Pic de Céciré

Sommet de Haute-Garonne

Pic de Céciré
Vallée du Lys et pic du Céciré en hiver.
Vallée du Lys et pic du Céciré en hiver.
Géographie
Altitude 2 403 m[1]
Massif Perdiguère (Pyrénées)
Coordonnées 42° 45′ 26″ nord, 0° 32′ 17″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Ascension
Voie la plus facile Depuis la station de Luchon-Superbagnères par la coume de Bourg
Géologie
Roches Calcaire, Schiste[2]
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Pic de Céciré
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées
(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Pic de Céciré

Le pic de Céciré est un sommet des Pyrénées françaises culminant à 2 403 mètres, situé sur la commune de Castillon-de-Larboust, dans le département de Haute-Garonne, en région Occitanie.

ToponymieModifier

GéographieModifier

TopographieModifier

Le pic de Céciré surplombe la ville de Bagnères-de-Luchon dont il est distant de 6 km. Il est situé au nord d'une ligne de crête séparant la vallée du Lys à l'est du val d'Astau, parcouru par la neste d'Oô, à l'ouest. Son versant nord-est, le plus escarpé, domine un petit cirque d'où part le ruisseau de Rieumaynade.

GéologieModifier

ClimatModifier

HistoireModifier

Dès le début du XXe siècle, la station de Luchon-Superbagnères est construite sur son versant nord-est. En 1960 un nouveau télésiège étend le domaine skiable jusqu'aux abords du pic suivant le ruisseau de Rieumaynade[3].

Voies d'accèsModifier

La création de la station de ski de Superbagnères, avec le chemin de fer à crémaillère puis la route et le télécabine, a grandement facilité l'accès au pic. L’ascension la plus aisée se fait au départ de la station en remontant la Coume de Bourg pour rejoindre la ligne de crête dans un col à 2 272 m au nord-ouest du pic. Cette partie de l'ascension fait partie du GR 10. Le dernier kilomètre jusqu'au pic se fait en suivant la ligne de crête.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. M. Paul Dop, « Géographie botanique du bassin supérieur de la Pique », Bulletin de la Société d'histoire naturelle de Toulouse,‎ (lire en ligne)
  3. « Pour nos stations de sports d'hivers », Pyrénées : organe officiel du Musée pyrénéen du Château-fort de Lourdes, de la Fédération franco-espagnole des sociétés pyrénéistes, du G.P.H.M. / Société des amis du Musée pyrénéen,‎ , p. 208 (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :