Famille Fugger

(Redirigé depuis Fugger)

Famille Fugger
Image illustrative de l’article Famille Fugger
Armes de la famille.

Branches Fugger de Kirchberg et Weissenhorn
Fugger de Glött
Fugger de Babenhausen
Période XIVe – XIXe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Allégeance Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Charges Marchand
Banquier

La famille Fugger est une famille de marchands et de banquiers du Saint-Empire, implantée à la fin du Moyen Âge à Augsbourg, qui domina la finance européenne à la fin du Moyen Âge et pendant la Renaissance[1]. Ils sont à l’origine de la pratique moderne de la banque et de la finance, avec la famille Welser, également implantée à Augsbourg. Jacob Fugger rassembla la plus grande fortune privée de son temps.

Histoire modifier

Origines modifier

Hans Fugger, tisserand à Graben, près d'Augsbourg, est le premier Fugger à s'installer à Augsbourg et à devenir bourgeois de cette ville en 1367. La famille s'enrichit en quelques générations en passant de la fabrication de la futaine à son commerce (dès la mort de Hans Fugger en 1408, la famille fait partie des cinquante plus riches familles de la ville). Ses fils diversifient son commerce, en particulier avec le Levant.

Au milieu du XVe siècle, la famille se partage en deux branches, von der Lilie (du lys) et vom Reh (du chevreuil), portant respectivement deux lys ou un chevreuil sur leurs armes : la branche vom Reh fait banqueroute au début du XVIe siècle et perd toute importance économique. La branche von der Lilie continue quant à elle son ascension sociale et économique. Les suffixes après les armoiries n'appartiennent pas au nom de famille, mais servent uniquement à distinguer les branches de la famille.

La maison de commerce d'Augsbourg modifier

Andreas Fugger, fils de Hans, a établi des contacts à Venise et a développé l'entreprise de fabrication de tissus dont il avait hérité avec ses frères en une entreprise de vente en gros. Il fonde la ligne Fugger vom Reh, tandis que son frère Jacob Fugger l'Ancien, également maître tisserand de formation, devient propriétaire unique à partir de 1454 et développe la maison en une entreprise de taille moyenne faisant le commerce du coton et de la perche avec l'Italie.

 
Portrait de Jacob Fugger (1459-1525), par Dürer (Galerie nationale des anciens maîtres allemands, Augsbourg)

Son fils Jacob Fugger le Jeune, plus tard appelé « le riche », né en 1459, commence sa carrière par un apprentissage dans l'orfèvrerie et comme marchand au Fontego dei Tedeschi à Venise. En quelques décennies, il a développé l'entreprise de son père en une entreprise paneuropéenne axée sur les secteurs minier et bancaire. A sa mort en 1525, l'entreprise familiale s'étend sur toute l'Europe : présente sur la Baltique comme sur la Méditerranée, bien implantée à Anvers et à Lisbonne. Ses investissements en Europe centrale sont notamment décisifs pour le développement d'une industrie minière d'une ampleur inédite. Du temps de son vivant, il devient l'homme le plus riche d'Europe[2].

L'entreprise familiale s'est développée rapidement après que les frères Jacob, Ulrich et Georg Fugger ont conclu des transactions bancaires avec les Habsbourg et la Curie romaine, d'abord dans l'industrie minière du Tyrol et à partir de 1493 dans l'extraction de l'argent et du cuivre dans ce qui est aujourd'hui la République tchèque et la Slovaquie. À partir de 1525, les Fugger possédaient les droits d'exploitation du mercure et du cinabre dans la mine d'Almadén en Espagne. La société détenait temporairement un monopole sur le marché européen du cuivre. Le cuivre de la Haute-Hongrie (aujourd'hui la Slovaquie) était acheminé via Anvers vers Lisbonne et de là vers l'Inde. Entre son bilan de 1511 et son bilan de 1527, la société a pu faire passer son capital d'un peu moins de 200 000 florins à plus de 1,8 million de florins.

L'arrivée de la réforme protestante à Augsbourg suscite chez les Fugger une opposition farouche, contrairement à l'autre grande famille banquière d'Augsbourg, les Welser, qui deviennent dans la ville les chefs du parti protestant. Cependant, leur fidélité à l'ancienne foi leur assure la bonne volonté des empereurs des Habsbourg, qui leur devaient aussi des dettes en tant que gros débiteurs.

 
Anton Fugger, par Hans Maler, 1525, Musée du Louvre

La société Fugger n'a pas atteint son apogée d'actifs sociaux sous Jacob Fugger le Riche, mais sous son neveu et successeur Anton Fugger : En 1546, le bilan de l'entreprise familiale indiquait un capital commercial d'environ 5 millions de florins[3]. Anton diversifie ses activités, créant de nouveaux liens commerciaux avec le Pérou et le Chili, étendant ses affaires à Buenos Aires, Mexico et aux Indes occidentales. Ses affaires, outre le financement des princes, recouvrent un grand champ d'activités qui vont de l'exploitation de gisements miniers au négoce d'épices et de tissus, passant par le commerce de bétail et même d'esclaves en Afrique et en Amérique.

De plus en plus de créances privées de la couronne espagnole ont entraîné un endettement croissant des Habsbourg, qui ont également combiné leurs remboursements avec de plus en plus de nouvelles créances privées. Au plus tard depuis 1550, Anton Fugger a tenté de liquider le commerce. La première faillite de l'État espagnol en 1557 a marqué le début du « temps des crises financières internationales », y compris deux autres faillites de l'État espagnol (1575 et 1607). Mais Anton Fugger avait investi aussi systématiquement dans de grands domaines, plus encore que son oncle, jetant ainsi les bases de la richesse durable de sa famille.

Après la mort d'Anton Fugger en 1560, son fils Marcus (1529–1597) a poursuivi l'entreprise sous le nom de « Marx Fugger und Gebrüder » (Marcus Fugger & Frères), tandis que les neveux ont quitté l'entreprise en encaissant. Il a recommencé à faire des bénéfices à partir du début des années 1560. Cette société se concentrait sur l'extraction du mercure et du cinabre en Castille et sur l'extraction de l'argent au Tyrol. Vers 1600, la société était également très active dans le commerce international des lettres de change et des crédits.

Deux autres neveux ont fondé une société en 1586 appelée Georg Fuggerische Erben (Héritiers de George Fugger) et ont participé au commerce des épices avec la couronne portugaise, travaillant en étroite collaboration avec la famille Welser. Cette société opérait également des opérations de crédit. En 1618 Maximilien Fugger a fondé une entreprise pour exporter du coton vers l'Espagne jusqu'à ce que les Espagnols cessent d'importer des textiles. La Guerre de Trente Ans a affecté les affaires dans toute l'Europe.

En 1647, les Fugger ont mis fin au bail pour l'extraction du mercure et du cinabre en Espagne. En 1657, Léopold Fugger rendit les droits miniers tyroliens de la famille aux ducs tyroliens sans compensation et sans aucune fonction dans la gestion du commerce. La société Fugger s'éteignit ainsi. La perte totale que les Fugger ont dû accepter à la suite de leur réclamation contre les Habsbourg jusqu'au milieu du XVIIe siècle était de 8 millions de florins. Contrairement à ses principaux concurrents d'Augsbourg, les Welser, qui devinrent insolvables en 1603, la société Fugger ne fit jamais faillite.

Banque Fugger modifier

En 1523, la fiscalité du Saint-Empire attaque en justice la Banque Fugger et d'autre firmes d'Augsbourg au motif de monopole[4]. Une banque de ce nom, acquis par un membre de la famille en 1954, mais sans lien direct avec l'entreprise historique, existe encore aujourd'hui, dans le domaine de la gestion de patrimoine pour clientèle fortunée[5].

Anoblissement, acquisition de terres et formation de lignes modifier

Dès les origines, les Fugger se placent en marge de la société augsbourgeoise, en ne participant par exemple pas au gouvernement de la ville malgré leur richesse. L'accession à la noblesse de la famille se fait en plusieurs étapes à partir du début du XVIe siècle. La première étape passe par l'investissement foncier dans les environs d'Augsbourg : en 1507, Jacob Fugger « le riche » acquit l'ensemble des droits seigneuriaux sur le comté de Kirchberg et la seigneurie de Weissenhorn. Cette acquisition ouvre la voie à l'anoblissement des Fugger par l'empereur Maximilien Ier, qui témoigne de l'intensité des relations d'affaires entre la famille Fugger et les Habsbourg : en 1511, il leur octroie la noblesse d'Empire, puis en 1514 le titre héréditaire de comte du Saint-Empire. Les Fugger financent notamment de façon décisive la campagne préparant l'élection de Charles Quint comme Empereur, qui impose de très importants versements aux sept prince-électeurs, par des lettres de change payables « après l'élection si Charles d'Espagne est élu ».

Lorsque de nouvelles familles sont admises au sein du patriciat augsbourgeois (qui menaçait de s'éteindre), en 1538, les Fugger en font partie. En 1535 le titre de comte est étendu aux deux fils de Georg Fugger, frère de Jacob « le riche » qui lui-même n'avait pas d'enfants, Raymund Fugger (1489-1535), fondateur de la branche des comtes Fugger de Kirchberg et Weissenhorn et Anton Fugger (1493-1560), seigneur de Glött (acquis en 1537), de Babenhausen (acquis en 1538) et de Kirchheim (acquis en 1551). Le fils aîné de ce dernier, Hans Fugger (1531-1598), fonde la branche des comtes Fugger de Glött, le fils cadet, Jacob Fugger (1542-1598), est l'auteur de la lignée des comtes puis princes Fugger de Babenhausen.

La famille Fugger exerce, à Augsbourg et dans ses possessions, un important mécénat, par exemple dans une chapelle de l'église Sainte-Anne d'Augsbourg. Dans le domaine social, Jacob Fugger le Riche entreprend la construction de la Fuggerei, souvent qualifiée de première cité sociale du monde qui est actuellement encore sous la contrôle de la famille.

