Paranoia Agent

Paranoia Agent

妄想代理人
(Mōsō dairinin)
Type Seinen
Genre Action, comédie dramatique, satire, thriller, horreur psychologique, mystère
Anime japonais : Paranoia Agent
Réalisateur
Scénariste
Seishi Minakami
Satoshi Kon
Studio d’animation Studio Madhouse
Compositeur
Licence (fr) Dybex
Chaîne Drapeau du Japon WOWOW
1re diffusion
Épisodes 13

Paranoia Agent (妄想代理人 Mōsō dairinin) est un anime japonais en 13 épisodes de 25 minutes, créé en 2004 par Seishi Minakami, réalisé par Satoshi Kon et diffusé sur WOWOW. En France, la série est diffusée sur MCM depuis et elle est distribuée en DVD par la société Dybex. Elle est également diffusée depuis le sur la chaîne Nolife en VOST.

SynopsisModifier

Tsukiko Sagi est créatrice dans une grande entreprise et a connu le succès grâce à une de ses peluches, Maro-mi. En rentrant de son travail, elle est attaquée par un mystérieux enfant, coiffé d'une casquette, armé d'une batte de baseball et chaussé de rollers dorés : Shônen Bat (littéralement : le gamin à la batte). D'autres personnages hauts en couleurs sont à leur tour victimes de cet étrange voyou.

StyleModifier

Cette série surréaliste joue sur la frontière ténue entre réalité et rêve. Ainsi, chaque épisode à venir est présenté par un rêve prémonitoire cryptique et le générique de fin montre les personnages endormis au milieu d'un personnage de la série, le chien Maro-mi, sorte d'Hello Kitty canin. Du réalisme originel, la série glisse progressivement vers le fantastique au gré de personnages tourmentés qui, chacun à leur manière, imprègnent le récit (y compris graphiquement). Le stress, le surmenage, le culte de la réussite au détriment de l'accomplissement personnel semblent être le fil conducteur entre ces personnages délivrés par le coup de batte fatidique. Les thèmes du solipsisme, de la pensée créatrice se greffent au chamanisme traditionnel japonais (chaque personnage a ainsi un nom proche de celui d'un animal dans la version japonaise, véritable totem) et au shintoïsme. La critique de la société japonaise semble rappeler aux spectateurs que les rêves, pulsions, craintes et espoirs se manifestent avec d'autant plus de force qu'on les refoule. Satoshi Kon a expliqué dans la presse avoir voulu réaliser une série anti-suicide (un mal qui gangrène la société japonaise) exploitant sa fascination pour l'onirisme développé tout au long de sa carrière.

DistributionModifier

Voix japonaisesModifier

Voix françaisesModifier

  • Sidonie Laurens : Maromi, Kamome
  • Éric Peter : Keichi Ikari
  • Éric Missoffe : Mitsuhiro Maniwa
  • Sabrina Leurquin : Tsukiko Sagi, Taeko, Satoko
  • Taric Mehani : Le gamin à la batte, Yuichi Takera, Makoto Kozuka, Hiroki
  • Thierry Murzeau : Akio Kawasu
  • Gilbert Lévy : Le vieil homme, Yoshio, Inukai
  • Jessie Lambotte : Harumi Chono, Maria
  • Nathalie Bleynie : La vieille femme SDF, Shogo Uchiyama, Misae Ikari
  • Michel Raimbault : Akihiko Ryu
  • Patrick Pellegrin : Masami Hirokawa
  • Olivier Destrez : Makabe, Nobunaga
  • Stéphane Ronchewski : Zebra, Osuma, Saruta
  • Danièle Hazan : vieille femme
  • Christelle Reboul : Mme Kamohara

Fiche techniqueModifier

MusiqueModifier

La musique de Paranoia Agent a été composée par Susumu Hirasawa.

Générique d'ouverture
"Dream Island Obsessional Park" (夢の島思念公園, Yume no Shima Shinen Kōen?) par Susumu Hirasawa
Générique de fin
"White Hill – Maromi's Theme" (白ヶ丘~マロミのテーマ, Shirogaoka ~ Maromi no tēma?) par Susumu Hirasawa

ÉpisodesModifier

Voir aussiModifier

Bibliographie et webographieModifier

  • (en) Maxime Boyer-Degoul, « Hallucinations of Present Future : Futuristic Patterns Through Images in Japanimation Works », dans Francesco-Alessio Ursini, Adnan Mahmutovic et Frank Bramlett (dir.), Visions of the Future in Comics : International Perspectives, Jefferson (Caroline du Nord), McFarland & Company, , 256 p. (ISBN 978-1-4766-6801-7), p. 85-100.
  • (es) Víctor Cerdán Martínez, « El personaje Tsukiko Sagi, de la serie Paranoia Agent, desde el Análisis Transaccional », Revista de análisis transaccional y psicología humanista, Asociación Española de Análisis Transaccional (AESPAT), no 71,‎ , p. 361-370 (ISSN 0212-9876, lire en ligne).
  • (es) Víctor Cerdán Martínez, « Los juegos de las mujeres y el Monstruo en la serie de tv Paranoia Agent », Revista de análisis transaccional y psicología humanista, Asociación Española de Análisis Transaccional (AESPAT), no 77,‎ , p. 174-192 (ISSN 0212-9876).
  • (ko) Hye-Jin Choo, « A Study on Persona of Double-sided Characters Shown in Satoshi Kon's Works », Cartoon and Animation Studies, Korean Society of Cartoon and Animation Studies (한국만화애니메이션학회), no 35,‎ , p. 181-208 (ISSN 1738-009X, DOI 10.7230/KOSCAS.2014.35.181).
  • (en) Gerald Figal, « Monstrous Media and Delusional Consumption in Kon Satoshi's Paranoia Agent », Mechademia, Minneapolis / Londres, University of Minnesota Press, vol. 5 « Fanthropologies »,‎ , p. 139-155 (ISBN 978-0-8166-7387-2, ISSN 1934-2489).
  • (es) Ana Gorría Ferrín, « La identidad como causa trágica : lo real y su doble en Paranoia Agent de Satoshi Kon », Sesión no numerada : revista de letras y ficción audiovisual, no 3 « Series de televisión (2000-2010) »,‎ , p. 47-71 (ISSN 2173-5123, lire en ligne).
  • (es) Antonio Loriguillo López, « De carcajadas escapistas. Análisis de la secuencia de apertura de Paranoia Agent », Fórum de Recerca, Universitat Jaume I, no 19 « XIX Jornades de Foment de la Investigació de la Facultat de Ciències Humanes i Socials »,‎ , p. 643-655 (ISSN 1139-5486, DOI 10.6035/ForumRecerca.2014.19.40, lire en ligne).
  • (en) Kerin Ogg, « Lucid Dreams, False Awakenings : Figures of the Fan in Kon Satoshi », Mechademia, Minneapolis / Londres, University of Minnesota Press, vol. 5 « Fanthropologies »,‎ , p. 157-174 (ISBN 978-0-8166-7387-2, ISSN 1934-2489).

Liens externesModifier