Paul Eric Kingue

homme politique camerounais, maire de Njombé-Penja

Paul Eric Kingue
Fonctions
Président National du MPCN
Biographie
Nom de naissance Paul Eric Kingue
Date de naissance
Lieu de naissance Douala, (Cameroun)
Date de décès (à 54 ans)
Lieu de décès Douala
Nationalité Camerounais
Parti politique Mouvement Patriotique pour un Cameroun Nouveau (MPCN)

Paul Eric Kingue, né le à Douala dans la région du Littoral et mort le à Douala, est un homme politique camerounais[1]. Il occupe la fonction de maire de la commune de Njombe-Penja de 2007 à 2008 jusqu'à son arrestation le [2],[3]. Il est libéré en 2015 après sept ans en prison[4]. En , il est à nouveau élu maire de la commune de Njombe-Penja[5],[6].

Paul Eric Kingue est depuis 2018 à la tête du parti politique Mouvement patriotique pour un Cameroun nouveau (MPCN) et occupe le poste de vice-président des Communes et Villes unies du Cameroun (CVUC) depuis son élection en [7]. Il est le fondateur de la chaine de télévision School TV Africa lancée en [8],[9].

BiographieModifier

Famille et éducationModifier

Paul Eric Kingue est né en à Mpoula, village situé à sept kilomètres de Penja, dans la région du Littoral, d'un père bamiléké, de la région de l'Ouest et d'une mère originaire de Mpoula[10],[11]. Sa mère est agricultrice et son père, veilleur de nuit. Celui-ci décède quand il est âgé de 7 ans[12]. Dernier enfant d'une fratrie de 12 enfants, Paul Eric Kingue passe son enfance dans la ville de Penja et suit ses études primaires à l’école publique de Penja.

Il termine ses études secondaires en 1988 en obtenant son Baccalauréat A4 au lycée de Ngoumou. Il entame alors des études universitaires à l'université de Yaoundé où il décroche en 1991 une licence en droit privé et finance. En 1992, il quitte le Cameroun pour poursuivre ses études universitaires en Afrique du Sud où il obtient une maîtrise en droit de l’environnement à l’Université du Witwatersrand à Johannesbourg[13].

Homme d'affairesModifier

Il retourne au Cameroun en 1995 et se lance dans les affaires. Il travaille dans la promotion de l’économie Sud africaine au Cameroun et de l’octroi des visas pour l'Afrique du Sud. Plus tard, il assure la fonction de représentant de la Chambre de commerce sud africaine au Cameroun et devient importateur de meubles de luxes en provenance de la République Sud Africaine[14].

Carrière PolitiqueModifier

Maire de Njombe-Penja (2007-2008)Modifier

Paul Eric Kingue commence sa carrière politique au sein du RDPC, parti au pouvoir. En 2001, il est élu président de la sous-section RDPC de sa commune. En 2002, il est élu député aux primaires du parti, mais n'est pas investi[13]. Il se présente à nouveau en 2007 et est élu candidat aux primaires des élections municipales et législatives de 2007 au Cameroun. À l'issue des élections législatives du , il est élu maire de la commune de Njombé-Penja[2].

Élu pour un mandat de cinq ans, il n'assurera la fonction de maire que sept mois seulement, car il est arrêté le [2].

Président du MPCNModifier

Libéré en , il décide peu de temps après de revenir sur la scène politique. En , il prend alors la tête du Parti du Cameroun Nouveau (PCN), rebaptisé Mouvement patriotique pour un Cameroun nouveau (MPCN), un parti politique créé en 2006 et présidé depuis sa création par Guillaume Mboule Djaka[15]. Il affirme avoir été également courtisé par plusieurs autres partis d'oppositions, dont le MRC, le SDF et l’UMS, qui auraient souhaité le voir rejoindre leurs formations politiques[16].

Élections présidentielles 2018Modifier

Le 04 , Paul Eric Kinguè annonce sa candidature à l'élection présidentielle 2018[17]. Il y renonce par la suite et décide plutôt de s'allier au MRC. Il rejoint alors l'équipe de campagne et assure la fonction de Directeur de Campagne du candidat Maurice Kamto lors de l'élection présidentielle[18].

