Ouvrir le menu principal

Peter J. Ratcliffe

biologiste britannique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ratcliffe et Radcliffe.
Peter J. Ratcliffe
Peter J. Ratcliffe (cropped).jpg
Peter J. Ratcliffe en 2019.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
MorecambeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Peter John RatcliffeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université d'Oxford
Lancaster Royal Grammar School (en)
Gonville and Caius College (docteur en médecine) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Université d'Oxford, Institut Francis Crick (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaine
Membre de
Site web
Distinctions
Prix Nobel de physiologie ou médecine ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Compagnon de l'Académie médicale des sciences (en) ()
Membre de l'EMBO ()
Croonian Lecture ()
Prix Louis-Jeantet de médecine (en) ()
Prix Gairdner ()
Médaille Baly ()
Robert J. and Claire Pasarow Foundation Award for Distinguished Contributions to Cardiovascular Research (d) ()
Prix scientifique de la Fondation Lefoulon-Delalande ()
Annual Review Prize Lecture (en) ()
Knight Bachelor ()
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale ()
Médaille Buchanan ()
Prix Nobel de physiologie ou médecine ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Peter John Ratcliffe est un médecin et professeur d'université britannique né le à Morecambe (Lancashire, Angleterre).

Il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine 2019 avec Gregg L. Semenza et William Kaelin Jr. pour leurs travaux sur le contrôle de l'oxygénation des cellules[1].

BiographieModifier

Peter J. Ratcliffe est né en 1954 dans le Lancashire et a fréquenté le Lancaster Royal Grammar School pour garçons. Il obtint une bourse ouverte au Gonville and Caius College de Cambridge en 1972 pour étudier la médecine à l'université de Cambridge, puis termina ses études à l'hôpital St Bartholomew de Londres. Qualifié en 1978, il s'installe à Oxford où il suit une formation en médecine rénale à l'université d'Oxford, avec un accent particulier sur l'oxygénation rénale.

En 1989, il changea de domaine pour fonder un nouveau laboratoire, obtenant une bourse de recherche senior du Wellcome Trust pour travailler sur les voies de détection de l'oxygène cellulaire.

Au début des années 1980, les chercheurs étaient très peu informés des processus cellulaires fondamentaux conduisant à l'hypoxie. Tout cela a changé en 1989, lorsque Ratcliffe, qui avait suivi une formation de spécialiste des reins, a créé un laboratoire pour explorer la régulation de l'érythropoïétine, hormone responsable de la stimulation de la production de globules rouges, et que l'on sait qu'il est activé dans les reins. cellules suite à une privation d'oxygène.

Le groupe de Ratcliffe a vite compris que les cellules rénales n’étaient pas les seules à réagir à l’hypoxie. Des dizaines de types de cellules, tant chez l'homme que chez d'autres organismes, pourraient activer l'érythropoïétine et d'autres gènes lorsqu'ils sont privés d'oxygène. S'appuyant sur ces découvertes, le groupe Ratcliffe a permis de découvrir une chaîne moléculaire détaillée d'événements que les cellules utilisent pour détecter l'oxygène. Cette même voie est également activée dans de nombreuses tumeurs cancéreuses, ce qui leur permet de créer de nouveaux vaisseaux sanguins pour soutenir leur croissance.

Une grande partie de la compréhension actuelle de l'hypoxie a émergé du laboratoire de Ratcliffe.

Notes et référencesModifier

  1. [1], sur lemonde.fr, 7 octobre 2019

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :