Ouvrir le menu principal

Othon V de Brandebourg

Othon V de Brandebourg
OttoV Faule Siegesallee.JPG
Statue d'Othon le Paresseux par Adolf Brütt, à l'allée de la Victoire de Berlin, aujourd'hui disparue
Fonction
Régent
Titre de noblesse
Margrave de Brandebourg (d)
Biographie
Naissance
Vers ou Voir et modifier les données sur Wikidata
PragueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Activités
Famille
Père
Mère
Fratrie
Cunégonde de Brandebourg (d)
Jean III de Brandebourg
Albert III de Brandebourg
Othon VI de Brandebourg
Mathilde de Brandebourg-Salzwedel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Judith de Henneberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Mathilde de Brandebourg
Otto von Brandenburg (d)
Judith von Brandenburg (d)
Beatrix von Brandenburg (d)
Kunigunde von Brandenburg (d)
Béatrice de Brandebourg (en)
Mathilde von Brandenburg (d)
Hermann Ier de Brandebourg
Albrecht von Brandenburg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Armoiries électeur Brandebourg.svg
blason

Othon V (né vers 1245 et mort en 1298[1] ou en juillet 1299), dit « le Long » (der Lange), ou « le Paresseux » (der Faule), fut margrave de Brandebourg de 1267 à sa mort et régent du royaume de Bohême de 1278 à 1283.

BiographieModifier

Othon V est le deuxième fils d'Othon III de Brandebourg et de Béatrice (Božana en tchèque), fille du roi de Bohême Venceslas le Borgne. Il succède à son père en 1267 conjointement avec ses trois frères Jean III, Albert III et Othon VI le Petit. Il établit le centre de son pouvoir dans sa résidence de Cobourg. Pendant son règne Othon V passe une grande partie de son temps à Prague, à la cour de son oncle maternel le roi Ottokar II de Bohême. Quand Ottokar est vaincu et tué en 1278, Othon V dévient régent (Protektor) pour 5 ans de son fils mineur et héritier Venceslas II, qui n'est âgé que de sept ans à la mort de son père. Comme régent, Othon V doit faire face aux machinations de la veuve d'Ottokar II Cunégonde de Slavonie soutenue par une faction de nobles puissants parmi lesquels son futur époux Záviš de Falkenstein.

Les chroniqueurs tchèques décrivent, la rigueur d'Othon V et les pillages de ses troupes et précisent que Venceslas est transféré dans la forteresse de Spandau et qu'il est obligé de lui céder ses droits sur la Haute Lusace avant qu'il ne puisse régner directement lui-même. Une assemblée réunie le 25 décembre 1281, les délégués des villes des nobles et du clergé. Elle doit accepter les exigences financières d'Othon V qui pour mettre fin à sa régence et laisser Venceslas rentrer dans son pays réclame un versement de 20.000 mark d'argent. Venceslas n'est relâché que le 24 mai 1283. Le nouveau roi doit lui-même ensuite prendre des mesures contre la trop forte influence du puissant clan nobiliaire qui gravite autour de sa mère. Othon V défend également ses prétentions en Poméranie contre les empiétements des féodaux polonais.

Union et postéritéModifier

Othon V épouse le 22 octobre 1268 Judith de Henneberg († 1327) comtesse de Henneberg-Cobourg, dont :

SourceModifier

  • Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, Israël, 1966, volume III, chapitre VIII « Généalogie des Margraves de Brandebourg. Maison d'Ascanie » et tableau généalogique no 7.

RéférencesModifier