En , à la veille des élections législatives et municipales du pour lesquelles le MRC appelle au boycott, il se désolidarise de Maurice Kamto et de son parti et qualifie les militants du MRC de « talibans »[19],[20].

Maire de Njombe-Penja (2020-2021)Modifier

Il est candidat aux élections municipales du 9 février 2020 sous la bannière de son parti, le MPCN qui remporte les élections dans les communes de Njombe-Penja où il est candidat, ainsi que la commune de Dibombari[21]. Le , Paul Eric Kingue est à nouveau élu maire de Njombe-Penja pour un mandat de 5 ans, près de 13 ans après sa première élection en 2007[22].

DécèsModifier

Il décède le à l'âge de 55 ans[23]. D'après certaines sources, il serait décédé de suites de COVID-19[24].

Il est enterré le à Mpoula, son village natal[25].

EmprisonnementsModifier

Détention à la Prison Centrale de New-bellModifier

Paul Eric Kingue est interpellé le , au lendemain des émeutes de 2008[2]. On l'accuse d'avoir incité des jeunes de sa commune à vandaliser l’entreprise française Les plantations du Haut-Penja (PHP). Il est condamné à six ans de prison par le tribunal de Nkongsamba, et à payer une amende de 800 millions de francs CFA à la PHP pour dommages et intérêts.

Il est également accusé de détournement d'une somme de 1,4 million de francs allouée à la construction d'un point d’eau courante dans sa commune. Il est condamné à dix années de prison, puis sera acquitté quatre ans plus tard, le , par la Cour d’Appel du Littoral à Douala pour faits non établis[26].

En 2012, alors qu'il est toujours détenu à la Prison centrale de New Bell, un troisième procès est engagé contre lui à Nkongsamba. Il est accusé cette fois d’avoir détourné la somme de 4.960.000 FCFA et le , est condamné à perpétuité par le Tribunal de grande instance du Moungo[26].

Tout au long de son séjour en prison, Paul-Eric Kingué ne cesse clamer son innocence et soutient que son arrestation est un règlement de comptes du fait de ses sorties pour dénoncer les salaires pratiqués par les sociétés bananières et les exonérations fiscales dont elles bénéficient[27],[28]. Dans une lettre ouverte écrite depuis sa prison le et adressée aux députés de l'assemblée nationale, il soutient « Révolté devant cette situation intenable, j’ai commis une expertise fiscale qui a conclu que ma commune perdait depuis 30 ans 2.700.000.000 FCFA (deux milliards sept cents millions de FCFA) par an, du fait du non-payement par les plantations de bananes françaises locales (PHP, SPM, CAPLAIN) » et qualifie sa détention de « complot, d'injustice, d'acharnement politico-judiciaire et de persécution »[29].

Il fait appel et écope de 37 renvois entre 2009 et 2011[2]. Après une longue procédure judiciaire, le ministère public préconise son acquittement et la Cour suprême se penche sur son cas [30]. Le , il est finalement acquitté par la Cour Suprême et remis en liberté après plus de sept années et demie en prison[31],[4].

« J'ai attaqué toutes ces décisions parce que j’estimais que la procédure n’a pas été respectée. La Cour suprême m’a suivi dans mon raisonnement, en annulant les jugements... » faisait comprendre maitre René Manfo, son Avocat principal durant ces longues années de bataille judiciaire . [1]

