Ville de Tokyo

ancienne municipalité du Japon (1889-1943)

La ville de Tokyo (東京市, Tōkyō-shi?) est une ancienne ville du Japon qui faisait partie de la préfecture de Tokyo (東京府, Tōkyō-fu?) de sa création le à sa fusion avec cette préfecture le . Les limites historiques de la ville de Tokyo sont à présent occupées par les 23 arrondissements spéciaux de Tokyo. La nouvelle administration fusionnée est devenue ce qui est maintenant le Tokyo moderne, également appelé « métropole de Tokyo », ou de façon un peu ambiguë, la « préfecture de Tokyo ».

Ville de Tokyo
Emblem of Tokyo Metropolis.svgFlag of Tokyo Metropolis.svg
Image dans Infobox.
Siège de la préfecture de Tokyo et hôtel de ville
Géographie
Pays
État souverain
Préfecture
Partie de
Six greatest cities in Japan (1922) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Capitale de
Coordonnées
Tokio Eingemeindungen 1932-1936.png
Carte administrative du « grand Tokyo » (大東京 Dai-Tōkyō), la fusion de 82 municipalités dans la ville de Tokyo en 1932, et deux fusions de portée moindre en 1936
Fonctionnement
Statut
Capitale du Japon (jusqu'au ), ancienne municipalité japonaise (d), ville ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Assemblée délibérante
Assemblée de la Ville de Tokyo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondation
Remplace
15 districts de Tokyo (d), Naitōshinjuku (d), Ebara (d), Toyotama district (d), Kitatoshima district (d), Minamiadachi District (d), Minamikatsushika district (d), Kinuta (d), Chitose (d), Higashichōfu (d), Ōsaki (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Remplacé par
Arrondissement spécial de Tokyo, Kōjimachi-ku (d), Kanda-ku (d), Nihonbashi (d), Kyōbashi-ku (d), Shiba-ku (d), Azabu-ku (d), Akasaka-ku (d), Yotsuya-ku (d), Ushigome-ku (d), Koishikawa-ku (d), Arrondissement de Hongō (d), Shitaya-ku (d), Asakusa-ku (d), Honjo-ku (d), Fukagawa-ku (d), TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Dissolution
Identité
Hymne
Plan de la ville de Tokyo avant le séisme de 1923 de Kantō.

HistoireModifier

En 1868, la cité médiévale d'Edo, siège du gouvernement des Tokugawa, est renommée Tokyo et les bureaux de la préfecture de Tokyo sont créés[1]. L'étendue de la préfecture de Tokyo est initialement limitée à l'ancienne ville d'Edo, mais s'étend rapidement pour être comparable à l'actuelle métropole de Tokyo. En 1878, la réorganisation par le gouvernement de Meiji des gouvernements locaux[2] subdivise les préfectures en comtés ou districts, subdivisées encore en bourgs et en villages, plus tard réorganisées de façon similaire aux districts de Prusse, en districts ou arrondissements (, ku?), système qui s'applique dans leur ensemble à toutes les villes des préfectures ordinaires, par exemple l'actuelle ville de Hiroshima s'appelait alors Hiroshima-ku ; les trois grandes villes de Tokyo, Osaka et Kyoto sont chacune subdivisées en plusieurs de ces arrondissements. Il en résulte la création de 15 arrondissements dans la préfecture de Tokyo, (voir la liste ci-dessous) et six comtés/districts[3].

En 1888, le gouvernement central crée le cadre juridique du système actuel des villes[4] qui accorde certains droits fondamentaux d'autonomie locale — ayant quelques similitudes avec le système d'autonomie locale prussien, conséquence de la forte influence d'Albert Mosse, le conseiller du gouvernement Meiji, sur l'organisation des gouvernements locaux[5]. Mais en vertu d'une réglementation impériale spéciale, la ville de Tokyo, comme les villes d'Osaka et de Kyoto, ne conservent initialement pas de maire indépendant. À la place, le gouverneur (nommé) de la préfecture de Tokyo est maire de la ville de Tokyo. Le conseil communal/assemblée de Tokyo (東京市会, Tōkyō-shikai?) est élu pour la première fois en 1889[3]. Chaque arrondissement conserve également sa propre assemblée. Les gouvernements municipaux et préfectoraux sont séparés en 1898[3], et le gouvernement commence à nommer un maire autonome pour la ville de Tokyo dès cette même année 1898. Il conserve néanmoins une législation au niveau de l'arrondissement, qui perdure aujourd'hui encore dans le système d'arrondissement spécial de Tokyo. À partir de 1926, le maire est élu par le conseil/assemblée municipal(e) élu(e) à partir de ses propres rangs. L'hôtel de ville de Tokyo est située dans le district Yūrakuchō, à un emplacement à présent occupé par le Tokyo International Forum[6].

Tokyo devient la deuxième plus grande ville du monde, avec une population de 4,9 millions d'habitants, à la suite de l'absorption de plusieurs arrondissements périphériques en , donnant à la ville un total de trente-cinq arrondissements[1].

En 1943, la ville est supprimée et fusionnée avec la préfecture de Tokyo pour former le gouvernement métropolitain de Tokyo[1], qui est fonctionnellement une partie de l'administration centrale du Japon : le gouverneur de Tokyo devient ministre du cabinet du Japon qui relève directement du premier ministre. Ce système reste en vigueur jusqu'en 1947, lorsque la structure actuelle du gouvernement métropolitain de Tokyo est créée[1].

ArrondissementsModifier

1889 - 1920
(15 arrondissements)
1920 - 1932
(15 arrondissements)
1932 - 1936
(35 arrondissements)
1936 - 1947
(35 arrondissements)
23 arrondissements spéciaux
de la métropole de Tokyo

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (ja) « 東京都年表 », Tokyo Metropolitan Government, [« Chronologie de la métropôle de Tokyo »].
  2. La loi de 1878 sur l'organisation des comtés/districts, des cités/districts/arrondissements, des villes et des villages, l'une des « trois nouvelles lois » (ja) sur le gouvernement local de 1878 qui a également créé les droits d'imposition des préfectures et des assemblées préfectorales.
  3. a b et c [PDF] (ja) « 東京のあゆみ », p. 225, Tokyo Metropolitan Government.
  4. Le code municipal des villes (ja) de 1888. La même année, le code municipal pour les villes et les villages (ja), est créé. Les gouvernements de districts sont réorganisés en 1890 par le code municipal des districts (ja).
  5. [PDF] (en) Akio Kamiko, Implementation of the City Law and the Town and Village Law (1881 – 1908). Historical Development of Japanese Local Governance, vol. 2 (remarque sur les traductions : Cet ouvrage et d'autres utilisent systématiquement la traduction « assemblée » pour les assemblées préfectorales et municipales « élues » (aujourd'hui généralement [shi/to/etc.]-gikai, mais dans l'empire parfois seulement [shi/fu/etc.]-kai), et « conseil » pour les sanjikai (参事会) préfectoraux, de district et municipaux partiellement ou entièrement « non élus ». Mais d'autres ouvrages suivent l'usage moderne et traduisent l'organe élu « shikai » (comme il est encore nommé dans certaines grandes villes) par « conseil municipal », et utilisent d'autres traductions comme « conseil consultatif » pour le sanjikai.).
  6. Map of Tokyo City, 1913.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier