Ouvrir le menu principal

La princesse Philippine-Charlotte de Prusse (allemand : Philippine Charlotte von Preußen) (BerlinBrunswick) a été une duchesse consort de Brunswick-Wolfenbüttel, par son mariage avec Charles Ier de Brunswick-Wolfenbüttel. Elle est citée comme une femme compositrice, ayant écrit des marches et d'autres musiques.

BiographieModifier

Philippine-Charlotte était le quatrième enfant et la troisième fille de Frédéric-Guillaume Ier de Prusse et de son épouse Sophie-Dorothée de Hanovre (fille de George Ier de Grande-Bretagne, de la Maison de Brunswick (branche cadette)-Lunebourg-Hanovre).

Le 2 juillet 1733 à Berlin, la princesse Philippine Charlotte épousa Charles Ier de Brunswick-Wolfenbüttel, fils aîné de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Wolfenbüttel (branche aînée de la Maison de Brunswick). Charles hérita du duché à la mort de son père en 1735, faisant d'elle la duchesse consort.

Un double mariage scella l'alliance entre la Prusse et le Brunswick : son mariage avec Charles Ier, et celui de son frère Frédéric II de Prusse avec la sœur de Charles, Elisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel. Cette alliance pérenne entre les maisons de Prusse et de Brunswick fut la plus importante de l'Allemagne du Nord protestante[1]. Les liens familiaux tissés entre les deux dynasties ont abouti à l'alliance du Brunswick et de la Prusse dans la Guerre de Sept Ans, et ont conduit la carrière des fils de Philippine au service de Prusse[1].

Philippine-Charlotte a été décrite comme étant subtile, très instruite, bref une enfant du siècle des Lumières[2]. Elle a travaillé de façon indépendante à traduire un extrait des écrits philosophiques de Christian von Wolff en français[3]. La duchesse suivit de très près, en partie sous l'influence du conseiller ducal Johann Friedrich Wilhelm Jérusalem, la vie intellectuelle allemande. Elle a apprécié le poète Salomon Gessner et maintenu une relation personnelle avec Friedrich Gottlieb Klopstockhaus[4]. Le dramaturge Lessing était également de son cercle de relations[2].

La vie de la cour de la duchesse consort Philippine-Charlotte était axée sur le cercle de conversation qu'elle tenait avant et après le dîner, dans son appartement dans la Grauer Hof, où elle a attiré savants et hommes de lettres gratifiés de postes à la cour[2]. La cour de Brunswick assistait à quelques bals et spectacles d'opéra dans l'année, conformément à l'étiquette, mais les grosses dépenses de son époux obligèrent à faire des économies sur la vie de la cour[2].

Elle a élevé son fils Charles-Guillaume dans la vénération de son frère, le Grand Frédéric, et lui fit donner un enseignement humaniste, l'abbé Jérusalem figurant parmi ses tuteurs. Elle lui fit accomplir un Grand Tour européen, avec l'archéologue Winckelmann comme compagnon[2].

En 1773, le duc Charles Ier fut obligé de nommer son fils Charles-Guillaume-Ferdinand régent, et ce dernier le remplaça à sa mort en 1780.

La princesse suédoise Edwige Elisabeth Charlotte l'a décrite, ainsi que sa famille, à l'occasion d'une visite en août 1799 : « Notre cousin, le duc (Charles-Guillaume-Ferdinand), arriva dès le lendemain matin. [...] Après, il nous a laissés, j'ai visité la duchesse douairière, la tante de mon époux. Elle est agréable, très bien formée et bien respectée, mais maintenant tellement vieille qu'elle a presque perdu la mémoire[5]. » Philippine-Charlotte laisse à la Bibliothèque de Wolfenbüttel sa propre collection de 4 000 volumes.

DescendanceModifier

Charles et Philippine ont eu 13 enfants :

RéférencesModifier

  1. a et b Harm Klueting, Wolfgang Schmale: Das Reich und seine Territorialstaaten im 17. und 18.
  2. a b c d et e Fraser, Flora: The Unruly Queen: The Life of Queen Caroline
  3. Friedrich Cramer: Zur geschichte Friedrich Wilhelms I. und Friedrichs II., Könige von Preussen.
  4. Friedrich Gottlieb Klopstock, Horst Gronemeyer, Helmut Riege, Rainer Schmidt: Hamburger Klopstock-Ausgabe.
  5. Hedvig Elisabeth Charlotta none, Hedvig Elisabeth Charlottas dagbok, vol. VI 1797-1799, Stockholm, P.A. Norstedt & Söners förlag, (1re éd. 1797-1799), 219–220 p. (OCLC 14111333, lire en ligne)