Ouvrir le menu principal

Pierre Martinet (agent secret)

agent secret du Service Action de la DGSE jusqu'en 2001
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martinet et Pierre Martinet.
Pierre Martinet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Pierre Martinet, né en 1964[1] est ancien sous-officier instructeur parachutiste (sergent-chef) et ancien agent du Service action de la DGSE.

Sommaire

Parcours professionnelModifier

Pierre Martinet a d'abord été soldat au 3e RPIMa avant d'intégrer le Service action. Il quitte les services en pour travailler dans le secteur privé, au service « Sécurité » de la chaîne Canal+. Son livre Service Action : Un agent sort de l'ombre, publié au printemps 2005, provoque le scandale. Il y révèle que la direction de Canal+ l'a employé pour espionner Bruno Gaccio, rédacteur en chef de l'émission Les Guignols de l'info[2]. Il y révèle également le quotidien des agents du renseignement en France, et casse le mythe de l'espion James Bond[3].

Pierre Martinet publie en 2006 un deuxième livre : De l'ombre à la lumière[4]. Il est également éditeur, notamment du journaliste controversé Jean-Paul Ney[5].

Pierre Martinet travaille depuis dans le domaine de la sécurité privée et exerce notamment une activité de consultant[6].

Démêlés avec la justiceModifier

Le tollé provoqué par ses révélations, ajouté aux informations qu'il fournit via son livre sur la formation et les missions des agents de la DGSE, amène le Ministère de la Défense à porter plainte contre son ex-fonctionnaire en , pour « violation du secret défense ». Il est condamné le à quinze mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende pour atteinte au secret de la défense nationale[7].

Le pendant la Révolution libyenne, Pierre Martinet arrive en Libye. Il rejoint Pierre Marziali, fondateur de la société militaire privée Secopex à Benghazi le 11 mai avec trois autres employés pour signer des contrats de sécurité privés. Pris à partie par un groupe armé non identifié, son collègue Pierre Marziali est tué d’une balle dans le dos dans des circonstances floues. Pierre Martinet aurait été ensuite kidnappé et torturé, puis finalement libéré après des interventions diplomatiques[8].

En août 2011, une plainte[9] contre X pour meurtre est annoncée en France afin de connaitre la vérité sur l'affaire Pierre Mariziali impliquant Pierre Martinet comme témoin.

En décembre 2011[10], Pierre Martinet est condamné par la 17e chambre correctionnelle de Paris à 15 mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende dans l'affaire « d'espionnage de Bruno Gaccio ».

En janvier 2016, Pierre Martinet est mis en cause dans la diffusion de l’identité des frères Kouachi. Il est accusé de « recel de violation du secret professionnel ». Ces révélations, selon le procureur de la République, avaient fait « disparaître tout espoir de surprise »[11].

Notes et référencesModifier

Articles annexesModifier

BibliographieModifier

  • Service Action : Un agent sort de l'ombre, Privé, 2005
  • De l'ombre à la lumière, Privé, 2006
  • Cellule Delta, Flammarion, 2012
  • Opération Sabre d'Allah, Éd. du Rocher, 2013

Articles connexesModifier

Liens externesModifier