Détention à la prison centrale de KondenguiModifier

Le , alors qu'il déjeune à un restaurant de Yaoundé, Paul Eric Kingue est de nouveau arrêté, en même temps que son directeur de la communication, Marcel Olivier Ndi qui est libéré tard dans la soirée. Plusieurs cadres du MRC sont aussi interpelés pour la même cause, notamment, « manifestation publique interdite », deux jours plus tard, pour la même marche organisée par le MRC[32]. Il reste enfermé pendant 7 mois à la prison centrale de Kondengui et est libéré le en même temps que Maurice Kamto, Albert Dzongang, Michèle Ndoki, Alain Fogué et Christian Penda Ekoka[33].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Paul Eric Kingue, Biography », sur www.camerounweb.com (consulté le )
  2. a b c d et e « Cameroun : Paul Éric Kingué, de la douleur d’avoir été maire – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  3. « Prison ferme pour un élu camerounais accusé de complicité de saccage », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a et b « Cameroun: un ancien maire libéré et blanchi après sept ans de prison », sur RFI, (consulté le )
  5. « Cameroon-Info.Net:: Cameroun - Municipales 2020: Paul Eric Kingue réélu maire de Djombe-Penja (Littoral) », sur www.cameroon-info.net (consulté le )
  6. « Municipales: Paul Erick Kingué élu maire de Djombe-Penja ! », sur Actu Cameroun, (consulté le )
  7. « DECES DE PAUL ERIC KINGUE, VICE-PRESIDENT NATIONAL DE CVUC », sur www.cvuc-uccc.com (consulté le )
  8. Lebledparle.com, « Paul Éric Kingué lance « School Tv Africa », une chaine de télévision 100 % Education », sur Le Bled Parle : Actualité Cameroun info - journal Cameroun en ligne (consulté le )
  9. Y.M.T, « Paul Eric Kingue Lance sa chaine de télévision », sur mediatudecmr.com, (consulté le )
  10. « Paul Eric Kingue sera inhumé ce mercredi 24 mars 2021 à Penja », sur Actu Cameroun, (consulté le )
  11. « Cameroun > Paul Erik Kingue: Rattrapé par ses origines Bamileke », sur Panorama papers, (consulté le )
  12. « L’étrange destin de Paul Eric Kingue mort d’une maladie mystérieuse », sur Actu Cameroun, (consulté le )
  13. a et b « Cameroon-Info.Net:: Intimidation: Paul Eric Kinguè entendu à la DGRE à Douala », sur www.cameroon-info.net (consulté le )
  14. « Hommage : témoignage émouvant de l’ex épouse de Paul Eric Kingue », sur Actu Cameroun, (consulté le )
  15. StopBlaBlaCam, « Paul-Eric Kingue a-t-il vraiment créé un nouveau parti politique ? », sur www.stopblablacam.com (consulté le )
  16. « Présidentielle 2018 : Paul Eric Kingue annonce sa candidature », sur Actu Cameroun, (consulté le )
  17. « Cameroon-Info.Net:: Cameroun - Présidentielle 2018: Paul Eric Kingue, l’ancien Maire de Njombe-Penja, annonce sa candidature », sur www.cameroon-info.net (consulté le )
  18. « Paul Éric Kingue le nouveau directeur de campagne de Maurice Kamto - actualité du Cameroun - Agence Cameroun Presse », sur agencecamerounpresse.com (consulté le )
  19. « Paul Eric Kingue: "Quand je parle de Talibans. Faut que ce soit clair je ne parle pas des Bamileke" », sur Actu Cameroun, (consulté le )
  20. « Cameroon: Paul Eric Kingue dies of COVID-19 », sur Journal du Cameroun, (consulté le )
  21. « Double scrutin : Paul Eric kingue satisfait des résultats de son parti », sur Actu Cameroun, (consulté le )
  22. « Cameroon-Info.Net:: Cameroun - Municipales 2020: Paul Eric Kingue réélu maire de Djombe-Penja (Littoral) », sur www.cameroon-info.net (consulté le )
  23. « Nécrologie: Paul Eric Kingue quitte la scène », sur www.cameroon-tribune.cm (consulté le )
  24. « La classe politique rend hommage à Paul Éric Kingué », sur Cameroon Radio Television, (consulté le )
  25. Liliane EYenga, « Cameroun : Voici le programme des obsèques de Paul Eric Kingué », sur 237 Actu (consulté le )
  26. a et b « Cameroon-Info.Net:: Condamnation à vie – Audience en appel: Paul Eric Kingue de nouveau à la Cour d’Appel du Littoral », sur www.cameroon-info.net (consulté le )
  27. « Prison ferme pour un élu camerounais accusé de complicité de saccage », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Coup de torchon à la bananeraie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Survie, « Cameroun : Lettre ouverte de Paul Eric Kingué aux députés », sur survie.org, (consulté le )
  30. « Cameroun: Paul-Eric Kingué pourrait bientôt être libéré », sur RFI, (consulté le )
  31. « Paul Eric Kingué est libéré, la réaction du Mouvement de Février 2008 au Cameroun » (consulté le )
  32. « Maurice Kamto arrêté à Douala », BBC News Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. « Cameroun : l’opposant Maurice Kamto a été libéré après d’intenses négociations avec le régime de Paul Biya – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )