Ogino Ginko

médecin japonaise

Ogino Ginko (荻野 吟子?, 3 mars 1851 - 23 juin 1913) a été la première femme médecin diplômée et exerçant la médecine occidentale au Japon.

Ogino Ginko
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
Tokyo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
荻野吟子Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

BiographieModifier

Ogino naît dans la province de Musashi (aujourd'hui Kumagaya, dans la préfecture de Saitama)[1]. Elle est mariée à l'âge de 16 ans avec le fils du premier directeur de la banque Ashikaga (ja). Très vite, elle divorce après avoir contracté la gonorrhée de son mari. Après l'embarras d'avoir dû consulter des médecins de sexe masculin avec ce qui était considéré comme une maladie « honteuse », elle décide qu'elle va devenir médecin pour aider les femmes vivant des circonstances similaires. Elle obtient un diplôme de l'École normale des femmes de Tokyo (l'actuelle Université Ochanomizu), qui était à l'époque une école privée de médecine. Malgré les préjugés, après beaucoup de difficultés, elle est diplômée en 1882, et après de nombreuses pétitions, elle est finalement autorisée à exercer en 1885.

Elle ouvre l'hôpital Ogino de Yushima (ja), spécialisé en obstétrique et gynécologie, à Tokyo la même année que la première femme médecin au Japon. Elle sert également en tant que médecin à l'école de filles de l'Université Meiji Gakuin.

Ogino épouse un ecclésiastique protestant et visionnaire utopique, Yukiyoshi Shikata, en 1890, et déménage avec lui à Hokkaidō en 1894, où elle dirige un cabinet médical. Après la mort de son mari, elle retourne à Tokyo et, en 1908, reprend la direction d'un hôpital. Elle a également été active dans la Woman's Christian Temperance Union (WCTU).

Ogino meurt d'athérosclérose à Tokyo en 1913.

RéférencesModifier

  1. Michael Hoffman, « The efforts of Japan’s first female doctor are worth remembering », The Japan Times, 25 aout 2018 [lire en ligne]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Walthall, Ann. La Faiblesse du Corps d'un Inutile Femme: Matsuo Taseko et  la Restauration Meiji. University Of Chicago Press (1989). (ISBN 0-226-87237-8)
  • Watanabe Jun'ichi. Au-delà de l'Épanouissement des Champs. Traduit par Deborah Iwabuchi et Anna Isozaki. Alma Livres, Richmond (2008). (ISBN 978-1-84688-078-0)

Liens externesModifier