Pierre de Chevreuse

Pierre de Chevreuse
Titre seigneur de Chennevières, Chevreuse, Bièvres, Montéclain, Vauboyen, châtelain et capitaine de Corbeil
Autres titres Gouverneurs du comté de Dreux et Montfort
Successeur Louis de Chevreuse
Allégeance Jean II, Charles V, Charles VI
Biographie
Décès
Conjoint 1) Jeanne Chauderon
2) Marguerite Trousseau
Enfants Louis de Chevreuse et ? de Chevreuse dame de Saint-Rémy

Pierre de Chevreuse, est le conseiller et le financier des Valois de 1362 à 1393, sous les règnes des rois Jean II, Charles V, Charles VI.

BiographieModifier

Trésorier des Aides ordonnées pour la délivrance du roi Jean II. En 1360 il est envoyé en Angleterre pour la sortie de captivité du roi Jean, mais craignant que les Anglais ne le gardent à Calais, il demande le aux gens de la Chambre des comptes de Paris de venir avec des subsides pour récolter les fonds de Nicolas Braque qui fut envoyé en Normandie avec Pierre de Chevreuse , Trésorier du roi. Seigneur de Chevreuse par l'achat, suite à une criée devant Jean Bernier, le Prévôt de Paris en 1366 à la requête des héritiers de Jean de Montferrand et adjugée 4 800 francs or dont 4 000 payés dès le [1].


Le 1376, il achète à Bertaud de Maule pour la somme de 1 200 livres la seigneurie de Chennevières par l'acquisition du Manoir sous Neauphle-Le-Château, fief d'une valeur estimée à 100 livres par les tabellions du comté de Montfort, puis en 1377, seigneur haut-justicier de Bièvres par don du roi Charles V (1338-1380), roi de France de 1364 à 1380, alors que le poète Eustache Deschamps vantait ce village « à trois lieues de Paris » qui comptait alors cent feux. Signe de l’importance économique et de la richesse agricole de la vallée et des plateaux environnants, deux foires furent instituées. Il devient également à la même époque seigneur des fiefs de Montéclain et Vauboyen au détriment de l'abbaye de Saint-Germain-des-Près, sous l'abbatiat de Richard de Laitre (1361-1387). Le , Pierre de Chevreuse rachète à Guillaume de C... demeurant près de Montfort 49 livres parisis de rente qu'il avait sur la prévôté de Chevreuse? Le doyen et le Chapitre de Paris lui confirment par lettres du , l'achat qu'il avait fait d'une maison sise à Bagneux près de Paris, dans la mouvance de ce chapitre et lui firent en même temps donation des droits auxquels il pouvait prétendre pour la vente et l'achat et donnèrent commissions au vicaire de Bagneux de le mettre en possession de cette maison et de ses appartements[2]

L'inventaire des lettres d'acquisitions faites par Pierre de Chevreuse nous apprend qu'il avait acheté à Bagneux Saint-Hermeland, d'Arnoul de Limengues, bourgeois de Paris une maison et jardin de maître, et de Paul Briet clerc et notaire du roi, et d'Alix sa femme une maison, masure et colombier et de Michel de Carnos, bourgeois de Paris, l'hôtel de Bagneux, les vignes et tous ses appartements[3]Le , il acquit à Bagneux par voie d'échange avec messire Clément Renault dit Trichan, chevalier, vicomte de Thouars l'hôtel et appartenances de Bagneux[4], et enfin le , il acquit de d'Andy Boisseau la moitié d'un jardin et une masure[5]. Ce lieu est connu sous le nom d'Hôtel de Chevreuse sis rue de la Rapie dite d'Arneau ou Arnault, au levant au sentier des Monceaux, au midi à la rue des Monceaux, et au couchant à d'autres propriétés dont une à la fabrique de Bagneux[6]. En ce XIXe siècle l'hôtel n'existe plus, seules sont conservées les deux colonnes de l'entrée du domaine remplacé par des logements modernes aux n°: 4 et suivants de l'avenue Albert Petit.

Le roi Charles VI (1368-1422), roi de 1380 à 1422, de retour de la campagne de Flandre, convoqua à Lyon les communes du Languedoc, afin de délibérer sur le traité conclu à Avignon et engager les communes à consentir à la levée de divers impôts. Le roi dans le même temps nomma Pierre de Chevreuse, et Philippe de Saint-Père, trésorier de France[7] Pierre reçu, ainsi que Nicolas pour leurs bons et loyaux services chacun un hôtel particulier sis à Saint-Leu-le-Petit, l'autre à Savigny au bailliage de Melun le [8]

FonctionsModifier

FamilleModifier

Marié à Jeanne Chauderon en premières noces avec laquelle il aura une postérité: Jean de Chauderon Marié en secondes noces avec Marguerite Trousseau dont Louis de Chevreuse (?-1400) marié à Péronnelle de Moreuil en procès avec les héritiers Chauderon. Louis de Chevreuse aura un fils Jean de Chevreuse, seigneur de Chevreuse vers 1400 qui épouse le Guillemette d'Estouteville, dame de Maurepas et de Bièvres (substitution de douaire)

Réception critiqueModifier

J. Delaville Le Roulx: « Pierre de Chevreuse est le personnage le plus important de sa famille, mais aussi de la ville de Tours et de toute la Touraine à cette époque. Ses hautes fonctions à la cour, son dévouement aux intérêts de la ville créèrent une situation unique et lui donnèrent une grande autorité et une influence telles que maintes affaires fort importante furent réglées grâce à son intervention »[13]

ArmoiriesModifier

  • « D'argent à une croix de gueules cantonnée de quatre aiglettes d'azur »

Notes et référencesModifier

  1. Étienne Pattou, op.cit
  2. Ancien inventaire des titres du duché de Chevreuse, p. 4
  3. Papier velu no 162
  4. Ancien inventaire des titres du duché de Chevreuse, p. 4, papier velu No 162
  5. Inventaire des titres de Chevreuse, p. 5
  6. Archives nationales de France N/III/Seine/611/1-N/IIISeine/611/8, Hôtel de Chevreuse et dépendances si, rue d'Arneau ou de la Rapie et rue des Monceaux pl généraux et pl.de masse8.p.Pierre-Antoine Rivière (17..) ingénieur (Cf.S.171) notice 1866 échelle 1/430
  7. Histoire civile, ecclésiastique et littéraires de la ville de Nîsmes par Léon Ménard, 1752, Paris, p. 37
  8. Louis-Pierre d'Hozier, Armorial général..., chez Firmin-Didot frères et Cie, 1866, vol.III, 1752.
  9. Extrait de documents du règne de Charles V du 8 avril 1364 au 16 septembre 1380 par Michel Notier BnF, 2000, 429.p.
  10. En 1377, après la mort du comte Simon de Thouars, il fut acquis par le roi de France, de l'héritière de la branche aînée de cette maison, Péronnelle de Thouars, vicomtesse de Thouars. En 1382, Charles VI le donna en dot à Marguerite de Bourbon en la mariant avec Arnaud-Amanieu d'Albret.
  11. Maison d'Estouteville, 2004 par Étienne Pattou [1], fils de Raoul d'Estouteville et de sa seconde femme Marguerite d'Harcourt
  12. Les généraux des finances sont chargés de l'administration des finances, dont la comptabilité est laissée à un receveur général des finances : établissement d'états de prévision des recettes et dépenses, répartition du montant des impôts entre régions et vérification des ordres de paiement royaux. Ils ont autorité sur les élus et receveurs des finances. Ils ont également une fonction judiciaire ; certains généraux des finances sont sur le fait de justice. Ils donnent naissance à une juridiction souveraine connue sous le nom de cour des aides. Les généraux des finances forment avec les trésoriers de France un conseil de gouvernement des finances connu sous le nom de Messieurs des Finances.
  13. Registres des comptes municipaux de la ville de Tours, notes de J. Delaville Le Roulx, vol.II, Tours, 1881

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Cartulaires des Vaux de Cernay et de Saint-Merry de Paris (Sorbonne), "Chevreuse, Cernay et les environs", L. Morize (1869-1892 ; reprint 1990, Res Universis)
  • Généalogie des anciens seigneurs de Chevreuse dans Histoire généalogique & chronologique de la Maison Royale de France, 3e édition, T.VIII, 1733;
  • Des porte-Oriflamme de France par le Père Anselme, Nobiliaire de Montfort (SHARY, Dion Grave)
  • Raymond Cazelles, Les Trésors de Charles V, article dans : Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Année 1980 124-1 p. 214-226.
  • Auguste Moutié, Chevreuse recherches historiques, archéologiques et généalogiques 2e partie Châtelains, barons et ducs, Rambouillet, librairie de Raynal, 1876.p. 396.
  • Archives nationales de France : Catalogue général des cartes, plans, et dessins d'architecture de Paris et du département de la Seine, cotes N/III Seine, tome I; terroir de Bagneux 23.p.

Article connexeModifier

Liens externesModifier