Ouvrir le menu principal

Palissandre

type de bois
Palissandre de Rio.

L'appellation palissandre regroupe différentes essences de bois, du genre Dalbergia (famille des Fabaceae), poussant sous les tropiques, notamment au Brésil, en Inde, en Amérique ou à Madagascar, parmi lesquelles l'espèce la plus recherchée est Dalbergia nigra appelée en France « palissandre de Rio » et au Brésil Jacaranda da Bahia. Sa densité est comprise entre 0,85 et 1,00, de sorte qu'il flotte à peine[1].

Description et historiqueModifier

Les palissandres ont un bois très dense, très dur et résistant à l'humidité et à la vermine, pouvant présenter différentes couleurs. Ses grandes qualités tant mécaniques qu'esthétiques en ont fait un bois très recherché dès le XVIIIe siècle pour réaliser notamment des meubles haut de gamme et des instruments de musique (le basson français est en palissandre de Rio, le corps, les éclisses et la touche d'un grand nombre de guitares, certaines clarinettes, les chevilles, le cordier et le bouton des violon, alto, violoncelle, contrebasse, les lames de xylophone et de marimba également). On rencontre aussi souvent des quenas (flûte des Andes) intégralement en palissandre[2], ou mixtes ː corps en palissandre et tête en os[3].

C'est aussi un bois souvent utilisé pour réaliser des sculptures puisque, malgré sa solidité, il est assez facile à sculpter. Les pièces « noires » des jeux d'échecs haut de gamme sont ainsi souvent réalisées en palissandre.

Le commerce du palissandre de Rio, victime de la surexploitation, est désormais totalement interdit pour tous les spécimens coupés après 1992. Le dalbergia de Madagascar est une essence protégée depuis mars 2013 et depuis sous embargo commercial international[4],[5].

En raison de son aspect proche bien que généralement plus clair, l'espèce Caesalpinia ferrea est surnommée "palissandre de Santos", bien que n'étant pas du genre Dalbergia.

UtilisationModifier

Le palissandre étant très coûteux, il fut surtout utilisé en placage depuis le XVIIe siècle en Europe occidentale (bien que l'on trouve des meubles en bois massif, en particulier dans le mobilier anglais). La finition est le plus souvent vernie, ce qui met en valeur les contrastes de la veine de ces bois sombres.

 
Un placage de palissandre de Rio sur un meuble français du XVIIIe siècle

La touche des manches de guitares électriques et acoustiques est souvent de palissandre, alors que beaucoup d'autres instruments à cordes, tel le violon, utilisent plutôt l'ébène pour la touche, plus dur que le palissandre, mais nécessitant un certain entretien pour éviter les fissures.

Du fait de l'interdiction des palissandres de Rio et de Madagascar, la rareté des stocks et le prix astronomique des rares planches apparaissant sur le marché ont conduit les luthiers à se tourner vers le palissandre indien et beaucoup de guitares classiques possèdent des éclisses et un fond en palissandre indien.

Dans la liste des anniversaires de mariage, les noces de palissandre sont célébrées après 65 ans de mariage.

Notes et référencesModifier

  1. Rappelons que d'autres essences de bois précieux, telles le cocobolo, le bois de violette (eux aussi du genre Dalbergia, famille des Fabaceae), le gaïac (genre Guaiacum, famille des Zygophyllacées), ou encore l'ironwood ou "bois de fer" (nom parfois donné au gaïac, mais aussi à d'autres essences comme l'Ostryer de Virginie, etc.) ont une densité supérieure à 1.0, celle de l'eau, et de ce fait coulent (Voir la section Densité et flottabilité.
  2. on pourra voir ici de belles quenas en divers bois dont le palo santo et le palissandre ː (en + es) « Quena of wood » [« Quena de bois »], sur Kaypacha (consulté le 29 mai 2019).
  3. on verra ici une belle quena de l'atelier Un mundo de Bambú, au corps en palissandre de Bolivie, le jacarandá, tête en os et encoche en ébène ː « Quena professionnelle Bolivienne Jacaranda Ébène », sur Amazon.fr (consulté le 29 mai 2019).
  4. « La fièvre de l'or rouge saigne la forêt malgache », Univers Maoré, numéro 13, juin 2009, p. 8-15
  5. Laurence Caramel, « Bolabola l'arbre qui saigne », Le Monde, 25-26 janvier 2015


Voir aussiModifier