Ouvrir le menu principal

Pazin

ville de Croatie

Pazin
Pisino
Drapeau de Pazin
Drapeau
Pazin
Panorama de la ville et du château.
Administration
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Comitat Istrie
Maire
Mandat
Renato Krilčić IDS
2009-2013
Code postal 52000
Indicatif téléphonique international +(385)
Indicatif téléphonique local (0) 52
Démographie
Population 4 986 hab. (2001)
Population municipalité 9 227 hab. (2001)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 00″ nord, 13° 56′ 00″ est
Superficie municipalité 13 700 ha = 137 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 12.svg
Pazin

Géolocalisation sur la carte : Croatie

Voir la carte administrative de Croatie
City locator 12.svg
Pazin

Géolocalisation sur la carte : Croatie

Voir la carte topographique de Croatie
City locator 12.svg
Pazin
Liens
Site web http://www.pazin.hr

Pazin (en italien : Pisino, en allemand : Mitterburg) est une ville et une municipalité en Croatie, chef-lieu du comitat d'Istrie.

GéographieModifier

La ville se situe dans l'intérieur de la péninsule d'Istrie. Elle abrite le parlement régional di comitat, où l’italien est reconnu comme langue officielle minoritaire. Au recensement de 2001, la municipalité comptait 9 227 habitants, dont 86,51 % de Croates[1] et la ville seule comptait 4 986 habitants[2].

LocalitésModifier

En 2006, la municipalité de Pazin comptait 19 localités :

HistoireModifier

 
Le château de Pazin.

La ville s'est formée autour d'un château dont le nom est évoquée pour la première fois le 7 juin 983 dans un acte de donation de l'empereur Otton II à l'archevêque de Poreč (Parenzo) où il est fait mention d'un castrum Pisinum pour désigner le château médiéval de Pazin. Construite haut sur un rocher escarpé, la forteresse devient possession du comte bavarois Meinhard von Schwarzenburg (en croate : Črni grad) au XIIe siècle, puis des comtes de Goritz. Elle passe ensuite à la maison autrichien des Habsbourg en 1374, a peu près à la même période où la plupart des côtes et la moitié sud-est de l'Istrie passe à la République de Venise (de 1420 à 1797). Pazin fut le chef-lieu de la marche d'Istrie restante, la moitié nord-ouest et l'intérieur de la péninsule appartiennent aux Habsbourg en les domains d'Autriche intérieure.

Sous les Habsbourg, le fief fut confirmé aux plusieurs familles nobles, comme les Auersperg, les della Torre, les Fugger, les Turinetti et la maison de Walsee. Le château est rénové aux XVe et XVIe siècles, et démantelé de ses fortifications aux XVIIIe et XIXe siècles. En 1766, il est vendu à la famille Montecuccoli. Il accueille aujourd'hui le musée ethnographique d'Istrie.

 
Le gouffre de Pazin.

La ville faisait partie des Provinces illyriennes de 1809 à 1813, puis du Littoral de l'Empire d'Autriche. Le gouffre (ponor) de Pazin (Pazinska jama : 130 m), situé sous le château, a été exploré en 1893 par le spéléologue français Édouard-Alfred Martel et a inspiré un roman de Jules Verne, Mathias Sandorf. Le protagoniste, emprisonné dans le donjon du château, parvient à s'en échapper à la veille de son exécution en descendant le long du câble du paratonnerre, avant d'être contraint de plonger dans le gouffre de Pazin et de descendre le cours du ruisseau jusqu'au littoral oriental de l'Istrie. Chaque année, au mois de juin, la Société Jules Verne de Croatie organise un festival Jules Verne autour du château avec reconstitutions d'après le roman.

PersonnalitésModifier

MaireModifier

Liste des maires (gradonačelnik) de Pazin
Législature Nom Parti(s) Note
2005-2009 Neven Rimanić IDS
2009-2013 Renato Krilčić IDS-SDP-HNS [3]

Notes et référencesModifier

  1. (en) Recensement de 2001 : « Population by ethnicity, by towns/municipalities, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  2. (en) « Population by sex and age by settlements, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  3. Gouvernement de Croatie, « ŽUPANIJSKA SKUPŠTINA ISTARSKE ŽUPANIJE », sur www.izbori.hr, (consulté le 16 juin 2009)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :