Ouvrir le menu principal

Parti social-chrétien (unitaire)

parti politique belge
(Redirigé depuis PSC-CVP)
Ne doit pas être confondu avec Christene Volkspartij.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti social-chrétien et Christelijke Volkspartij.

Parti social-chrétien
(nl) Christelijke Volkspartij
Présentation
Fondation
Disparition

Le Parti social-chrétien (PSC) (en néerlandais : Christelijke Volkspartij ou CVP) est un parti unitaire belge démocrate chrétien, qui exista de 1945 à 1968.

Sommaire

HistoriqueModifier

Il est issu du Parti catholique.

Le Parti social-chrétien fut créé les 18 et . « Un nouveau parti, une nouvelle pensée, de jeunes équipes, voilà ce qu'est le PSC-CVP. » Telle était la première phrase du programme de Noël 1945. Ce nouveau parti marquait une rupture radicale par rapport au parti d'avant-guerre tant sur le plan doctrinal que celui de l'organisation.

Le nouveau parti se fonde sur la doctrine du personnalisme communautaire. Il traduit cette doctrine dans un programme novateur publié à Noël 1945 et intitulé « Les chantiers sont ouverts, quel sera l'architecte ? »[1].

Ce programme rejette tant le capitalisme libéral que la philosophie socialiste de la lutte des classes. Il veut construire une société où la personne humaine s'épanouira : défense des libertés démocratiques, promotion de la famille, valorisation de l'initiative privée, solidarité sociale en constituent les axes principaux.

Sur le plan de l'organisation, le nouveau parti est un parti populaire qui réunit en son sein des personnes issues de toutes les catégories sociales. Il se fonde sur l'adhésion individuelle de membres et sur l'organisation de sections locales.

De 1945 à 1968, le Parti social-chrétien est organisé sur une base nationale unitaire avec deux ailes linguistiques : le PSC et le CVP.

Aux élections de 1946, il s'imposa d'emblée comme le plus grand parti belge. À partir de mars 1947, le parti est resté presque continuellement au pouvoir jusqu'à sa scission.

La crise de Louvain de 1968, née de la volonté flamande d'expulser la section francophone de l'Université catholique de Louvain, a conduit le PSC à s'imposer comme parti francophone autonome.

Depuis 1972, le PSC et le CVP sont deux partis totalement indépendants.

Du PSC au CDHModifier

Article détaillé : Centre démocrate humaniste.

Du CVP au CD&VModifier

La fin du parti unitaire est attestée en 1968, et plus précisément en février. Cela s’explique d’une part par l’interpellation de Jan Verroken (membre du CVP), et d’autre part également par le « début de ce qui est appelé à l’époque « le distanciement » entre les chrétiens flamands et francophones »[2]. Au Parlement, se reproduisent d’une part les revendications des manifestants louvanistes, et d’autre part, la volonté des flamands d’avoir une application de la législation de l’emploi des langues dans les universités[2]. Or, il faut souligner que pendant quelques années, ces deux partis chrétiens (francophone et flamand) vont avoir le même président de parti pour in fine se séparer complètement l’un de l’autre. Malgré cela, les deux partis voient leur destin tout de même lié de sorte qu’en 1999, tous deux se retrouvent du côté de l’opposition au gouvernement alors qu’ils y ont siégé de façon continue et sans interruption déjà pendant près de quarante ans[2]. Le CVP à l’époque en 1999 explique son échec par le fait de ne pas avoir pu atteindre son objectif qui est de s’allier avec la population[3]. Afin de résoudre cette défaite, le CVP profite de l’éclatement de la VU (Volksunie) pour recueillir quelques voix et va se préoccuper de la question de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV) afin de résister à la tache d’huile (elle fait allusion à l’extension de la présence francophone dans les communes flamandes près de Bruxelles)[4].

Finalement, le CVP change de nom en 2001 et se nomme CD&V (Christen- Democratisch en Vlaams) qui a gardé la lettre « C » signifiant chrétien, mais qui a cependant proclamé sa « déconfessionnalisation et son autonomie par rapport à l’Église »[5]. Notez que le CD&V avait formé un cartel avec la N-VA mais l’a quitté finalement en septembre 2008[4]. Le parti francophone a également changé de nom en 2002, et s’est nommé CDH (Centre Démocrate Humaniste)[4]. Ce dernier qui a été fondé par une majorité du PSC (parti social-chrétien) en 2002, s’est détaché du côté chrétien comme le témoigne la signification de la lettre « C »[5].

Résultats électorauxModifier

Parlement nationalModifier

Chambre des représentantsModifier

Année Voix Résultat en % Sièges Participation gouvernementale
1946 1 000 293 42,5
92 / 212
Opposition, puis Spaak III et IV
1949 2 190 898 43,5
105 / 212
Gaston Eyskens I
1950 2 356 608 47,7
108 / 212
Duvieusart, Pholien et Van Houtte
1954 2 123 408 41,1
95 / 212
Opposition
1958 2 465 549 46,5
104 / 212
Gaston Eyskens II, III et III (remanié)
1961 2 182 642 41,5
96 / 212
Lefèvre
1965 1 785 211 34,5
77 / 212
Harmel, Vanden Boeynants I
1968 1 407 502 27,2
69 / 212
Gaston Eyskens IV
1971 292 101 5,53
12 / 212
Gaston Eyskens V, Leburton I et II

RéférenceModifier

  1. Pascal Delwit, La vie politique en Belgique de 1830 à nos jours, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 2010, p. 120
  2. a b et c Jean Beaufays et Geoffroy Matagne (préf. François Perin), La Belgique en mutation : systèmes politiques et politiques publiques (1968-2008, Bruxelles, Bruylant, , 420 p. (ISBN 978-2-802-72755-2 et 2-802-72755-9, OCLC 473573398, notice BnF no FRBNF42036048), p. 76.
  3. Jean Beaufays et Geoffroy Matagne 2009, p. 77.
  4. a b et c Jean Beaufays et Geoffroy Matagne 2009, p. 78.
  5. a et b Vincent de COOREBYTER, Clivages et partis en Belgique, Courrier hebdomadaire no 2000, Bruxelles, CRISP, 2008, p. 29.

PersonnalitésModifier