d'Aspen[44] qui valident son deuxième succès au général avant même les deux derniers week-ends de la saison. Fort d'une saison pleine qui l'a vu régner sans partage et s'imposer dans quatre disciplines, Pirmin Zurbriggen obtient avec onze succès le troisième total de l'histoire au nombre de victoires sur une saison derrière le Suédois Ingemar Stenmark (13 victoires en 1978-1979) et le Français Jean Claude Killy (12 victoires en 1967) et remporte le classement général avec le plus gros écart jamais enregistré sur son second avec 149 points d'avance sur Marc Girardelli. Il ajoute ses premiers globes de spécialité avec celui de la descente, du géant et du combiné.

PalmarèsModifier

Jeux olympiques d'hiverModifier

Résultats aux Jeux olympiques
Édition / Épreuve Descente Super-G Slalom géant Slalom
JO 1984
  Sarajevo
4e Non couru - -
JO 1988
  Calgary
  Or 5e   Bronze 7e

Championnats du mondeModifier

Résultats aux Championnats du monde
Édition / Épreuve Descente Super-G Slalom géant Combiné
Mondiaux 1985
  Bormio
  Or Non couru   Argent   Or
Mondiaux 1987
  Crans-Montana
  Argent   Or   Or   Argent
Mondiaux 1989
  Vail
15e   Argent   Bronze 4e

Coupe du mondeModifier

Classements finaux de Coupe du monde par saison[45]
Saison/Classement Général Descente Super-G Géant Slalom Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
1980-1981 31e 46 - - - - 17e 35 - - 18e 11
1981-1982 11e 96 - - - - 6e 67 33e 4 7e 25
1982-1983 6e 161 26e 11 - - 4e 90 21e 13 3e 47
1983-1984 1re 256 10e 59 - - 2e 115 - - 2e 65
1984-1985 2e 244 5e 79 - - 2e 102 14e 38 9e 25
1985-1986 2e 284 11e 55 2e 67 10e 30 6e 79 1re 65
1986-1987 1re 339 1re 125 1re 85 1re 102 21e 14 1re 50
1987-1988 1re 310 1re 122 1re 58 4e 65 9e 45 4e 20
1988-1989 2e 309 4e 94 1re 62 1re 82 15e 26 3e 45
1989-1990 1re 357 3e 105 1re 98 6e 48 11e 56 1re 50
Détail des victoires en Coupe du monde
Saison/ Épreuve Descente Super-G Géant Slalom Combiné Total
1981-1982 - -   San Sicario -   Wengen/Adelboden 2
1982-1983 - -   Adelboden -   Madonna di Campiglio 2
1983-1984 -   Madonna di Campiglio
  Oppdal
  Aspen -   Garmisch-Partenkirchen (Arlberg-Kandahar) 4
1984-1985   Kitzbühel I
  Kitzbühel II
  Puy-Saint-Vincent
  Panorama
-   Sestrières II  /  Kitzbühel I/Puy-Saint-Vincent 6
1985-1986 -   Hemsedal -   Are   Kitzbühel
  Are
4
1986-1987   Las Leñas II
  Val-d'Isère
  Garmisch-Partenkirchen
  Kitzbühel
  Aspen
  Aspen   Adelboden I
  Adelboden II
  Todtnau
-   Wengen
  Kitzbühel
11
1987-1988   Val-d'Isère II
  Schladming
- - - - 2
1988-1989 -   Schladming   Val Thorens -   Sankt Anton (Arlberg-Kandahar) 3
1989-1990   Val Gardena   Sestrières
  Courmayeur
  Hemsedal
- -   Schladming
  Kitzbühel
6
Total 10 10 7 2 11 40

Arlberg-KandaharModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Six Suisses classés dans le combiné : Victoire de Zurbriggen », Journal de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  2. « Le premier géant de Zurbriggen », Journal de Genève,‎ , p. 19 (lire en ligne).
  3. « Ski: Deux épreuves de Coupe du monde à Davos et Adelboden : Les Suisses irrésistibles », Journal de Genève,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  4. « Ski: Le premier super-géant de la Coupe du monde : Cinq coureurs suisses en tête », Journal de Genève,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  5. « La malchance de Peter Mueller profite à Michael Mair », Journal de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  6. « Doublé suisse à Val Gardena », Journal de Genève,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  7. « Les « bannis » se portent bien », Journal de Genève,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  8. « Le Suisse Julen, médaille d'or », Journal de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  9. « Descente de Sarajevo : Zurbriggen troisième qualifié suisse », Journal de Genève,‎ , p. 20 (lire en ligne).
  10. « Bill Johnson roi des entraînements », Journal de Genève,‎ , p. 25 (lire en ligne).
  11. « Le couronnement des frères Mahre », Journal de Genève,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  12. « Zurbriggen à 3 points de la Coupe du monde », Journal de Genève,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  13. « Zurbriggen remporte la Coupe du monde », Journal de Genève,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  14. « Zurbriggen remporte le super-G de Opdall », Journal de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  15. « Hans Enn s’impose à Oslo : La Coupe du monde de géant à Stennmark », La Liberté,‎ , p. 25 (lire en ligne).
  16. « Zurbriggen annonce la couleur », Journal de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  17. « Zurbriggen remporte son premier succès en slalom », Journal de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  18. « Fantastique Zurbriggen », Journal de Genève,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  19. « Zurbriggen entre dans la légende », Journal de Genève,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  20. « Killy: « Zurbriggen, la classe » », La Gazette de Lausanne,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  21. « Zurbriggen est sorti de l'hôpital », Journal de Genève,‎ , p. 19 (lire en ligne).
  22. « La plus redoutable des équipes suisses », Journal de Genève,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  23. « Zurbriggen ressuscité », Journal de Genève,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  24. « Le pari victorieux de Pirmin », Journal de Genève,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  25. « Le deuxième sacre de Pirmin », Journal de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  26. « Wasmeier a brouillé les cartes », Journal de Genève,‎ , p. 25 (lire en ligne).
  27. « Marc Girardelli ou le triomphe d'un solitaire », Journal de Genève,‎ , p. 31 (lire en ligne).
  28. « Mérite sportif suisse, la razzia des skieurs », Journal de Genève,‎ , p. 14 (lire en ligne).
  29. « Maigre bilan helvétique », Journal de Genève,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  30. « Lourde chute pour Zurbriggen », Journal de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  31. « Triomphe de Pirmin Zurbriggen », Journal de Genève,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  32. « Zurbriggen a remis les pendules à l'heure », Journal de Genève,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  33. « Slalom : la victoire est aussi yougoslave », Journal de Genève,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  34. « Zurbriggen triomphe à Val-d'Isère », Journal de Genève,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  35. « Zurbriggen dominateur à Garmisch », Journal de Genève,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  36. « Descente: Pirmin s'impose », Journal de Genève,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  37. « Pirmin Zurbriggen a tenu le coup », Journal de Genève,‎ , p. 11 (lire en ligne).
  38. « Nouveau doublé suisse au géant d’Adelboden », Journal de Genève,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  39. « Main basse sur les médailles », Journal de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  40. « Un doublé inutile », Journal de Genève,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  41. « Zurbriggen enfin en or », Journal de Genève,‎ , p. 19 (lire en ligne).
  42. « Bonne fête Pirmin! », Journal de Genève,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  43. « Zurbriggen remporte la course des zombies », Journal de Genève,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  44. « Super-G d’Aspen: Encore Zurbriggen », Journal de Genève,‎ , p. 11 (lire en ligne).
  45. (en) « Pirmin Zurbriggen - WC Standings », sur data.fis-ski.com (consulté le 31 décembre 2015).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :