Paris Violence

groupe de musique français

Paris Violence est un groupe de punk rock français, originaire de Paris. Il est formé en 1994 autour de Flav (« Flav Paris Violence »), et toujours en activité jusqu'au décès de Flav, son leader, en 2022.

Paris Violence
Description de cette image, également commentée ci-après
Paris Violence en concert à Rheinböllen (Allemagne), le , au festival Back on the Streets.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Punk rock, oi!, Post-punk, Gothic rock
Années actives Depuis 1994
Labels Combat Rock, Islika Produktions, Randale Records, Lion Records (ancien), Joe Pogo Records (ancien), Dialektik Records (ancien)
Site officiel parisviolence.com
Composition du groupe
Membres Flav Paris Violence
Sylvain Villa-des-Bains
Yann Kid Chaos
Manu Kulmok
Florian Fusade
Jhon Black Fire

BiographieModifier

DébutsModifier

En 1994, l’idée d’un projet musical naît autour de Flav (« Flav Paris Violence », pseudonyme de Flavien Bertran de Balanda : voix, guitare, claviers, programmations), Thierry (guitare, claviers, chœurs) et Jérôme (chœurs), sur un concept punk rock et oi! à l’heure où cette scène semble s’essouffler en France[1]. Les influences vont de Métal Urbain à Pigalle, en passant par des chanteurs français comme Renaud [2]. Tous les textes et la plupart des compositions sont réalisés par Flav, qui déjà enregistre seul certains morceaux. Une boîte à rythme est utilisée, et quatre cassettes démo, enregistrées sur magnétophone 4 pistes, sont réalisées entre 1995 et 1998, suscitant de premières chroniques dans la presse underground[3].

En 1998, sortent les premières productions officielles : le 45 tours Humeurs noires, le split 45 tours Violence Urbaine et surtout le premier album, Temps de crise. Flav, désormais seul, commence à enregistrer sur magnétophone huit pistes un second album. Ce dernier, Mourir en novembre, bénéficie d’une distribution plus ambitieuse[4], et, surtout, est relayé dans la presse musicale grand public[5]. Outre des chroniques systématiques des albums et mini-albums sortis dans la période 2000-2007, on trouve dans ces magazines divers articles sur le groupe présentant notamment sa spécificité et son évolution : Rock Sound (Hors-série punk rock no 7, 2000, p. 84), Punk Rawk (no 10, janvier- ; no 14, no 39 ; 2008).

Dans la quatrième édition de l'émission radiophonique Sniffin' Glue (Radio Campus Clermont-Ferrand) du , Gildas Lescop, sociologue à l'université de Nantes et spécialiste de la scène oi!, intervenait avec une programmation musicale comprenant le morceau Le Chemin des dames, parmi trois dont un du groupe 4-Skins et un autre du groupe Lower Class Brats[6]. Quant à la presse généraliste ayant fait mention de Paris Violence, voir notamment L'Humanité du [7] ou Le Républicain lorrain du [8]. Cela permet au groupe d’apparaître sur divers samplers à plus gros tirage (notamment la série Punk Rawk Explosion ou encore le coffret Punk en France vol.2.), tandis que le son s’oriente de plus en plus vers une forme de oi! teintée d’influences new wave. En 2001, Flav lance par ailleurs parallèlement son projet cold wave Saison Froide.

Notoriété montanteModifier

L’album L’Âge de glace (2001) est conçu dans des conditions voisines du précédent et bénéficie de sa notoriété. Mais c’est l’arrivée de Spirou (Molodoï, Charge 69) qui donne une impulsion décisive à Paris Violence, qui rompt définitivement avec l’aspect « minimaliste » des débuts pour se lancer dans des disques studio de qualité plus professionnelle : Ni fleurs, ni couronnes (2001) mais surtout En Attendant l’Apocalypse (2003) permettent à Paris Violence de varier et d’élargir son public[9]. En Attendant l’Apocalypse est classé 6 474e meilleur album en 2000[10].

Malgré le départ de Spirou en 2005, périodes solo et formations successives alternent, sans que la production discographique ne s’en ressente : outre des albums longue durée comme Nous sommes nés trop tard (2007) ou Fleurs de névroses et d’éther (2010), Paris Violence continue à sortir des disques sur divers formats à une cadence soutenue, notamment diverses anthologies et rééditions.

Dernières activitésModifier

Après la constitution d’une formation live en 2010 avec Yann Kid Chaos et Manu Kulmok, ces derniers ont peu à peu intégré la formation studio dont ils forment, avec Flav et Sylvain, l’épine dorsale actuelle. C’est cependant avec Sylvain et Jhon Black Fire qu’a été enregistré  Promesses d’Immortalité (2015), double album dont une partie des illustrations intérieures, réalisées par Flav, sont un hommage à la Paulette de Pichard et Wolinski.

En juillet 2015, soit après 21 ans d’existence, Paris Violence a donné sa première prestation scénique au festival international Back on the Streets à Rheinböllen, en Allemagne. Le décès de Flav, le 19 janvier 2022, semble mettre un point final à l'aventure[11].

Style musical et imageModifier

Outre la fait d’avoir été pendant plus de vingt ans un projet purement studio sans volet scénique (voir concerts), Paris Violence possède un certain nombre de traits qui lui sont propres[12]. La particularité du son, par-delà ses évolutions, a pu faire considérer le groupe tantôt comme un style musical propre[13], tantôt comme le fondateur d’un courant dit « oi!-wave » ou «post-oi!»[14]. Sa spécificité majeure réside cependant sans doute dans ses textes, dont on a souvent relevé l’écriture littéraire[15]. Quant aux thèmes abordés, assez éloignés des thématiques punk / oi ! habituelles, elles vont du réalisme parisien[16] aux références à la littérature[17] en passant par l’histoire : guerre froide[18], conflits du XXe siècle[19], mouvements insurrectionnels[20], histoire médiévale[21], mais surtout la guerre de 1914-1918 qui a inspiré un certain nombre de textes ayant suscité des études universitaires. Les textes de Paris Violence sur la Grande Guerre ont été étudiés par l'universitaire Nicolas Offenstadt, qui s'est intéressé à la mémoire actuelle de la guerre de 14-18 dans le rock.

Paris Violence est cité, étudié et remercié dans son ouvrage 14-18 aujourd'hui: La Grande Guerre dans la France contemporaine, Odile Jacob, (ISBN 978-2-7381-2534-7). Paris Violence a été également cité alors par le même auteur dans diverses émissions sur les grandes ondes (avec des extraits de titres comme Mort au combat), et dans plusieurs colloques universitaires, dont le Colloque d’Agen et Nérac, 14- : L’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Agen et la Société historique des Amis du Vieux Nérac organisent : La Grande Guerre aujourd’hui : Mémoire(s), Histoire(s),  Nicolas Offenstadt : Rock, pop et Grande Guerre, et, à Paris 1-Sorbonne : Samedi  : La Grande Guerre aujourd’hui. 14-18 dans le monde social. Du même auteur, en collaboration avec André Loez: La Grande Guerre: Le carnet du centenaire[22]. Parmi les références universitaires à la place de la Grande Guerre dans les textes de Paris violence, voir également National Myth and the First World War in Modern Popular Music de Peter Grant[23].

Ces différentes caractéristiques sont rappelées Vincent Bonneveaux dans le roman La Nord, qui consacre deux pages à Paris Violence[24]. Le personnage de Lucien découvre Paris Violence sur la compilation Aujourd'hui Comme Hier (voir discographie) et qualifie le groupe d'« inclassable », « entre le punk, le rock, la oi! et la new wave », avec des paroles « touch(ant) au plus profond de l'être (op. cit.). » L'auteur cite ensuite les références historiques et littéraires évoquées dans les notes précédentes. Parmi les romans faisant allusion à Paris Violence, le narrateur de Je suis ton ombre découvre le groupe au chapitre II, avec le disque Rayé de la carte qu'il trouve dans une cave. (Morgane Caussarieu, Je suis ton ombre[25], éditions Mnémos en 2014. Les costumes que Flav arbore régulièrement dans les disques de Paris Violence tiennent enfin d’une forme assumée de dandysme[26]. Essentiellement à partir d’En attendant l’Apocalypse, où un morceau est du reste consacré à ce courant (« dandysme ») ; sur cet aspect voir également des morceaux tels qu’Esthétisme ou « Fleurs de névroses » sur l’album Fleurs de névroses et d’éther.

AccueilModifier

Le webzine québécois Barricade Punk liste Paris Violence 35e dans son top 75 de punk rock français[27]. Sur Ranker, Paris Violence est classé 16e des groupes punk français[28], 89e des groupes célèbres originaire de Paris[29], et 79e des meilleurs groupes de oi![30].

ControversesModifier

Paris Violence a été accusé d'être un groupe d'extrême-droite[31]. Dans le webzine Lys Noir (numéro « La résistance blanche des groupes bourrins »), Paris Violence est présenté comme « un groupe punko-royaliste[32]  ».

D'autres éléments sont plutôt basés sur les activités politiques du chanteur, qui est aussi historien[33],[34]. Il est ainsi proche de plusieurs groupes et mouvements royalistes, notamment l'Action française et le Parti Royaliste Français. Le chanteur souhaite toutefois « séparer [sa] sphère professionnelle/privée de [ses] activités musicales[34] ».

MembresModifier

Membres actuelsModifier

  • Flav Paris Violence (depuis 1994)
  • Sylvain (Villa-des-Bains,depuis 2005)
  • Yann Kid Chaos (depuis 2010)
  • Manu Kulmok (depuis 2010)
  • Jhon Black Fire (depuis 2010)

Anciens membresModifier

  • Thierry (1994-1998), Jérôme (1994-1998)
  • Spirou (2000-2004)
  • Tony (2005-2007)
  • Eric (2010-2013)
  • Sylvain (Villa-des-Bains)

DiscographieModifier

Albums studioModifier

  • 1998 : Temps de crise (Lion Records, Islika Prod ; réédité en double LP par Joe Pogo Records, et en CD en 2017 par Islika Prod)
  • 2000 : Mourir en novembre (Dialektik Records, Earquake, Limolife Records, Islika Prod ; réédition en CD en 2007 par Trooper Records/Combat Rock et en LP par Dirty Punk Records)
  • 2001 : L'Âge de glace (CD: Earquake, Trauma Social, Islika Prod, Rural Muzik, LP: Islika Prod, Fraktion Provisoire)
  • 2003 : En attendant l'apocalypse (CD: Dialektik Records, LP : Grandeur et Décadence ; réédition CD 2006 par Combat Rock, Trooper Records)
  • 2007 : Nous sommes nés trop tard (CD: Combat Rock, Trooper Records ; LP: Karameikos Records, Trooper Records)
  • 2008 : Le vent divin souffle toujours (Trooper Records ; réédité en CD en 2010 par Islika Prod)
  • 2010 : Fleurs de névroses et d'éther (CD: Combat Rock, Trooper Records, LP: Dirty Punk)
  • 2015 : Promesses d’immortalité (CD/double LP ; Randale Records)
  • 2021 : Allons de l'arrière (CD, Islika Prod)

Mini-albumsModifier

  • 2007 : La Tentation du néant (L'Appel des Ténèbres vol.1 ; Trooper Records, Islika Prod)
  • 2008 : La Nostalgie du chaos (L'Appel des Ténèbres vol.2 ; Trooper Records, Islika Prod)
  • 2008 : La Fascination de l'abîme (L'Appel des Ténèbres vol.3 ; Trooper Records, Islika Prod)
  • 2020 : Quand les berges se resserrent (CD, Casse-Os Recors, Islika Prod)

EPModifier

  • 1998 : Humeurs noires (Rural Muzik)
  • 2000 : Rayé de la carte (Islika Prod)
  • 2001 : Ni fleurs, ni couronnes (Islika Prod, Dialektik Records, Rural Muzik, deux versions ; réédité en CD en 2005 par True Force Records)
  • 2002 : Cauchemar abyssal (Rural Muzik / Islika Prod)
  • 2004 : Budapest 56
  • 2005 : Les Mondes flottants (Trooper Records)
  • 2007 : Les Saisons mortes (Dirty Punk)
  • 2009 : Rivages de la tristesse (édition française : Trooper Records, édition US : Koi Records[35])
  • 2010 : Croisons le fer, avec Kamizole 13 (Islika Prod, Trooper Records, Kamizole 13)
  • 2010 : La Dernière Garde (réédition en 2015 par Islika Prod)
  • 2012 : Salomé 1900 (LADA), réédition mini CDR 2014 (Islika Prod)
  • 2014 : Secret-défonce (Islika Prod)

SplitsModifier

  • 1998 : Violence urbaine (avec Symphonie Urbaine) (Fraktion Provisoire, Islika Prod)
  • 2006 : Indoctum iuga ferre (avec Hetairoi ; True Force Records, Hetairoi Records, Trooper Records)
  • 2006 : Envoyez la légion ! (Send in the Legion!), (avec Foreign Legion ; édition française: Trooper Records ; édition allemande: KB Records)
  • 2008 : Haut les cœurs et mort aux cons ! (avec Soirée Grisaille ; Trooper Records, Islika Prod/Au Bout de la Nuit Productions)
  • 2011 : Confins de l'enfer (avec Kid Chaos) (KB)

Anthologies, démos, raretésModifier

  • 2005 : Démos vol. 1 (1995-1996) (Islika Prod, Bitume Records)
  • 2006 : Démos vol. 2 (1997-1998) (Seine Urbaine roductions, Islika Prod, Records)
  • 2009 : Du futur faisons table rase (singles collection vol.1 : 1998-2002) (Combat Rock, Trooper Records)
  • 2010 : La Mort en toute intimité (éditions confidentielles 2005-2010) (Shout Proud Records)
  • 2012 : L'avenir commence mal (singles collection vol.2 : 2005-2011) (Combat Rock, Trooper Records)
  • 2014 : Révisons nos classiques (reprises inédites 1996-2004), CDR 2014 (Islika Prod)
  • 2014 : Orage des années noires (Best of vol. 1, 1998-2003) (édition française : Combat Rock, Islika Prod, édition allemande : KB Records)
  • 2015 : Tourmente des années sombres (Best of vol.2, 2004-2008), CD 2015 (édition française : Combat Rock, Islika Prod, édition allemande : Spirit of the Streets Records)
  • 2016 : Devançons l’Appel (démos 2007-2011) (Islika Prod)
  • 2016 : Pistis Sophia (démo 2005) (Islika Prod)
  • 2017 : Impossible n'est pas français (démos et raretés 1995), CD/LP 2017 (CD : Islika Prod, LP : Common People Records)

ParticipationsModifier

  • More sexy Girls for the Boys (More Oi!, punk rock and sexy girls for the boys), 7'EP 1999 (Carnage Records)
  • Dialektik City Rockers, double CD 2000 (Dialektik Records)
  • Dernier rempart (orthographié : Dernier Rampartsic), CD 2000 (Fraktion Provisoire / Antabuse)
  • Demain plus rien, 7'EP 2001 (No Human Records)
  • Aujourd'hui... Comme hier, CD 2003 (Pavemusic)
  • Nouvelle aube, CD 2003 (Bords de Seine)
  • Punk en France vol. 2, triple CD 2005 (Remedy Records)
  • Dites-le quatre fois plus fort, CD 2005 (Combat Rock)
  • Hier... Aujourd'hui... Comme demain, CD 2013 (Seb Prod)

Démos, maquettesModifier

  • L'Esprit français, K7 1995 (Islika Prod)
  • Un hiver en banlieue, K7 1996 K7 – Islika Prod
  • Violence dans l'azur, 1997 (Islika Prod)
  • De colère et de haine, K7 1998 (Islika Prod)
  • De bonne guerre, K7/CDR 2000
  • L'Apocalypse se fait attendre, CDR 2001
  • Pistis Sophia, K7/CDR 2005
  • Et nous mourons trop tôt, CDR 2006
  • Morne printemps, CDR 2007
  • Un été en province, CDR 2009
  • Paris '95, K7 2010
  • Voyage 32, CDR 2013 (Islika Prod)
  • Névroses d'éther et de fleurs, CDR 2014 (Islika Prod)
  • Renaître en décembre, CDR 2015 (Islika Prod)
  • Chantons avant l'assaut, Mini CDR 2014  (Islika Prod)
  • À l'appel du tocsin, Mini CDR 2014 (Islika Prod)

BibliographieModifier

  • 2010 : Flav Paris Violence : Textes 1998-2008 : albums, mini-albums et EPs 2010 (Islika Prod / Islika éditions)

