Physalis

genre de plantes de la famille des Solanaceae

Lanterne japonaise, Groseille du Cap

Physalis (du grec phusalis, vessie, en raison de la forme de son calice) est un genre de plantes de la famille des Solanacées. On les appelle couramment Lanterne japonaise (ou hōzuki au japon).

DescriptionModifier

Cette famille est naturellement présente en Amérique du Sud (P. peruviana proviennent du Pérou, P. philadelphica est originaire du Mexique) jusqu'au Canada (P. pruinosa et P. heterophylla), en Europe, en Afrique et en Extrême-Orient (P. franchetii, Japon). Certains plants originaires des Amériques aux propriétés décoratives ont été particulièrement diffusés ; ces variétés y portent le nom maracaibo d'Uchula ou mexicain de tomatillo, mais le nom d'une des espèces, alkékenge, date du XVIe siècle et dérive de l'arabe al-kâkanj (lui-même un emprunt au persan, comme tous les termes en -anj ; dénomination populaire : karazu-l-quds, « cerise de Jérusalem »).

Ce sont des plantes annuelles ou vivaces, parfois un peu ligneuses à la base. Les feuilles sont entières ou dentées-sinuées et les fleurs, généralement solitaires, poussent dans les aisselles des feuilles. La corolle, entourée d'un calice orange vif semblable à une lanterne, est utilisée en art floral.

Les fruits (baies enveloppées d'un calice) sont généralement toxiques (les baies rouge orangé dans une cage de la même couleur), mais chez certaines espèces, une fois arrivés à maturité, ils sont comestibles (les baies jaune d'or dans une cage kaki clair/paille), même exquis et hautement décoratifs. Le fruit a le croquant d'une tomate cerise.

On les appelle aussi cerises de terre (calqué de l'anglais ground cherry) au Québec et coquerets (en raison du calice qui protège le fruit comme une coque) ou encore lanternes chinoises.

EspècesModifier

Le genre comprend une centaine d'espèces dont :

Liste d'espècesModifier

Bien que le NCBI (16 avr. 2012)[1] ne soit pas une source reconnu pour la nomenclature ou classification taxonomique, les espèces répertoriées sont les suivantes :

Selon ITIS (16 avr. 2012)[2] :

Selon Catalogue of Life (16 avr. 2012)[3] :

Selon Paleobiology Database (16 avr. 2012)[4] :

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :