Ouvrir le menu principal

La persécution des musulmans en Birmanie accentue le conflit déjà répandu et le massacre des musulmans par les bouddhistes. L’Organisation des Nations unies (ONU) a reconnu que les musulmans de Birmanie sont privés de leur citoyenneté par le gouvernement du pays en tant que « minorité religieuse exposée à l'oppression la plus inhumaine du monde[1] » et plusieurs fois, l’ONU a dénoncé un « nettoyage ethnique » en Birmanie[2]. En effet, le gouvernement birman nie la citoyenneté aux musulmans et les appelle des « immigrants clandestins du Bangladesh ».

Persécution des musulmansModifier

Années 1930-1938Modifier

Après la domination britannique en Birmanie en 1886, des musulmans indiens et bengalis sont venus dans ce pays et, en 1921, près d'un demi-million de musulmans indiens s'y installèrent. L'immigration des musulmans indiens en Birmanie et le développement de grandes entreprises commerciales ont provoqué un mécontentement entre les habitants de ce pays et les nouveaux arrivants. Au cours des années 1930 à 1938, des représailles nombreuses ont survenu contre les immigrants indiens. Pendant la Seconde Guerre mondiale, lors du retrait des troupes britanniques et l'arrivée des troupes japonaises en Birmanie, les bouddhistes ont attaqué les quartiers musulmans d'Arakan, tuant des milliers de musulmans[3].

1938Modifier

En 1938, après une augmentation de la violence contre les musulmans, 204 personnes ont été tuées, quelque 1000 blessées et 113 mosquées ont été détruites[4].

1948Modifier

Avec la présence des Japonais en Arakan, les musulmans de cette région se sont opposés aux Japonais et travaillaient avec les Britanniques. Après que les forces britanniques ont gouverné l'Arakan de 1945 à 1948, lorsque la Birmanie est devenu indépendante, l'administration des affaires régionales était largement réservée aux musulmans, Les musulmans d'Araakān ont demandé à Muhammad Ali, le chef des musulmans en Inde, d'accepter le Rakhine au sein du Pakistan. Cette histoire a amené le gouvernement indépendant de Birmanie, après son accession au pouvoir en 1948, à persécuter les musulmans, en particulier les musulmans dans le district d'Arakan[5].

1962Modifier

Le gouvernement a interdit le Hadj en 1962. À la suite de la pression du gouvernement, plus d'un demi-million des musulmans birmans ont émigré au Bangladesh, en Inde, au Pakistan, en Malaisie, en Thaïlande, à Singapour, aux Émirats arabes unis, en Arabie Saoudite et dans d'autres pays. Le gouvernement birman exerce un fort contrôle sur les activités des mosquées. Les statistiques du mariage et la volonté des gens pour la célébration de l'Aïd al-Adha, ainsi que le nombre des gens qui étudient le Coran dans les mosquées est rapporté au gouvernement[6]. The Sunday Times rapporte que l'armée prévoit d'envoyer des bouddhistes dans l'État d'Arakan, dans l'ouest du Myanmar, qui était musulman dans le passé.

2001Modifier

Le 15 mai de cette année, de nouvelles attaques contre les musulmans ont eu lieu. 200 musulmans ont été tués, 11 mosquées ont été détruites et environ 400 maisons ont été brûlées. Le même jour, 20 musulmans qui priaient dans une mosquée ont été tués[7].

2012Modifier

La violence contre les musulmans dans la région a commencé en 2012 après que 11 musulmans aient été tués par l'armée du Myanmar et qu'un groupe bouddhiste a attaqué un bus musulman (un bouddhiste a également trouvé la mort dans ces attaques), des opérations menées en représailles au viol d'une jeune fille bouddhiste par trois personnes de confession musulmane le [8]. Dans une telle situation, les bouddhistes ont brûlé plus de 2 000 maisons résidentielles occupées par les musulmans et ont déplacé plus de cent mille personnes en attaquant les régions musulmanes.

2016-2017Modifier

Plusieurs mosquées ont été détruites dans diverses villes en 2016[9]. Plus tard dans l'année, les bouddhistes, avec l'armée, ont lancé des attaques contre les musulmans. Face à ces attaques, des milices armées rohingya se forment, telles que l'Armée du salut des Rohingya de l'Arakan (ARSA), en [10] et attaquent des postes-frontières, bureaux de police etc., au nom de la défense des droits bafoués de la minorité musulmane rohingya, ce qui entraîne des représailles violentes de l'armée.

Environ 27 400 musulmans Rohingyas ont fui au Bangladesh au cours de la dernière semaine d' en raison de la violence au Myanmar, et 20 000 personnes se sont rassemblées dans une région entre les deux pays, en dehors de la souveraineté des deux pays, a rapporté Reuters le 31 août, selon les sources de l'ONU[11]. L'armée et la police du Myanmar ont soutenu les bouddhistes radicaux. En raison des attaques de l'armée du Myanmar sur les villages où les musulmans Rohingyas se sont installés en , ils ont brûlé des maisons de musulmans en exerçant une pression à travers le meurtre des hommes et la capture et même le viol des femmes et des filles. Ils les forcèrent ainsi à se déplacer obligatoirement au Bangladesh. À la fin du mois d’août, l’armée birmane a lancé une vaste opération dans l’État de Rakhine, après l’attaque d’une trentaine de postes de police par des rebelles de l'ARSA le et qui a coûté la vie à 71 personnes[12]. Après dix jours de violences, qui ont fait près de 400 morts, quelque 87 000 Rohingya ont fui au Bangladesh voisin[13]. Aung San Suu Kyi, qui fut détenue puis assignée à résidence par la junte birmane au pouvoir jusqu’en et qui est aujourd'hui la dirigeante de facto du pays, n’a en effet pas condamné les exactions commises contre les Rohingya[13].

Fin juillet 2018, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés estime que 723 000 Rohingya ont fui la Birmanie pour le Bangladesh depuis le 25 août 2017, principalement en 2017[14].

En août 2018, un rapport de l'ONU accuse l'armée de Myanmar de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité contre les Rohingya. Les enquêteurs de l'ONU font état de meurtres en masse, d'esclavage, de viols collectifs, de violences contre les enfants, de déportations et d'incendies volontaires de villages dans les États de Rakhine, Shan et Kachin. La présidente Aung San Suu Kyi est aussi critiquée dans ce rapport pour ne pas avoir cherché à arrêter le génocide[15].

Début septembre 2018, la Cour pénale internationale déclare être compétente pour enquêter sur la déportation des Rohingya. La Birmanie n'est pas signataire du Statut de Rome donc la CPI ne peut enquêter sur les persécutions en Birmanie, mais le Bangladesh, où les Rohingya se sont réfugiés, est signataire du traité et la CPI peut donc enquêter sur la déportation[16].

Fin septembre 2018, la Chambre des communes du Canada vote à l'unanimité un texte qui qualifie de génocide la persécution des Rohingya en Birmanie depuis 2016. La Chambre des communes demande au Conseil de sécurité de l'ONU de porter l'affaire devant la Cour pénale internationale[17].

Réactions internationalesModifier

  • Malala Yousafzai, la jeune Pakistanaise Prix Nobel de la paix 2014, a critiqué, lundi 4 septembre, son homologue birmane, Aung San Suu Kyi, pour son silence dans le drame des Rohingya, une minorité musulmane vivant en Birmanie et persécutée par le pouvoir. Elle a dit : « Chaque fois que je regarde les informations, j’ai le cœur brisé face aux souffrances des musulmans rohingya de Birmanie[18]. »

Notes et référencesModifier

  1. http://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/Rohingyas-pieges-entre-Birmanie-Bangladesh-2017-08-28-1200872540
  2. https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/video/2017/09/01/en-birmanie-la-persecution-des-musulmans-rohingya-continue_5179840_3216.html
  3. https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/printpdf/2864
  4. Renaud Egreteau (19 octobre 2009). "Birmanie (Myanmar) 1930-2007". Sciences Po. Violence massives et résistance - Réseau de recherche. Récupéré le 19 mars 2017
  5. http://www.lepoint.fr/monde/pourquoi-la-birmanie-tue-ses-musulmans-29-03-2013-1647348_24.php
  6. https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/2001/5581.htm
  7. http://www.burmalibrary.org/reg.burma/archives/200107/msg00034.html
  8. http://www.info-birmanie.org/wp-content/uploads/2007/03/Rapport-Info-Birmanie_Crise-dans-l%E2%80%99Arakan_juillet-2012.pdf
  9. http://www.aljazeera.com/news/2016/07/mob-burns-mosque-myanmar-160702100230049.html
  10. Bruno Philip, En Birmanie, la guérilla des Rohingya passe à l’offensive, Le Monde, 28 août 2017.
  11. http://www.presstv.ir/DetailFr/2017/09/18/535611/Massacre-des-Rohingyas-au-Myanmar-le-mutisme
  12. Birmanie : au moins 71 morts dans une attaque menée par des rebelles musulmans rohingya, Le Monde, 25 août 2017.
  13. a et b Massacre des Rohingya en Birmanie, Le Monde.fr, 04.09.2017 à 16h27
  14. (en) « Operational Update, External - UNHCR Bangladesh- 19 - 31 July 2018 », HCR,
  15. (en) Hannah Ellis-Petersen, « Myanmar's military accused of genocide in damning UN report », The Guardian,
  16. Stéphanie Maupas, « La Cour pénale internationale pourra juger la déportation des Rohingya en Birmanie », Le Monde,
  17. (en) « Canada accuses Myanmar of genocide against Rohingya », AFP et The Guardian,
  18. https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/09/04/massacre-des-rohingya-la-prix-nobel-de-la-paix-malala-yousafzai-denonce-le-silence-d-aung-san-suu-kyi_5180865_3216.html#U7OoyWXBembPKbbJ.99

Articles connexesModifier