Petrus van Schendel

peintre néerlandais

Petrus van Schendel, né le à Terheijden et mort le à Bruxelles, est un artiste peintre néerlandais.

Petrus van Schendel
Petrus van Schendel.jpg
Autoportrait (1869)
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Formation
Lieux de travail
Mouvement

BiographieModifier

Né le 21 avril 1806 à Terheijden, près de Bréda, Petrus van Schendel est le fils d'un modeste agriculteur. À la mort de celui-ci, la famille déménage à Bréda, où Petrus entre à l'école de latin. C'est là qu'un de ses professeurs remarque ses talents artistiques et convainc sa mère de l'envoyer étudier à l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers[1]. Élève de cette institution de 1822 à 1828, il y a pour maître Mathieu-Ignace Van Brée[2] (ou, selon certaines sources, Philippe-Jacques van Bree)[3] et y remporte de nombreux prix, notamment grâce à ses travaux sur la perspective[1].

 
Portrait de Van Schendel par Johan Coenraad Hamburger (d) (1841)

À l'issue de sa formation, il s'inscrit dans la lignée artistique de Gérard Dou et de Godfried Schalken en se spécialisant dans les scènes nocturnes qui feront sa réputation et sa fortune. Il a travaillé à Bréda, Amsterdam, Rotterdam[3], La Haye (de 1838 à 1844)[1] et Bruxelles (à partir de 1845)[3].

 
Caricature de Bertall à propos d'un tableau de « M. Vend-Chandelles » exposé au Salon de 1864.

Malgré son succès auprès du public, Van Schendel n'a pas toujours rencontré les faveurs de la critique[1], comme en témoigne ces lignes de Marius Chaumelin à propos des tableaux présentés lors de l'Exposition universelle de 1867 : « Le célèbre M. Van Schendel, membre des académies d'Anvers et d'Amsterdam, croit sans doute continuer Gérard Dou, dans ses effets de lampe et de lanterne, et il n'arrive pas même à la hauteur de Gottfried Schalcken ; — ce qui n'empêche pas que ses tableaux ne soient peut-être les plus regardés et les plus admirés de toute l'Exposition : la foule s'extasie toujours devant les trompe-l'œil dont l'artifice fort simple lui échappe. Je conseille aux enthousiastes de rechercher d'où vient la lumière qui éclaire les figures de M. Van Schendel ; ils seront tout surpris de voir qu'elle vient du dedans même de ces figures, ce qui les fait paraître lanterneuses, comme on dit en argot d'atelier. Le moindre choc, du reste, briserait ces bonshommes en porcelaine et ferait découvrir... la chandelle qu'ils contiennent. Et dire que M. Van Schendel (il y a des noms prédestinés ! ) transporte ce genre de poteries pyrotechniques dans la grande peinture ! »[4]

Il meurt le 28 décembre 1870[5] à son domicile bruxellois, situé près de la porte de Schaerbeek.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Catalogue de la vente [...] du 16 juin 2020, p. 170.
  2. Explication des ouvrages [...] exposés dans les galeries de la Société des amis des arts de Bordeaux, Bordeaux, 1859, p. 60-61.
  3. a b et c Bénézit (1939), p. 738.
  4. Marius Chaumelin, « Les Beaux-arts à l'Exposition universelle », Revue moderne, 1er novembre 1867, p. 348.
  5. Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 6e édition, Paris, Hachette, 1893, p. 1548.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :