Pie-mère

membrane du système nerveux
Pie-mère
Description de cette image, également commentée ci-après
Diagramme représentant une section transversale de la moelle épinière et de ses membranes. (La bordure noire représente la dure-mère, la bleue l'arachnoïde, et la rouge la pie-mère.)
Description de cette image, également commentée ci-après
La moelle épinière et ses membranes.

Données
MeSH A08.186.566.731

La pie-mère (du latin, pia mater, « tendre matrice », emprunt par calque à l'arabe umm al-dimàgh أم الدماغ [1]) est une fine lame de tissu conjonctif vascularisé qui tapisse la surface externe du système nerveux central.

Les méninges

Description, localisation et fonctionsModifier

D’aspect fragile et transparent, la pie-mère est située sous la dure-mère et l’arachnoïde.
Contrairement aux feuillets plus externes (arachnoïde et dure-mère) qui suivent l’endocrâne, la pie-mère dans sa partie cranienne épouse étroitement le relief du parenchyme en suivant les sillons, scissures et circonvolutions du cortex cérébral, ce qui fait que sa surface est beaucoup plus importante que celles des autres méninges qui sont tendues au-dessus des renfoncements du tissu nerveux. Les espaces ainsi formés entre la pie-mère et l’arachnoïde sont appelés espaces sous-arachnoïdiens ; certains sont plus largement dilatés en ce qu’on appelle des citernes sous-arachnoïdiennes, elles sont situées à la base du crâne principalement autour du tronc cérébral. Les espaces sous-arachnoïdiens sont remplis de liquide cérébrospinal anciennement appelé liquide céphalo-rachidien (LCR) et traversés par des trabéculations ou travées arachnoïdiennes qui attachent la pie-mère à la face interne de la membrane arachnoïde.

Elle joue plusieurs rôles, dont :

Origine embryonnaireModifier

La pie-mère est un tissu qui a pour origine crête neurale, un dérivé du neurectoblaste.

Elle est constituée de deux couches distinctes :

Images supplémentairesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (de) Joseph Hyrtl, Das Arabische und Hebräische in der Anatomie, Vienne, , 372 p. (lire en ligne), p.108-109

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier