Pierre-Adolphe Badin

peintre français
Pierre-Adolphe Badin
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Maître
Genre artistique
Distinction

Pierre-Adolphe Badin est un peintre français, administrateur de la manufacture des Gobelins, né à Auxerre le et mort à Paris le [1].

BiographieModifier

Sa famille appartenait à la noblesse d'Empire, né Pierre-Adolphe Badin de Châtel-Censoir, il a abandonné sa particule nobiliaire.

Il a été élève de l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de François-Édouard Picot en 1826. Il a exposé au Salon à partir de 1833.

Il est marié en 1835 avec Julie Roth dont il a Jules Badin (1843-1919).

Il participe à la décoration du château de Saint-Cloud en peignant sur les voussures du salon d'Orléans à la demande de Louis-Philippe Ier les portraits de Louis XIII et de Louis d'Orléans[2].

Après la révolution de février 1848, un décret du Gouvernement provisoire pris le a rattaché la manufacture de Beauvais ainsi que celles des Gobelins et de Sèvres au ministère de l'Agriculture et du Commerce. Quelques jours plus tard, par mesure d'économie, la manufacture de Beauvais est placée sous la direction de l'administrateur des Gobelins. Pierre-Adolphe Badin a été administrateur de la manufacture des Gobelins et de la manufacture de Beauvais entre 1848 et 1850 quand elles dépendent alors du budget de l'État. Il est ensuite remplacé pour la direction de la manufacture des Gobelins rattachée à la Liste civile de l'empereur Napoléon III par Adrien-Léon Lacordaire jusqu'à sa révocation, le . Très en faveur auprès de l'impératrice Eugénie, il retrouve alors la direction des deux manufactures jusqu'à la chute du Second empire en 1870[3], puis de la seule manufacture de Beauvais. Son fils lui a ensuite succédé en 1882 jusqu'en 1913.

FamilleModifier

  • Edme-Pierre Badin, seigneur des Cartier, chevalier de Saint-Louis, marié à Marie-Anne Leblanc,
    • Pierre-Adolphe Badin de Châtel-Censoir, marié à Julie Roth en 1835,
      • Jean Ernest Jules Badin, marié à Marguerite Dieterle (1853-1940), fille de Jules-Pierre-Michel Dieterle[4],
        • Émile Badin (né en 1880),
        • Aimée Badin (1882-1972),
        • Pierre Badin (né vers 1885),
        • Edmée Badin (née vers 1885),
        • Béatrice Badin (1888-1976), mariée en 1918 avec Lucien Taffin de Givenchy (1888-1930),
        • Jacques Badin (1894-1972).

ŒuvresModifier

 
Chiens devant un trophée de chasse, localisation inconnue.
  • Mendiant s'abritant contre la tempête, Salon de 1833, localisation inconnue.
  • Indien avec un singe, 1833, localisation inconnue.
  • Les pauves enfans, 1833, localisation inconnue[6].
  • Scène d'invasion (1814), 1834, localisation inconnue.
  • Wouwermans, peintre flamand, 1834, localisation inconnue.
  • Portrait de M. Raimond Voizel, 1834, localisation inconnue[7].
  • Sébastien Bourdon, 1835, localisation inconnue.
  • L'Aumône, 1835, localisation inconnue.
  • Les petits volontaires, 1835, localisation inconnue[8].
  • Portrait de Jules B., 1836, localisation inconnue.
  • Le Retour de la pêche, 1838, localisation inconnue.
  • Le gros temps, 1838, localisation inconnue.
  • Le Vœu, 1838, localisation inconnue.
  • Sujet tiré de Walter Scott, 1838, localisation inconnue.
  • Costumes marins, 1838, localisation inconnue.
  • Le Médecin de campagne, 1839, médaille de 3e classe, localisation inconnue.
  • Portraits des enfans de M. J. B., 1839, localisation inconnue.
  • Portrait de Mme de Boinville, 1839, localisation inconnue[9].
  • Saint Germain, évêque d'Auxerre, 1844, localisation inconnue.
  • Défense de Saint-Jean-de-Losne (1636), 1847, localisation inconnue[10].
  • Prédication de saint Dominique, miracle des gerbes, Salon de 1848, collégiale Saint-Vincent de Montréal, sous la tribune d'orgue[11].
  • Portrait de M. Bocher, 1848, localisation inconnue.
  • Chiens devant un trophée de chasse, localisation inconnue.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archives de Paris, acte de décès n°652, vue 24 / 31. Le Nouveau Larousse illustré - Dictionnaire universel encyclopédique (tome 1, p. 660) donne comme année de décès 1877.
  2. J. Vatout, Souvenirs historiques des résidences royales de France, Paris, Firmin Didot frères libraires,1837, tome 5, « Palais de Saint-Cloud », p. 403 (lire en ligne).
  3. Nouveau Larousse illustré - Dictionnaire universel encyclopédique, tome 1, p. 660.
  4. « Badin, Jean Ernest Jules », base Léonore, ministère français de la Culture
  5. Jean-Noël Liaut, Hubert de Givenchy, Paris, Grasset, 1999 (ISBN 978-224657991-5).
  6. Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans exposés au Musée royal le , p. 7
  7. Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans exposés au Musée royal le , p. 10
  8. Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans exposés au Musée royal le , p. 12.
  9. Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans exposés au Musée royal le , p. 11
  10. Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans exposés au Musée royal le , pp. 12-13.
  11. Les Amis de l'orgue de la collégiale de Montréal, Aude : tableaux de la collégiale.
  12. Salon de 1876, p. XIV.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jules Guiffrey, Les manufactures nationales des tapisseries. Les Gobelins et Beauvais, Paris, Librairie Renouard, 1907, pp. 74, 120, 139, 145, 146, 148, 150, 153 (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier