Oyashio (destroyer)

navire de guerre

Oyashio (親潮)
Image illustrative de l’article Oyashio (destroyer)
L'Oyashio en 1943.
Type Destroyer
Classe Kagerō
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg Marine impériale japonaise
Commanditaire Drapeau du Japon Japon
Chantier naval Arsenal naval de Maizuru
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut Coulé le
Équipage
Équipage 240 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 118,5 m
Maître-bau 10,8 m
Tirant d'eau 3,76 m
Déplacement 2 066 tonnes
Propulsion 2 turbines à vapeur
3 chaudières
2 hélices
Puissance 52 000 ch
Vitesse 35 nœuds (65 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 6 canons de 127 mm
8 canons de 25 mm Type 96
4 mitrailleuses de 13,2 mm
8 tubes lance-torpilles de 610 mm
18 charges de profondeur
Rayon d'action 5 000 milles marins (9 300 km) à 18 nœuds (33 km/h)
Localisation
Coordonnées 8° 08′ 00″ sud, 156° 55′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Îles Salomon
(Voir situation sur carte : Îles Salomon)
Oyashio (親潮)
Oyashio (親潮)

L'Oyashio (親潮?) était un destroyer de classe Kagerō en service de la Marine impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

HistoriqueModifier

Après l'attaque de Pearl Harbor, l'Oyashio rejoint la 15e Division de destroyer de la 2e Flotte et est déployé à Palaos, escortant le porte-avions Ryūjō et le mouilleur de mines Itsukushima pour l'invasion du sud des Philippines.

Début 1942, il participe à l'invasion des Indes orientales néerlandaises, accompagnant les forces d'invasion à forces d'invasion à Manado, Kendari et Ambon en janvier et à Makassar, Timor et Java en février. Le , il sauve des survivants du Natsushio et le participe au naufrage d'un mouilleur de mines de la Royal Navy en compagnie du Kuroshio. Fin mars, il revient à Célèbes, au district naval de Sasebo, en compagnie du Kaga

Fin avril, l'Oyashio est déployé à partir de Kure comme navire de soutien pour l'occupation de Cagayan. Début mai, il retourne à Kure, qu'il atteint le 17, en compagnie du porte-avions endommagé Shōkaku. Début juin, il est déployé sur Saipan en escortant un convoi de troupes pour la bataille de Midway.

À la mi-juin, il sert de navire d'escorte pour les croiseurs en prévision d'un deuxième raid sur Ceylan, mais l'opération est annulée au moment où le navire atteint Mergui, en Birmanie.

Il sert alors d'escorte pour les croiseurs Kumano et Suzuya entre Balikpapan et les îles Salomon. Au cours de la bataille des Salomon orientales il fait partie de la Force de l'amiral Nobutake Kondō mais il ne participe à aucun combat. Durant le mois de septembre, il patrouille entre Truk et Guadalcanal. En octobre, il effectue des opérations “Tokyo Express” à Guadalcanal. Ces opérations se poursuivent à mi-. Au cours de la bataille de Santa Cruz, il fait partie de la Force de l'amiral Takeo Kurita. Après la bataille, il revient aux îles Shortland en compagnie des Maya et Suzuya. Au cours de la bataille navale de Guadalcanal du 13 au , l'Oyashio lance une attaque à la torpille contre le cuirassé américain USS Washington. Après la bataille, il revient à Rabaul avec le croiseur Chōkai. Le , il quitte le port pour porter assistance à l'Umikaze. Au cours de la bataille de Tassafaronga le , l'Oyashio torpille le croiseur américain USS Northampton.

Le , l'Oyashio retourne à Kure en compagnie du transport de troupes Hakozaki Maru pour subir des réparations. Il revient à Truk le avec les porte-avions Chūyō et Taiyō. Fin avril, il stationne aux îles Shortland et sert de transport de troupes.

Dans la nuit du 7 au , alors qu'il transporte des troupes en compagnie du Kuroshio, le navire touche une mine juste après avoir quitté Kolombangara. Alors que le navire est en perdition, il subit une attaque aérienne qui le coule définitivement à la position géographique 8° 08′ S, 156° 55′ E, emportant 91 hommes. Son sister-ship coula également.

Il est rayé des registres le

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • David Brown, Warship Losses of World War Two, Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-914-X)
  • Andrieu D'Albas, Death of a Navy: Japanese Naval Action in World War II, Devin-Adair Pub, (ISBN 0-8159-5302-X)
  • David Evans, Kaigun: Strategy, Tactics, and Technology in the Imperial Japanese Navy, 1887-1941, US Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-192-7)
  • Conway's All the World's Fighting Ships 1922-1946, Grenwitch, Conway Maritime Press, (ISBN 0-85177-146-7)
  • Stephen Howarth, The Fighting Ships of the Rising Sun: The Drama of the Imperial Japanese Navy, 1895–1945, Atheneum, (ISBN 0-689-11402-8)
  • Hansgeorg Jentsura, Warships of the Imperial Japanese Navy, 1869–1945, US Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-893-X)
  • Watts, A. J. Japanese Warships of World War II, Ian Allen, London, 1967.
  • M. J. Whitley, Destroyers of World War 2, Cassell Publishing, (ISBN 1-85409-521-8)

Liens externesModifier