Omer Bartov

historien américain

Omer Bartov, né le en Israël, est un historien contemporain, professeur d'histoire européenne et de germanistique à l'université Brown, aux États-Unis. Il s'est spécialisé dans l'étude de la Shoah, notamment à propos du rôle de la Wehrmacht dans les territoires de l'Est. Son essai sur L'Armée d'Hitler, traduit en français en 1999, fait figure d'ouvrage de référence.

Omer Bartov
Omer bartov 2014.jpg
Omer Bartov en 2014
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
Ein HaHoresh (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Hanoch Bartov (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Site web
Distinctions

BiographieModifier

Né en Israël d'une famille juive originaire de Boutchatch (Ukraine) émigrée en Palestine mandataire dans les années 1930, Omer Bartov a reçu sa formation à l'université de Tel-Aviv et au St Antony's College d'Oxford (1983)[1]. Il devient ensuite maître de conférences à l'université Harvard, directeur d'études à la Maison des sciences de l'homme (Paris), puis professeur à l'université Rutgers et à l'université Brown. Il est membre de l'Académie américaine des arts et des sciences depuis 2005.

En tant que spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, Omer Bartov s'est opposé au mythe d'une Wehrmacht aux mains propres, stéréotype qui faisait de l'armée d'Hitler une entité politiquement neutre et peu soupçonnable de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité. Dans ses ouvrages The Eastern Front, 1941-1945 et Hitler's Army, il a au contraire démontré que l'armée du Troisième Reich, avec sa « discipline pervertie[2] », était une institution intrinsèquement nazie qui a joué un rôle crucial lors de l'assassinat des Juifs dans les territoires occupés de l'Union soviétique.

Bartov est considéré comme l'un des chefs de file dans ce domaine de recherche[3]. Le journal new-yorkais The Forward voit en lui un chercheur de premier plan dans l'histoire des Juifs de Galicie[4].

Analysant les liens entre la guerre totale et le génocide, il est l'auteur de Murder in Our Midst, Mirrors of Destruction et Germany's War and the Holocaust. Dans The “Jew” in Cinema: From The Golem to Don't Touch My Holocaust, il étudie le recyclage des représentations antisémites à travers les films.

Choix de publicationsModifier

Ouvrages traduits en françaisModifier

  • L'Armée d'Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Hachette Littératures, coll. « Pluriel », Paris 1999, (ISBN 2-01-279151-4).

Ouvrages en langue anglaiseModifier

  • The Eastern Front, 1941-1945: German Troops and the Barbarization of Warfare, Palgrave Macmillan, 2001.
  • « Historians on the Eastern Front Andreas Hillgruber and Germany's Tragedy », dans Tel Aviver Jahrbuch für deutsche Geschichte, volume 16, 1987, p. 325-345.
  • Hitler's Army: Soldiers, Nazis, and War in the Third Reich, Oxford Paperbacks, 1992.
  • Murder in Our Midst: The Holocaust, Industrial Killing, and Representation, Oxford University Press, 1996.
  • Mirrors of Destruction: War, Genocide, and Modern Identity, Oxford University Press, 2002.
  • Germany's War and the Holocaust: Disputed Histories, Cornell University Press, 2003.
  • The “Jew” in Cinema: From The Golem to Don't Touch My Holocaust, Indiana University Press, 2005.
  • Erased: Vanishing Traces of Jewish Galicia in Present-Day Ukraine, Princeton University Press, 2007 (ISBN 978-0-691-13121-4). Paperback 2015 (ISBN 9780691166551)[5].
  • Anatomy of a Genocide: The Life and Death of a Town Called Buczacz, New York, Simon & Schuster, 2018.  400 s. (ISBN 1451684533 et 978-1451684537).

DistinctionsModifier

  • Fellow, Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences, université Stanford, Californie.
  • Berlin Prize Fellowship, American Academy in Berlin, Spring semester 2007[6].
  • Fellow de l'Académie américaine des arts et des sciences, (2005)[7].
  • Guest of the Director Fellowship, International Research Center for Cultural Studies (IFK), Vienne, Autriche ()
  • John Simon Guggenheim Fellowship (2003–2004).
  • Radcliffe Institute for Advanced Study Fellow, Harvard University (2002–2003).
  • National Endowment for the Humanities Fellowship for University Teachers (1996–97).
  • Fraenkel Prize in Contemporary History from the Institute for Contemporary History and Wiener Library, London, for the book Murder in Our Midst (1995).
  • Raoul Wallenberg Professor in Human Rights and Senior Fellow, Rutgers Center for Historical Analysis, Rutgers University (1992–94).
  • Directeur d'études, Maison des sciences de l'homme, Paris, France (1990).
  • Junior Fellow, Society of Fellows, université Harvard (1989–1992).
  • French Government Scholarship at the Bibliothèque nationale, Paris, France (1988).
  • Alexander von Humboldt Fellow, Germany and France (1985–86, 1987, 1990, 1994).
  • French Government Scholarship at the FIAP Language School in Paris, France (1985).
  • Visiting Fellow, Davis Center for Historical Studies, Princeton University (1984)
  • Rothschild Foundation Scholarship in support of studies at Oxford University (1981–1982).
  • Research Fellowship, German Academic Exchange Service (DAAD), for work in German archives (1981).
  • Research Fellowship, German Historical Institute, London, for work in German archives (1980).
  • President's Fellowship, Tel-Aviv University, Israel, in support of tuition at Oxford University (1980–1983).
  • Fulbright Fellowship for studies as a Ph.D. candidate at Stanford University (1979).
  • DAAD Scholarship at the Goethe Institute in Murnau, Bavaria, Germany (1979).
  • Certificate of Exceptional Merit from the Rector of Tel-Aviv University, Israel (1978).
  • Certificate of Exceptional Merit from the Rector of Tel-Aviv University, Israel (1977).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier