P-120 Malakhit

missile de croisière anti-navire russe

P-120 / P-50 Malakhit
(OTAN : SS-N-9 « Siren »)
P-120 Malakhit
P-120 Malakhit
Présentation
Type de missile missile anti-navire
à moyenne / longue portée
Constructeur Drapeau de l'URSS OKB-52 MAP
(NPO Mashinostroyeniye)
Déploiement 1972 - auj.
Caractéristiques
Moteurs moteur-fusée à carburant solide
(accélération)
+ turboréacteur
(vol de croisière)
Masse au lancement 2 953 kg
Longueur 8,84 m
Diamètre 76,2 cm
Envergure 2,1 m
Vitesse Mach 0.9
Portée depuis sous-marin : 70 km
depuis navire : 110 km
Charge utile 500 kg (HE) ou nucléaire
Guidage Inertiel
+ radar actif ou infrarouge
(en phase terminale)
Détonation impact
Plateforme de lancement navires de classe Nanuchka et Tarantul

Le P-120 Malakhit (en russe : « П-120 Малахит », malachite), désigné par l'OTAN SS-N-9 « Siren », est un missile de croisière anti-navire de moyenne portée, utilisé depuis des corvettes et des sous-marins.

Désigné « 4K85 » par les organismes russes[1], il a une portée de près de 110 km[2].

HistoriqueModifier

Les sous-marins de la classe Echo présentaient le défaut de devoir rester au-moins 30 min en surface, lorsqu'ils tiraient des missiles P-5 Pityorka (OTAN : SS-N-3A « Shaddock »), ce qui rendait le submersible très facile à repérer au radar et très vulnérable aux attaques.

En conséquence, en 1963, les soviétiques commencèrent les travaux concernant un nouveau missile, qui pourrait être tiré depuis une position immergée, ainsi que le sous-marin qui irait avec. Ce projet vit naître le P-50 Malakhit et les sous-marins de la classe Charlie. En cours de développement, le concept du P-50 fut remplacé par celui du P-120.

Cependant, en raison de nombreux problèmes de développement, les douze sous-marins de la classe Charlie I furent construits pour être équipé du missile P-70 Ametist (OTAN : SS-N-7 « Starbright »), une évolution du SS-N-2C « Styx » ayant une plus courte portée, comme un palliatif avant l'introduction finale du Malakhit, sur les bâtiments de classe Charlie II.

Le P-120 fut plus tard utilisé comme base de développement pour la torpille-fusée SS-N-14 Silex. Présenté pour la première fois en 1972, il est toujours en service mais a été largement supplanté par le plus moderne P-270 Moskit (OTAN : SS-N-22 « Sunburn »).

CaractéristiquesModifier

Le radar en bande L et le radioaltimètre, initialement conçus pour le Siren, furent d'abord utilisés sur le Starbright, alors que les soviétiques enduraient de nombreux revers avec le moteur problématique du P-120.

Il était cependant doté le tout l'espace nécessaire pour y loger un système de liaison de données, lui permettant de recevoir des corrections de trajectoire à mi-parcours, en provenance de sa plateforme de tir ou d'ailleurs. Tiré depuis un sous-marin, le missile peut être lancé depuis une profondeur maximale de 50 m.

Histoire opérationnelleModifier

Le Malakhit entra en service sur les corvettes de la marine soviétique le [3]. Il allait équiper les navires de classe Nanuchka et Tarantul[4]. Environ 500 missiles furent produits.

Il ne fut pas accepté avant l'année 1977 sur les sous-marins. Les sous-marins de la classe Charlie-II emportaient huit de ces engins (dont habituellement deux étaient à tête nucléaire) et représentaient une solution alternative peu coûteuse à l'énorme sous-marin de classe Papa, qui pouvait en emporter dix. Tous ont maintenant été retirés du service

  Guerre d'Ossétie du Sud de 2008

Il vit le combat en 2008, en Abkhazie, lorsqu'aux mains de la Flotte de la mer Noire il fut employé contre des navires de l'armée géorgienne[5].

UtilisateursModifier

Ancien
Actuel

Notes et référencesModifier

  1. (en) « SS-N-9 Siren », Radar and Missile Analysis Group, wonderland.org.nz (consulté le 28 janvier 2009).
  2. (en) Eugene Yanko, « P-120 Malakhit /SS-N-9 Siren », warfare.ru (consulté le 28 janvier 2009).
  3. (ru) « П-120 «Малахит» : крылатая противокорабельная ракета (P-120 Malakhit : missile de croisière anti-navire) », Test Pilot.ru (consulté le 29 septembre 2013).
  4. (en) John Pike, « P-120 Malakhit / 4K-85 / SSN-9 Siren », sur GlobalSecurity.org, (consulté le 29 septembre 2013).
  5. (en) « Russian-Georgian naval clash (South Ossetia war 2008) », sur LiveLeakdate=13 janvier 2011 (consulté le 29 septembre 2013).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier