Nouveau-né

premier mois de vie d'un humain

Le terme nouveau-né désigne un enfant de sa naissance jusqu'à ses 28 jours ; au-delà, l'enfant est appelé nourrisson.

Image montrant un nouveau-né 10 minutes après la naissance. Il a été étiqueté et traité contre l'infection des yeux immédiatement après l'accouchement.
Nouveau-né 10 minutes après la naissance. Il a été identifié (bracelet) et traité contre l'infection des yeux immédiatement après l'accouchement.

La discipline médicale s'intéressant aux nouveau-nés est appelée la néonatologie.

DéfinitionModifier

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nouveau-né est un enfant de moins de 28 jours[1].

Le terme d'une naissance étant défini comme 41,5 semaines après le 1er jour des dernières règles (41,5 SA : semaines d'aménorrhée), les catégories suivantes sont distinguées :

  1. après 41,5 SA : nouveau-né post-terme ;
  2. 37 à 41,5 SA : nouveau-né à terme ;
  3. avant 37 SA : nouveau-né prématuré.

De 28 jours à 23 mois, l'enfant est appelé nourrisson[2].

 
Caractéristiques du corps d'un nouveau-né.
 
Caractéristiques de la tête d'un nouveau-né.

Données de santé publiqueModifier

En dépit des progrès de la médecine, l'OMS alerte sur la probabilité selon laquelle, dans le monde, 60 millions d’enfants mourront avant l'âge de 5 ans d’ici 2030[3].

Cité par l'OMS, un rapport de l'UNICEF intitulé Levels and Trends in Child Mortality 2017[4],[5] (Niveaux et tendances 2017 en matière de mortalité infantile) souligne que le nombre de décès d’enfants de moins de 5 ans n’a jamais été aussi bas  : 5,6 millions en 2016, contre près de 9,9 millions en 2000. Toutefois, ce même rapport s’alarme de l’augmentation de la proportion des décès d’enfants de moins de 5 ans intervenus durant les 28 premiers jours de vie, qui a progressé de 41% à 46% au cours de la même période.

En effet, en 2016, chaque jour, 15 000 enfants sont morts avant d’avoir atteint leur 5e anniversaire[6]. 46% d’entre eux sont des nouveau-nés.

En parallèle, l'UNICEF indique qu'environ 50 millions d’enfants âgés de moins de 5 ans ont été sauvés depuis 2000, ce qui témoigne, d'après cette organisation, d'une prise de conscience par les gouvernements de la nécessité de mettre fin aux décès évitables d’enfants.

Aspect du bébé à la naissanceModifier

En-dehors de situations médicales particulières, le nouveau-né affiche dès la naissance certaines caractéristiques. Ainsi, son ventre est volumineux[7] jusqu'à 2 ans environ car ses abdominaux ne sont pas encore très développés[8]. Par ailleurs, la peau des extrémités du nouveau-né peut-être légèrement bleutée[9].

Ses yeux sont bleu/gris, l'iris prenant sa couleur définitive à 6 mois[10]. Sur la lèvre supérieure du nouveau-né peut apparaître une petite ampoule qui est due à la succion[11].

Chez les garçons comme chez les filles, le sexe peut être enflé : ceci est dû au passage des hormones maternelles à travers le placenta. Ce phénomène disparaît au bout de quelques jours.

Sa tête est recouverte d'un duvet appelé le lanugo qui disparaît au bout de quelques semaines[9]. Les os de son crâne ne sont pas soudés pour laisser le cerveau se développer : ce sont les fontanelles[12].

Enfin, le nouveau-né a une posture caractéristique[13] :

  • Le tronc : il ne se tient pas droit, il a le dos rond. Le nouveau-né présente une cyphose globale du dos due à une absence totale de la musculature du dos[14] ;
  • La tête : le nouveau-né n'arrive pas à tenir sa tête droite car elle est trop lourde. La tête est ballante à cause du contrôle insuffisant de la musculature du cou : l'hypotonie[14] ;
  • Les membres inférieurs et supérieurs : les bras et les jambes sont en flexion : c'est l'hypertonie[14].

Développement de la motricitéModifier

Le développement de la motricité du nouveau-né est lié au contrôle musculaire qui se fait toujours suivant un même axe.

Le développement de la motricité du nourrisson s'effectue selon 2 lois[15] :

  • la loi céphalo-caudale : de la tête vers les pieds (de haut en bas) ;
  • la loi proximo-distale : du tronc vers les extrémités (de l’intérieur vers l’extérieur).

Adaptation à la vie extra-utérineModifier

Un nouveau-né apte à la vie extra-utérine est dit viable.

Les caractéristiques de la viabilité s'observent en matière de respiration, de circulation des fluides, de filtration des reins, de métabolisme et de système immunitaire.

RespirationModifier

Jusqu'à l'âge de 6 mois environ[16], le nouveau-né ne sait pas respirer par la bouche[17],[18]. Le nez joue un rôle primordial dans la mécanique ventilatoire, surtout chez le très jeune enfant. Le nouveau-né a de plus basses résistances nasales, facilitant la respiration nasale[16]. Il accepte difficilement de respirer par la bouche, même dans le cas d’une obstruction nasale importante[19]. De ce fait, l'obstruction nasale néonatale peut avoir des conséquences graves, voire fatales[20],[16].

La commande cérébrale de la respiration s'observe à l'aide de différents stimuli :

  • stimuli physiques : compression thoracique dans la filière uro-génitale maternelle par des manipulations de la sage-femme, la pesanteur, la désobstruction rhino-pharyngée ;
  • stimuli sensoriels : diminution de la température environnante ;
  • stimuli chimiques : diminution de la PaO2 (pression de dioxygène), diminution du pH, augmentation de la PaCO2 à la fin de l'accouchement (attention : une anoxie intra-utérine peut entraîner une inhalation méconiale intra-utérine).

Les causes d'échec de la commande cérébrale de la respiration peuvent être notamment dues à des lésions cérébrales, à la dépression des centres respiratoires causées par des drogues, à une altération de l'état général due à une infection et à la paralysie des muscles respiratoires.

La commande pulmonaire de la respiration est caractérisée par

  • l'évacuation du liquide alvéolaire : par compression et par résorption lymphatique, grâce aux catécholamines ;
  • la création et maintien d'une Capacité Résiduelle Fonctionnelle : par une bonne désobstruction, un PaO2 double par rapport au fœtus ;
  • la création de cycles respiratoires : par contact mécanique avec les mains de la sage-femme, différence de température

Les causes d'échec peuvent être un défaut de résorption du liquide alvéolaire, un encombrement des voies respiratoires par inhalation de liquide amniotique, une infection pulmonaire, une absence de surfactant, une malformation (compression des voies aériennes, du poumon).

CirculationModifier

La disparition de la circulation placentaire survient lorsque le cordon ombilical est sectionné (augmentation des résistances systémiques).

La circulation pulmonaire est créée par la levée de la vasoconstriction au niveau de l'artère pulmonaire. Les pressions entre le cœur droit et le cœur gauche s'égalisent, puis s'inversent à l'aide des pressions à gauche supérieures aux pressions à droite.

La fermeture des shunts est réalisée par une pression de l'oreillette gauche supérieure à la pression de l'oreillette droite (fermeture du trou de Botal par la valvule de Vieussens), ainsi que par l'augmentation de la PaO2 et chute du taux de prostaglandines (vasoconstriction du canal artériel).

Les causes d'une mauvaise circulation peuvent être l'anoxie et acidose, qui maintiennent la vasoconstriction de l'artère pulmonaire, ainsi que le canal artériel et les shunts ouverts (communication inter-auriculaire).

Viabilité des reinsModifier

Une bonne filtration des reins s'observe par l'émission des premières urines avant la douzième heure après la naissance, puis par l'éjection des quantités d'urine suivante : 20 ml par jour jusqu'au jour 2, 100 ml par jour au jour 6, de 200-250ml par jour au jour 10.

Le pouvoir de concentration des urines d'un prématuré est de 400 mOsm/l (c’est-à-dire que pour éliminer 400 mOsm, il doit uriner 1 l d'eau), tandis que celui d'un enfant à terme est de 600 mOsm/L.

attention : lait de femme : 79 mOsm/L alors que le lait de vache : 221 mOsm/L (diurèse X3!)[précision nécessaire]

Enfin, concernant l'équilibre acide-base, il existe une acidose métabolique physiologique du nouveau-né : son pH est supérieur ou égal à 7.35.

Puis, il y a une maturation progressive par l'élimination pulmonaire des acides et du CO2 et par la réabsorption rénale des bicarbonates (HCO3).

La réabsorption du sodium (Na+) est immature chez le nouveau-né.

MétabolismeModifier

La régulation glycémique se fait par de faibles stocks de glycogène ; une alimentation précoce dès la salle de naissance est nécessaire pour lutter contre l'hypoglycémie.

La régulation thermique se met en place quant à elle dans les premières heures de la vie.

ImmunitéModifier

Le système immunitaire du nouveau-né est compétent, mais prend du temps pour réagir.

Pendant le 3e trimestre de grossesse, un transfert trans-placentaire d'immunoglobulines G (IgG) s'effectue.

À la naissance, l'allaitement maternel transmet au nouveau-né des IgA maternelles, dirigées spécifiquement contre les antigènes des bactéries vaginales maternelles.

Examen minutieux du nouveau-néModifier

MensurationsModifier

Un enfant "normal" à terme présente à la naissance un poids d'environ 3 250 g ± 500 g, une taille de 50 cm ± 2 cm et un périmètre crânien de 35 cm ±1 cm.

Il existe plusieurs courbes de croissance de l'enfant permettant d’évaluer les mensurations du nouveau-né en fonction de son âge gestationnel. Les courbes de Leroy-Lefort[21] sont ainsi utilisées en France.

Un enfant "normal" se situe entre le 3e et le 97e centile (ou 10e et 90e selon les sources), c’est-à-dire que ses mensurations sont celles de 94 % (80 %) de la population.

Si l'enfant se situe au-delà du 97e centile, c’est un macrosome. S'il se situe en dessous du 3e centile, on parle de bébé hypotrophe. C’est le signe d’un retard de croissance intra-utérin. Il s'agit alors de déterminer si ce retard est "harmonieux" ou "dysharmonieux" : s'il est "harmonieux", cela signifie que le poids, la taille et le périmètre crânien se situent dans des valeurs inférieures à la normale, laissant supposer un mauvais pronostic par rapport à la maturation cérébrale. Si le retard est "dysharmonieux", le poids et/ou la taille observés sont inférieurs aux normes, mais pas le périmètre crânien qui est quant à lui "normal". C'est alors la preuve d'un bon développement cérébral.

Examen cutanéModifier

Les signes cutanés 'normaux' chez le nouveau-né sont les grains de milium, l'acné du nourrisson, due à l'imprégnation hormonale pendant la grossesse, ainsi que le lanugo, sorte de duvet que l'on retrouve sur le dos et les épaules, fréquent chez le prématuré.

Par ailleurs, certaines ethnies présentent des taches mongoloïdes : taches bleutées au niveau du sacrum ou sur les membres inférieurs, qui s'estompent en grandissant (enfants méditerranéens, enfants noirs) et les angiomes plans peuvent être présents plus spécifiquement chez les enfants blancs.

Les signes cutanés pathologiques sont :

CardiologieModifier

Un examen clinique cardiaque "normal" du nouveau-né observe une coloration rose de sa peau, un temps de recoloration cutanée (TRC) inférieur à 3 secondes, une fréquence cardiaque située entre 120 et 160 pulsations par minute, une pression artérielle de 55 en moyenne (7545 mmHg), une auscultation normale, des pouls huméraux et fémoraux présents et symétriques.

Les anomalies peuvent être un obstacle au cœur droit (cyanose), une insuffisance cardiaque gauche (hypotension), une anomalie des shunts (insuffisance cardiaque, œdème pulmonaire, légère cyanose secondaire), la transposition des gros vaisseaux (bébé "bleu" qui "va bien"), une absences des pouls huméraux et fémoraux (coarctation aortique), une auscultation anormale (hernie diaphragmatique, situs inversus).

Système respiratoireModifier

Un système respiratoire sain à la naissance se caractérise par une fréquence respiratoire entre 30 et 40 par minute, une coloration rose de la peau, une auscultation pulmonaire libre, une absence de pauses respiratoires (< 10 s) et d'apnées (> 10 s).

Les anomalies sont observées au niveau de la coloration (acrocyanose ou cyanose), de l'existence de pauses respiratoires ou d'apnées, ou de signes de lutte respiratoire (score de Silverman).

AbdomenModifier

Un examen normal à la palpation est un abdomen souple et gargouillant, même si un léger ballonnement post-prandial peut être observé fréquemment. Le foie et la pointe de la rate peuvent également être palpés.

Concernant l'ombilic, une hernie ombilicale peut être constatée assez fréquemment (bénin). Sauf cas particuliers, une intervention chirurgicale n'est pas envisagée avant l'âge de 2 ans car cela peut s'arranger avec l'acquisition de la marche et le renfort de la musculature abdominale.

L'ombilic peut aussi faire l'objet d'une inflammation (ex : omphalite) ou être sujet à des malformations telles que l'omphalocèle (les anses intestinales sont contenues dans la gelée de Wharton ; associé à un syndrome polymalformatif), ou la laparoschisis, dont le pronostic est bon.

Organes génitaux externesModifier

Un examen des organes génitaux externes des garçons peut permettre de déceler d'éventuelles malformations telle que l'hypospadias, vérifier si les testicules sont descendus, si leur volume est normal pour un nouveau-né, voire déceler la présence d'une hernie inguinale.

Chez les filles, un tel examen permet de déceler une crise génitale (augmentation du volume des seins), une hypertrophie des petites lèvres, etc...

Examen ostéo-articulaireModifier

  • membre supérieur : lésion traumatique ? (fracture de clavicule, humérus, paralysie du plexus brachial) symétrie, tonus.
  • membre inférieur : symétrie, tonus, pieds (metatarsus varus), hanches (LCH = luxation congénitale de la hanche).
  • rachis : spina bifida aperta (donne paraplégie, hydrocéphalie), spina bifida occulta ; au niveau sacro-coccygien : vérifier qu'il n'y a pas de fistule méningée (fossette avec suintement).
  • crâne : modelage par la filière génitale ; bosse séro-sanguine, céphalhématome; craniosténose ; vérifier les fontanelles.
  • face : choanes perméables ; vérifier le palais : fente palatine, bec de lièvre ; dysmorphie.

Examen neurologiqueModifier

  • tonus de base : quadriflexion, signe du foulard, angle poplité < 90°, angle pied-jambe = 0°, retour en flexion de l'avant-bras quand on tire dessus.
  • tonus de l'axe : essai de redressement de la tête dans l'axe du corps ; frein de la chute de la tête en tiré-assis.

Réflexes archaïques du nouveau-néModifier

Les réflexes archaïques sont des mouvements automatiques involontaires qui apparaissent chez le bébé dans la vie intra-utérine[22].

À la naissance, le système nerveux du nouveau-né n'est pas mature, les mouvements qu'il effectue sont des réflexes innés. Leur disparition (vers 3/4 mois) traduit le bon développement du système nerveux[22].

À la naissance, le pédiatre évalue l'état neurologique en vérifiant la présence des réflexes archaïques, développés ci-après.

 
Marche automatique du nouveau-né.

Marche automatiqueModifier

Le médecin soulève le bébé en le tenant par les aisselles et en le penchant légèrement en avant. Lors d'un examen normal, dès que les pieds du nouveau-né sont posés sur une surface plane, il effectue un ou deux pas sur la pointe du pied s'il est prématuré, ou sur la plante s'il est à terme. Si un objet est placé près de sa jambe, il l'enjambe comme si c'était un obstacle[23],[22].

 
Le réflexe de Moro chez le nourrisson.

Réflexe de MoroModifier

Le médecin tire vers le haut les membres inférieurs, en laissant retomber doucement la tête du nouveau-né, ce qui déclenche une rapide abduction des membres supérieurs suivie d'un cri[23],[22].

 
Agrippement ou grasping du nouveau-né.

Réflexe d'agrippement ou graspingModifier

Le pédiatre place son doigt dans la paume du bébé, ce qui provoque une fermeture des doigts puis un agrippement tellement fort que l'on peut parfois soulever le bébé avec les deux mains[22].

 
Le réflexe de succion du nouveau-né.

Réflexe de succionModifier

Quand on introduit un objet ou un doigt dans la bouche du nouveau-né, il déclenche automatiquement le mouvement de succion[23],[22].

 
Les points cardinaux du nouveau-né.

Points cardinauxModifier

Quand le médecin stimule le pourtour de la bouche, le bébé se tourne vers ce stimulus et fait un mouvement de la bouche en direction du point qui vient d'être stimulé[23],[22].

 
Le maintien de la tête chez le nouveau-né.

Maintien de la têteModifier

Quand on attire le bébé vers soi par les mains et les avant-bras, la tête du nouveau-né se maintient quelques secondes en position verticale avant tomber en arrière[23].

Extension croiséeModifier

Quand on pince le pied droit, le pied gauche vient pousser la main[24].

Développement des 5 sensModifier

VisionModifier

Jusqu'au milieu du XXe siècle, les parents s'entendaient dire que « les bébés ne voient rien à la naissance » ou qu'ils sont « aveugles pendant 40 jours », assertions aussi bien colportées par les familles que par les tests cliniques de « préférence visuels » pratiqués à l'époque. En effet, les nourrissons fixant peu un objet, cette légende était renforcée par le milieu médical alors que le test révélait plutôt une acuité visuelle limitée.

Le nourrisson ne voit pas les couleurs[25]. Il perçoit bien les contrastes et suit une cible de haut en bas et de droite à gauche à 50 cm. À partir de 4 mois il suit les visages. Il a une acuité visuelle d'1/20 et un champ visuel de 10° vers le haut et vers le bas (contre 60° pour l'adulte), de 40 à 60° de chaque côté (contre 90° pour l'adulte)[26].

OuïeModifier

Dès la naissance, le nouveau-né est capable de tourner la tête vers la direction d'où provient le bruit, sauf problème médical particulier. Par exemple, à la naissance, un bébé sur mille cinq cents environ est atteint d'une surdité plus ou moins importante[27]. Pour la dépister, la seule solution est d'effectuer un test de l'ouïe. Ce test peut être effectué quand le bébé dort ou dans une pièce calme, en 15 minutes maximum[28].

Il existe deux tests :

  1. le test ABR (Auditory Brainstem Response) consiste à poser trois autocollants : un sur le visage, un sur le cou et un sur l’épaule du nouveau-né. On place de petits écouteurs dans les oreilles et on diffuse de légers sons ;
  2. le test OAE (Otoacoustic Emissions) consiste à insérer de petits embouts en mousse ou en caoutchouc dans les oreilles du bébé, par lesquels il entend des sons légers. Le bébé est capable de tourner la tête dans la direction d’où provient le bruit. Dès la naissance, il reconnaît la voix de sa mère. Au 6e mois, il fait la relation entre la parole et le mouvement des lèvres[28].

ToucherModifier

Le toucher est le premier sens qui fait son apparition chez le fœtus. Il est le premier moyen de communication chez l'enfant avec le monde extérieur[29].

Chez le nouveau-né, la sensibilité de la peau est alors développée très tôt. Le toucher est pour lui sa façon d’entrer en relation avec le monde. Autant sur le plan physiologique que psychologique, la stimulation de la peau est très importante, elle a une influence générale sur le développement de l’enfant.

Le développement du système nerveux est accéléré avec la stimulation sensorielle que procure le toucher ; il favorise la communication cerveau-corps.

Contrairement aux organes sensoriels de la vision, de l’odorat, de l'audition et du goût, les récepteurs du toucher sont répartis sur tout le corps du bébé. Certains sont sensibles à la pression (corpuscule de Pacini), d'autres à la température ou à la douleur.

Pendant la grossesse, le va-et-vient du liquide amniotique procure au bébé la sensation d'un effleurement. C'est pourquoi, après la naissance, les caresses, le contact avec les surfaces chaudes et l'eau tiède auront un effet apaisant sur lui.

Enfin, durant sa première année, le nourrisson porte tout à sa bouche, c'est ainsi qu'il apprend à distinguer le dur du mou et le rugueux du lisse[29].

Goût et odoratModifier

Le goût du nouveau-né commence dans le ventre de sa mère car à 9 semaines la bouche et la langue du nouveau-né sont formées[30].

Dès la naissance, le nouveau-né est compétent pour les goûts et les odeurs. Il a une préférence pour le sucré. Les sensations primaires de la dégustation (salé, sucré et amer) prennent naissance au niveau des bourgeons gustatifs. Il découvre le salé vers 4/5 mois en principe, par contre il n'apprécie pas l'acide et l'amer. En effet, l'enfant a un goût marqué pour le sucré et un dégoût marqué pour l’amer, ce qui se manifeste par des changements de succion, de salivation et d’expression faciale. L'introduction de nouveaux aliments comme les légumes dans le régime de l'enfant participent à développer chez lui la distinction des saveurs[30].

Le Baptême des nouveau-nés dans le ChristianismeModifier

Le baptême des nouveau-nés est partagé par la quasi-totalité des Églises chrétiennes, qui permet à l'enfant d'être reconnu comme une "enfant de Dieu". En référence au moment de la cérémonie, le C.E.C. met l’accent sur cet aspect, indiquant notamment que: "Naissant avec une nature humaine déchue et entachée par le péché originel, les enfants eux aussi ont besoin de la nouvelle naissance dans le baptême (voir DS 1514) afin d'être libérés du pouvoir des ténèbres et d'être transférés dans le domaine de la liberté des enfants de Dieu (voir Col 1, 12-14)," et que les enfants seraient privés "de la grâce inestimable de devenir enfant de Dieu" s'ils n'étaient pas baptisés "peu après la naissance"(1250 C.E.C.).[31]

Notes et référencesModifier

  1. « Nourrisson, nouveau-né », Thèmes de santé (consulté le ).
  2. « Nourrisson », sur Le MeSH bilingue, INSERM (consulté le ).
  3. « 7000 nouveau-nés meurent encore chaque jour », sur OMS, communiqué de presse,
  4. United Nations International Children's Emergency Fund (UNICEF)
  5. (en) « Levels and Trends in Child Mortality Report 2017 », sur UNICEF,
  6. « 7 000 nouveau-nés meurent encore chaque jour », sur UNICEF France, (consulté le )
  7. Valerie Le Cadet, La petite enfance, l'enfant de 0 à 6 ans, Delagrave, (ISBN 978-2-206-30013-9), p. 23.
  8. « Pourquoi les bébés ont-ils un gros ventre ? », sur www.cnewsmatin.fr, (consulté le ).
  9. a et b Muriel Beliah-Nappez, Guide de la petite enfance : accompagner l'enfant de 0 à 6 ans, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson, , 437 p. (ISBN 978-2-294-73688-9, OCLC 865547972, lire en ligne), p. 15.
  10. « Pourquoi les bébés ont-ils les yeux bleus à la naissance ? », sur www.allodocteurs.fr, (consulté le ).
  11. « Les soins du nouveau-né à la maison », sur www.mamanpourlavie.com, (consulté le ).
  12. Muriel Beliah-Nappez, Guide de la petite enfance : accompagner l'enfant de 0 à 6 ans, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson, , 437 p. (ISBN 978-2-294-73688-9, OCLC 865547972, lire en ligne), p. 16.
  13. Beliah, Muriel, 1974-.... et Allègre, Evelyne, 19..-...., Guide de la petite enfance : accompagner l'enfant de 0 à 6 ans, Issy-les-Moulineaux, Elsevier-Masson, , 437 p. (ISBN 978-2-294-73688-9, OCLC 878606625, lire en ligne).
  14. a b et c Anita VAN DEN BULCK, Pôle 2 : Sciences Médico-Sociales et Animation Préparation à la certification intermédiaire, Fontaine Picard, , 316 p. (ISBN 978-2-7446-2794-1), p. 49.
  15. Anita VAN DEN BULCK, Pôle 2 : Sciences Médico-Sociales et Animation Préparation à la certification intermédiaire, Fontaine Picard, , 316 p. (ISBN 978-2-7446-2794-1), p. 42.
  16. a b et c Guy Postiaux, Kinésithérapie respiratoire de l'enfant : Les techniques de soins guidées par l'auscultation pulmonaire, De Boeck Supérieur, , 360 p. (ISBN 978-2-8041-4255-1, lire en ligne), p. 38-39
  17. M. Thuong, S. Leteurtre, « Recommandations des experts de la Société de Réanimation de Langue Française - Nutrition entérale en réanimation », Réanimation, Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS,‎ , p. 350-354 (lire en ligne)
  18. « Les bébés de moins de six mois ne savent pas respirer par la bouche », sur Être parents, (consulté le )
  19. Georges Rivard etJacques Bouchard, « La bronchiolite », Le Médecin du Québec,‎ , p. 78 (lire en ligne)
  20. J Leraillez, « L’obstruction nasale néonatale », Archives de Pédiatrie, vol. 8, no 2,‎ , p. 214–220 (ISSN 0929-693X, DOI 10.1016/S0929-693X(00)00189-5, lire en ligne, consulté le )
  21. cf. Leroy-Lefort.
  22. a b c d e f et g Anita VAN DEN BULCK, Pôle 2 : Sciences Médico-Sociales et Animation Préparation à la certification intermédiaire, Fontaine Picard, , 316 p. (ISBN 978-2-7446-2794-1), p. 27.
  23. a b c d et e « L'examen du nouveau-né », sur iCAP Université Claude Bernard Lyon 1, (consulté le ).
  24. « Réflexe archaïque », sur www.larousse.fr (consulté le )
  25. « Bébé est né. Il voit », sur www.doctissimo.fr
  26. Sylvie Chokron, Christian Marendaz, Comment voyons-nous ?, Le Pommier, 2010, 64 p.
  27. « Le développement sensoriel de l'enfant », sur naitreetgrandir.com (consulté le ).
  28. a et b « La surdité chez Bébé », sur www.parents.fr, (consulté le ).
  29. a et b « L’importance du toucher chez les enfants », sur www.mamanpourlavie, (consulté le ).
  30. a et b « Développement des sens : le goût », sur naitreetgrandir.com, (consulté le ).
  31. https://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P3F.HTM

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier