Palais du Soleil Kumsusan

mausolée à Pyongyang, en Corée du Nord
Palais du Soleil Kumsusan
금수산태양궁전
Kumsusan Memorial Palace, Pyongyang.jpg
La façade nord du palais du Soleil Kumsusan.
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Style
Construction
1976
Ouverture
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Le palais du Soleil Kumsusan, anciennement palais-mémorial de Kumsusan et palais présidentiel de Kumsusan, parfois appelé mausolée de Kim Il-sung, est un monument sépulcral situé au nord-est du centre-ville de Pyongyang, capitale de la Corée du Nord, et renfermant la dépouille de Kim Il-sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée. Construit en 1976 pour abriter le palais présidentiel, son fils et successeur Kim Jong-il décide à sa mort de le transformer en mausolée.

L'édifice est situé dans une zone isolée de Pyongyang et est seulement accessible aux étrangers, les jeudis et dimanches sur les circuits touristiques officiels organisés par le gouvernement. Parmi les mausolées existants dédiés à des dirigeants communistes, Kumsusan est le plus vaste.

Le corps embaumé de l'ancien président y est exposé à l'intérieur d'un sarcophage en verre clair. Sa tête reposant sur un oreiller de style coréen et il est couvert par le drapeau du Parti du travail de Corée.

Règles pour la visiteModifier

 
Statue de Kim Il-sung et gerbe de fleurs à l'intérieur du mausolée.

Tout appareil photo ou vidéo y est interdit. Le visiteur doit faire preuve de respect, ne pas fumer et garder le silence.

Il faut marcher en silence jusqu'à l'entrée, passer sur une brosse à chaussures, être inspecté par un portique de détection, passer dans une soufflerie pour enlever la poussière des vêtements. Lorsque l'on entre dans la salle ou se trouve le sarcophage de cristal où repose le corps, il faut tourner autour de celui-ci puis se prosterner trois fois[1]. Pour les touristes, s'incliner ne constitue pas une marque d'allégeance mais de politesse et de respect pour les défunts et pour le pays hôte[2].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Éric Lafforgue, Banni de Corée du Nord, Vanves, Hachette, , 190 p. (ISBN 978-2-01-244079-1, lire en ligne).
  2. Juliette Morillot et Dorian Malovic, La Corée du Nord en 100 questions, Texto, , p. 356

Sur les autres projets Wikimedia :