Ouvrir le menu principal

Niviaq Korneliussen

écrivaine groenlandaise
Niviaq Korneliussen
Niviaq Korneliussen.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Niviaq Korneliussen, née le 27 janvier 1990 à Nanortalik, est une écrivaine groenlandaise. Elle a été révélée par son roman Homo Sapienne, publié en 2014, en groenlandais, et en traduction danoise[1].

Sommaire

BiographieModifier

Niviaq Korneliussen a grandi à Nanortalik[2]. Elle vit actuellement à Nuuk. Son premier roman la fait connaître la fait connaître à l'échelle internationale[3]. Son livre est actuellement utilisé dans l'enseignement dans plusieurs écoles du Groenland.

ThèmesModifier

Son roman Homo Sapienne aborde la jeunesse, la violence sociale et les questions de minorités sexuelles et de genre sous le prisme de cinq personnages, déjà présentés dans sa nouvelle San Francisco.

Ces cinq jeunes (Fia, Inuk, Arnaq, Ivik et Saraqui), entre 20 et 25 ans, évoluent dans la petite ville de Nuuk (14 000 habitants). Ils sont, ou deviennent, homosexuel(le)s, bisexuel(le)s, transsexuel(le)s, hétérosexuel(le)s.

  • Partie 1 : Crimson& Clover (Fia) : la jeune Fia se lasse de son ami Piitag, sort avec une fille, Arnaq, et déjà une autre, Sara.
  • Partie 2 : Home (Inuk) : Inuk, frère de Fia, emprisonné, homosexuel, s'enfuit du Groenland, et communique principalement avec elle, par mèl et/ou par Facebook.
  • Partie 3 : Walk of shame (Arnaq) : Arnaq raconte ses sorties : fêtes, alcool, sexe et sentiments, vomissements...
  • Partie 4 : Stay (Ivik) : Inik fait la synthèse de sa jeune vie
  • Partie 5 : Whayt a day (Sara) : Sara accompagne l'accouchement de sa sœur, par une sage-femme à l'hôpital. Puis écoute parler un chauffeur de taxi. Puis écoute de la musique chez elle. Sara quitte Ivik.

Le texte mêle récit, dialogues, mèls, hashtags, paroles de chansons, textos... Le lecteur francophone ne saisit pas les emprunts croisés groenlandais-danois, mais subit l'invasion de l'anglais...

PublicationsModifier

RomanModifier

NouvelleModifier

  • San Fransisco, 2012[11]

DistinctionsModifier

  • Gagnante du concours de nouvelles de la maison d'édition Milik publishing pour San Francisco[1].
  • Nomination[12] pour le Grand prix de littérature du conseil Nordique en 2014. Son livre est utilisé dans l'enseignement dans plusieurs écoles du Groenland.

RéférencesModifier

  1. a et b « Histoire d’un livre. Abattre les tabous groenlandais », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  2. « La fièvre du Grand Nord », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  3. (en) Alastair Gee, « The Young Queer Writer Who Became Greenland’s Unlikely Literary Star », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 1er février 2019)
  4. Korneliussen, Niviaq, 1990-, Huctin, Jean-Michel. et Chartier, Daniel, 1968-, Homo sapienne (ISBN 9782924519585 et 2924519586, OCLC 1009376277, lire en ligne)
  5. Korneliussen, Niviaq, 1990-, Huctin, Jean-Michel. et Chartier, Daniel, 1968-, Homo sapienne (ISBN 9782924519585 et 2924519586, OCLC 1009376277, lire en ligne)
  6. https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/03/10/histoire-d-un-livre-abattre-les-tabous-groenlandais_5268680_3260.html
  7. https://kroniques.com/2018/03/15/homo-sapienne-niviaq-korneliussen/
  8. https://www.en-attendant-nadeau.fr/2018/01/09/jeunesse-groenlandaise-korneliussen/
  9. (en) Last Night in Nuuk | Grove Atlantic (lire en ligne)
  10. (en) Niviaq Korneliussen, Last Night in Nuuk, New York, Grove Atlantic, , 288 p. (ISBN 978-0802128775, lire en ligne)
  11. (en) Barron, « Read Greenlandic Writer Niviaq Korneliussen's Short Story "San Francisco" », Culture Trip,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  12. (en) « The Young Queer Writer Who Became Greenland’s Unlikely Literary Star », sur The New Yorker,

Liens externesModifier