Notes et référencesModifier

  1. Avec des groupes tels que Zabriskie Point (groupe de François Bégaudeau), Guérilla Poubelle ou Les Vielles Salopes, Paris Violence est considéré comme une des principales formations ayant renouvelé la scène de la période (ZiK et Zink, 27 février 2015, à propos de l'ouvrage Pierre Mikaïloff et Pierre Terrasson, Post-punk : 1979-85, Paris, Éditions Carpentier, , 154 p. (ISBN 978-2-84167-934-8, OCLC 908034574).
  2. Sur ces influences, voir la chronique de Mourir en Novembre dans Rock Sound (magazine) hors-série punk-rock no 6, septembre 2000.
  3. Voir par exemple Karok no 10 (été 1997), Le Râleur no 1 (octobre 1997) et no 3 (1998), Vol au-dessus d’un Nid de Keupons no 2 (1997), Fils de Putes no 3 et no 4 (1998), No Government no 39 (1997), Earquake no 58 (mai 1998)…  Concernant les médias étrangers, Paris Violence sera régulièrement chroniqué et évoqué dans le magazine américain Maximumrocknroll, à rayonnement international (voir par exemple no 200, janvier 2000 recensant Humeurs noires, et le no 204, mai 2000).
  4. Le disque est distribué par Tripsichord ; plus tard Paris Violence sera distribué par PIAS, puis Rue Stendhal.
  5. Rock Sound, Rock Sound hors-séries punk-rock, Punk Rawk, Worst.
  6. « Conducteur Sniffin’ Glue - n°4 - 24 octobre 2003 », sur sniffin.glue.free.fr (consulté le ).
  7. « Fanzine et sans reproche », sur L'Humanité, .
  8. « Montigny-lès-Metz : Combat Rock toujours aussi combatif », sur Le Républicain lorrain.
  9. Voir la chronique de l’album dans Punk Rawk no 13, octobre-novembre 2003.
  10. (en) « Paris Violence France », sur besteveralbums.com (consulté le ).
  11. « Ni fleurs-ni couronnes : Décès de Flav, fondateur et chanteur du groupe Paris Violence », sur Rébellion - la revue de l'OSRE, (consulté le )
  12. « "Allons de l'arrière" de Flav, Paris Violence, du punk, du style, de la mélancolie », sur Toutelaculture, (consulté le )
  13. « Hybride entre punk rock et new wave » avec « parties heavy » (Punk Rawk no 8, mai-juin 2002, à propos de Ni Fleurs ni Couronnes) ; voir également Indézine no 1 (janvier 2015) quant à la place de Paris Violence dans la scène punk française.
  14. Voir l’article consacré au groupe dans Punk Rawk no 39 (2008).
  15. Voir notamment les chroniques d’Humeurs noires dans 2 much 2 young no 2, Just do Oi ! no 1, Earquake no 61 (novembre-décembre 1998)…
  16. Voir par exemple la chronique de Mourir en Novembre dans Earquake, no 72, (septembre-octobre 2000).
  17. Ainsi divers textes tels « Les décadents » ou Le buveur d’éther » évoquent-ils Jean Lorrain, Rachilde, Maurice Rollinat et autres auteurs du mouvement décadent, mais on peut également citer Thomas de Quincey (Confessions d’un opiomane), E. M. Cioran, Mishima (« Rêve impérial »), Alfred de Musset (Nuit de mars) ou encore Louis-Ferdinand Céline (Sur le front) parmi les nombreuses références qui émaillent les paroles du groupe.
  18. Budapest 56, Retour à Budapest.
  19. Notamment la guerre civile russe (« De la vodka et du sang, Ungern-Sternberg), la guerre d’Indochine (« Noël légionnaire », Les centurions)… 
  20. Outre les titres consacrés à la révolution hongroise de 1956, voir Ombres chinoises sur les événements de Pékin en 1991, Char d’assaut sur le printemps des peuples de 1989, ainsi que de nombreuses références aux événements de mai 68 (Impossible n’est pas français), tandis que Raison d’État est dédié à la Commune de Paris et autres insurrections du XIXe siècle.
  21. Bouvines 1214, Siècles de Fer... 
  22. Nicolas Offenstadt et André Loez, La Grande Guerre : Le carnet du centenaire, , 256 p. (ISBN 978-2-226-29534-7 et 2-226-29534-8, lire en ligne), p. 125.
  23. Peter Grant, National Myth and the First World War in Modern Popular Music, Londres, Palgrave Macmillan, , 303 p. (ISBN 978-1-137-60138-4), p. 135.
  24. Vincent Bonneveaux, La Nord, , 312 p. (ISBN 978-0-244-60502-5 et 0-244-60502-5, Lulu.com/Chaos), p. 120-121.
  25. Morgane Caussarieu, Je suis ton ombre, Mnémos, (ISBN 978-2-35408-181-2 et 2-35408-181-2)
  26. « Entretien avec Paris Violence : Entre spleen et idéal », sur Rébellion - la revue de l'OSRE, (consulté le )
  27. « Top 75 du punk français », sur Barricade Punk (consulté le ).
  28. French punk rock bands list
  29. List of famous bands from Paris
  30. The best Oi! Punk bands
  31. « Flavien Bertran de Ballanda, un poète disparaît », sur Politique Magazine, (consulté le )
  32. « Mini Lys N°28 – La résistance blanche des groupes bourrins », sur lelysnoir, (consulté le )
  33. « Paris Violence finance l'extrême-droite (groupe punk/oi de France) », sur Forum Libertaire.net (consulté le )
  34. a et b « Paris Violence, extrême-droite et royalisme », sur Pirate-Punk.net (consulté le ).
  35. La pochette de la version américaine a été "recensée", en compagnie de celle de l'EP Du rhum, des Femmes de Soldat Louis, par Rodolphe, Les disques que vous n'écouterez plus jamais, Hugo Desinge, 2014, p. 75 (ISBN 9782755614855).

Liens externesModifier