Paulo Mendes da Rocha

architecte brésilien
Paulo Mendes da Rocha
Paulo Mendes Da Rocha-Arquisur 2009.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
São PauloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom officiel
Paulo Archias Mendes da RochaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Universidade Presbiteriana Mackenzie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Prix Pritzker ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Œuvres principales

Paulo Mendes da Rocha, né le à Vitória dans l'État d'Espírito Santo et mort le à São Paulo[1], est un architecte brésilien.

Son œuvreModifier

Paulo Mendes da Rocha fait partie du groupe des modernistes brésiliens qui ont créé un style particulier, à la fois international mais ancré dans l'esprit brésilien. Ses lignes épurées reflètent l'esprit de São Paulo, la capitale économique du pays, et son style est assimilé à « l'architecture brutaliste pauliste », un mouvement de créateurs attachés aux formes et aux matériaux simples et à une certaine éthique.

ŒuvresModifier

  • Musée national des carrosses à Lisbonne
  • Gymnase du Paulista Athletic Club et son fauteuil Paulistano[2],[3] (1957)
  • Musée brésilien de la sculpture à São Paulo (MuBE, Museu Brasileiro de Escultura)
  • Pinacothèque de l'État de São Paulo, transformation du plus vieux musée des Beaux-Arts de São Paulo
  • Pavillon du Brésil pour l'exposition universelle d'Ôsaka (1970)
  • Rénovation de la gare de la Luz à São Paulo et projet du Musée de la Langue Portugaise
  • Chapelle Sao Pedro (1987)
  • Siège social du Jockey Club (Sede Social do Jóquei Clube, 1962) à Goiânia, Brésil

HonneursModifier

Il se voit décerner, en 2006, le prestigieux Prix Pritzker d'architecture. Il est le deuxième Brésilien après Oscar Niemeyer à recevoir cette récompense suprême, souvent surnommée le « Nobel de l'architecture »[1]. En , il succède à Dominique Perrault et devient le nouveau lauréat du Praemium Imperiale.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier