Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

En 1977, elle soutient sa thèse d'État à l'université Paris-Sud sous la direction de Lionel Salem et Nguyen Trong Anh.

En 1978, elle est en stage post-doctoral chez Jack D. Dunitz à l'ETH Zurich et chez Roald Hoffmann à l'université Cornell. Elle commence sa carrière universitaire à l'université du Michigan à Ann Arbor en 1982. En 1996, elle rejoint l'université Montpellier-II[1] où elle dirigera jusqu'en 2017 l’équipe Chimie Théorique, Méthodologies, Modélisation (CTMM) de l’Institut Charles Gerhardt.

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. « CV Odile Eisenstein », sur http://ctmm.icgm.fr (consulté le 8 mars 2017).
  2. a b c et d (en) « Odile Eisenstein », sur IAQMS (consulté le 17 mars 2018)
  3. Liste complète des récipiendaires de 1864 à aujourd'hui sur ulaval.ca
  4. Elle est la première femme élue dans cette section (« Odile Eisenstein », sur www.academie-sciences.fr (consulté le 12 mars 2017).
  5. « Grande chancellerie de la Légion d'honneur », Le Figaro,‎
  6. « RSC Centenary Prize 2017 Winner », sur www.rsc.org (consulté le 17 septembre 2019)

Liens externesModifier