Les comtes Fugger de Babenhausen ont été élevés au rang de princes du Saint-Empire (« Fürst ») en 1803, les comtes Fugger de Glött au rang de princes titulaires du royaume de Bavière en 1913, tandis que les Fugger de Kirchberg sont restés comtes; seul le chef de lignage a droit au titre de prince, tandis que les agnats sont comtes ou comtesses. En outre, trois membres de la maison Fugger étaient également des princes impériaux en tant que prince-évêques de Constance et de Ratisbonne. Avec la médiatisation de leurs territoires indépendants, les princes et comtes de Fugger deviennent des « Standesherren » dans plusieurs lignes différentes.

En 1878, la lignée de Kirchheim s'éteignit et leur château tomba aux mains des comtes Fugger von Glött, qui vendirent le château de Glött en 1869. Au moins sept des plus de 30 châteaux et palais de commerce appartiennent toujours à la famille, y compris l'ancienne maison de commerce d'Augsbourg et les châteaux de Kirchberg, Babenhausen et Kirchheim avec leurs grands domaines forestiers. Au XXe siècle, les lignées de Kirchberg et Glött se sont éteintes dans la lignée masculine, mais le nom et le titre sont venus par héritage et adoption aux descendants de la lignée féminine, dans le premier cas de la famille des comtes de Thun et Hohenstein, dans le second de la famille des comtes d'Arco-Zinneberg. Seule la lignée princière de Babenhausen (et du château de Wellenburg près d'Augsbourg) existe encore dans la lignée masculine.

Portraits modifier

 
Portrait de Jörg Fugger (1474) par Giovanni Bellini (Norton Simon Museum).
 
Johann Jacob Fugger par Christoph Amberger, 1541
 
Portrait de Christoph Fugger, par Christoph Amberger, 1541 (Alte Pinakothek, Munich).

Les Fugger ont été souvent représentés. Jacob Fugger a notamment posé pour un célèbre portrait par Albrecht Dürer, mais on le trouve aussi représenté dans le livre de son employé Matthäus Schwarz.

Dominique Custos, graveur d'Anvers, a publié une suite de portraits des principaux personnages de cette maison, sous le titre suivant : Fuggerorum et Fuggerarum, quœ in familia natœ, quœve in familiam transierunt, quot extant, ære expressæ imagines, in-fol, 1618, 127 pl. avec texte au verso[6]. Ce volume contient 127 portraits très bien gravés sur cuivre, avec de courtes descriptions des titres et des qualités des personnes qu'ils représentent. Ce recueil a paru pour la première fois vers 1595 avec 64 portraits. Les exemplaires du second tirage, augmenté, portent la date de 1618 ; ceux du troisième, celle de 1620. Les descriptions sont en allemand, et l'on y a ajouté deux portraits. Enfin, les planches ont été retouchées et l'on en a fait un quatrième tirage à Ulm, en 1754, sous le titre de Pinacotheca. Le plus ancien personnage dont le portrait se trouve dans ce recueil est Jacob Fugger, dit le Vieux, mort le .

Personnalités modifier

Les membres importants de la famille sont :

La famille donnera par la suite au Saint-Empire plusieurs banquiers impériaux et sera à l'origine de plusieurs branches de la haute noblesse. Elle est citée en exemple par Honoré de Balzac dans La Maison Nucingen (1837) : « Comme le Temps, la Banque dévore ses enfants. Pour subsister, le banquier doit devenir noble, fonder une dynastie comme les prêteurs de Charles-Quint, les Fugger, créés princes de Babenhausen, et qui existent encore dans l'Almanach de Gotha[7]. »

Notes et références modifier

  1. Rabelais a donné une bien haute idée de l'opulence de cette famille, en disant qu'après les « Foucquers » (sic) d'Augsbourg, Philippe Strozzi est estimé le plus riche marchand de la chrétienté. On rapporte qu'à son retour de Tunis, Charles Quint, passant à Augsbourg, logea chez les Fugger, et qu'entre autres magnificences dont ils le régalèrent, ils firent mettre sous la cheminée de sa chambre un fagot de cannelle, et l'allumèrent avec la promesse d'une somme très considérable qu'ils avaient prêtée à l'empereur.
  2. « Jacob Fugger « le Riche », banquier des Habsbourg », www.lemonde.fr.
  3. Richard Ehrenberg : Das Zeitalter der Fugger. Geldkapital und Creditverkehr im 16. Jahrhundert. (L'âge des Fuggers. Capital monétaire et opérations de crédit au XVIe siècle). Tome 1 : Les pouvoirs monétaires du XVIe siècle. Iéna 1912, p. 119.
  4. Der Zeitgeist, « Fugger », décembre 2009, p. 5.
  5. Fuggerbank (site Internet)
  6. C'est ce livre, sous le titre de Fuggerarum imagines que des bibliographes ont quelquefois classé, dans des catalogues parmi les ouvrages de botanique, comme s'il traitait de fougères.
  7. La Maison Nucingen, édition Furne, vol. XI, p. 11-12.

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Bibliographie modifier

  • Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, vol. 1, Ch. Delagrave, 1878, p. 1118
  • German Society at the Close of the Middle Ages, E. Belfort Bax, éd. Kelley, New York, 1967.
  • « Famille Fugger », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition]

Liens externes modifier