Pierre-Henri Hugoniot

ingénieur français
Pierre-Henri Hugoniot
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 35 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Pierre-Henri Hugoniot, né le à Allenjoie (Doubs) et mort en 1887 à Nantes, est un inventeur autodidacte, licencié à 18 ans, féru de mathématiques et de physique sur la mécanique des fluides et particulièrement sur les problématiques liées à l'onde de choc.

BiographieModifier

Versé dans l'artillerie de marine à sa sortie de l'École polytechnique en 1872, Hugoniot devint professeur de mécanique et de balistique à l'École d'artillerie de Lorient (1879-1882) puis directeur adjoint du Laboratoire central de l'artillerie de marine (1882-1884). Ses contributions au Traité de balistique expérimentale de Félix Hélie, qui résumait les expériences de la Marine menées à Gâvres entre 1830 et 1864, lui valurent un prix de l'Académie des Sciences. Hugoniot fut promu capitaine en , et en avril était nommé professeur assistant de mécanique à l'École polytechnique. Il effectua avec son collègue Hippolyte Sebert (1839-1930) des recherches sur les détentes gazeuses qui accompagnent la détonation d'un canon.

On lui doit la théorie basée sur la conservation de la masse, de la quantité de mouvement et de l'énergie, qui permettra la réalisation et l'amélioration des études des écoulements de fluides (en aéronautique, par exemple). L'équation d'Hugoniot et les relations de Rankine-Hugoniot ont été ainsi dénommées en son honneur.

En France, ses recherches ont été prolongées par celles de Louis Crussard (1907) et d'Émile Jouguet (« Mécanique des Explosifs », 1917).

ŒuvreModifier

  • « Mémoire sur la propagation du mouvement dans un fluide indéfini » (1887), C.R. Acad. Sciences
  • Hugoniot, Sur la propagation du mouvement dans les corps et spécialement dans les gaz parfaits., vol. CLVII, J. École Polytechnique, , p. 3-98
  • Hugoniot, Sur la propagation du mouvement dans les corps et spécialement dans les gaz parfaits., vol. CLVIII, J. École Polytechnique, , p. 1-126

SourceModifier

Lien externeModifier