Nickey Iyambo

homme politique namibien

Nickey Iyambo, né le à Oneya (Oshikoto) et mort le à Windhoek, est un homme politique et physicien namibien. Il est de à , le premier vice-président de la république de Namibie.

Nickey Iyambo
Illustration.
Fonctions
Vice-président de la république de Namibie

(2 ans, 10 mois et 18 jours)
Président Hage Geingob
Prédécesseur Poste créé
Successeur Nangolo Mbumba
Ministre des Anciens combattants

(5 ans)
Président Hifikepunye Pohamba
Prédécesseur Ngarikutuke Tjiriange
Successeur Poste aboli
Ministre de la Sûreté et de la Sécurité

(1 an, 11 mois et 2 jours)
Président Hifikepunye Pohamba
Prédécesseur Peter Tsheehama
Successeur Nangolo Mbumba
Ministre de l'Agriculture, de l'Eau et des Forêts

(2 ans, 6 mois et 27 jours)
Président Hifikepunye Pohamba
Prédécesseur Helmut Angula
Successeur John Mutorwa
Ministre des Mines et de l'Énergie

(2 ans, 6 mois et 27 jours)
Président Sam Nujoma
Prédécesseur Jesaya Nyamu
Successeur Erkki Nghimtina
Ministre des Gouvernements régionaux et locaux et du Logement

(6 ans)
Président Sam Nujoma
Prédécesseur Libertine Amathila
Successeur Joel Kaapanda
Ministre de la Santé et des Services sociaux

(6 ans, 4 mois et 20 jours)
Président Sam Nujoma
Prédécesseur Poste créé
Successeur Libertine Amathila
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Onayena (Ovamboland, Sud-Ouest africain)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Windhoek (Namibie)
Nationalité Namibienne
Parti politique SWAPO
Enfants 4
Diplômé de Université d'Helsinki
Profession Politicien
Docteur en médecine

Nickey Iyambo
Vice-présidents de la république de Namibie

Membre de la SWAPO, Iyambo est membre du cabinet de Namibie depuis son indépendance en mars 1990. Il est ministre de la Santé et des Services sociaux de à , ministre des Gouvernements régionaux et locaux et du Logement de à , ministre des Mines et de l'Énergie de à , ministre de l'Agriculture, de l'Eau et des Forêts de à , ministre de la Sûreté et de la Sécurité de à , et ministre des Ancien combattants de à . Il assure le poste de vice-président nouvellement créé en 2015 et reste en fonction jusqu'en 2018, date à laquelle il prend sa retraite en raison d'une mauvaise santé.

Enfance et éducation modifier

Nickey Iyambo est né à Oneya (en) dans l'Ovamboland au Sud-Ouest africain, aujourd'hui situé dans la région de Oshikoto. Il passe sa scolarité dans une école fondée par des missionnaires finlandais près de chez lui. À la fin de ses études, il obtient un emploi et devient le premier maître de poste noir de Namibie de à . Cependant, devenu membre de la SWAPO en , il s'exile avec son parti en 1964, se rendant à pied en Angola, puis en Zambie et en Tanzanie[1]. Il est l'un des premiers membres de la SWAPO à partir en exil et aide à établir des relations étroites entre la SWAPO et la Tanzanie de Julius Nyerere.

À ce moment-là, Ylioppilaiden kansainvälinen apu (YKA, « Secours international des étudiants ») cherche des nouveaux projets qu'il pourrait financer, et son directeur exécutif Martti Ahtisaari est informé de la présence d'Iyambo depuis la Tanzanie, YKA lui offre ainsi une bourse. À la fin de 1965, Iyambo arrive en Finlande et trouve un logement à Domus Academica, l'unité de logement étudiant de l'Union des étudiants de l'université d'Helsinki, où il partage une chambre avec le futur politicien et gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen. Iyambo commence ses études en langue finlandaise, et dans le même temps, il participe à la vie sociale des étudiants, à travers laquelle il devient ami avec de nombreux Finlandais et les aides à élever leur niveau de connaissance sur les affaires africaines, ce qui intéresse de plus en plus les Finlandais dans les années 1960. D'autre part, Iyambo lui-même se familiarise maintenant avec l'État-providence finlandais et le fonctionnement de la politique dans une démocratie[1],[2].

Iyambo étudie d'abord les sciences politiques à Helsinki, obtenant le diplôme intermédiaire de baccalauréat en sciences politiques, puis une maîtrise en 1970, après quoi il étudie la médecine, obtenant d'abord le titre de bachelor en médecine et, en 1980, le diplôme de licence en médecine, le qualifiant pour travailler comme médecin[3]. Pendant ses études à l'Université d'Helsinki, Iyambo est un membre actif de l'Union étudiante (fi), et en même temps, au cours des premières années de ses études, de à , Iyambo représente la SWAPO en Finlande et dans les pays nordiques[1].

Carrière modifier

Après avoir terminé ses études de médecine Nickey Iyambo déménage en Angola et devient le chef des services médicaux du camp de réfugiés du Cuanza-Sud. Au moment de l'indépendance de la Namibie, Iyambo est l'un des premiers membres de la direction de la SWAPO à revenir en Namibie pour préparer le pays aux élections et recevoir les compatriotes exilés. Le fait que le processus de transition vers l'indépendance soit dirigé par son ancienne connaissance Martti Ahtisaari n'est pas insignifiant[1].

À l'indépendance du pays en mars 1990, Iyambo devient ministre de la Santé et des Services sociaux, occupant ce poste jusqu'en 1996. Par la suite, il est ministre des Gouvernements régionaux et locaux et du Logement de 1996 à 2002, ministre des Mines et de l'Énergie de 2002 à 2005 et ministre de l'Agriculture, de l'Eau et des Forêts de 2005 à 2008. Il est transféré au poste de ministre de la Sécurité et de la Sécurité le 8 avril 2008[4]. Après deux ans à ce poste, il est nommé ministre des Anciens Combattants dans le deuxième cabinet du président Hifikepunye Pohamba, occupant ce poste de 2010 à 2015. Il est le plus ancien député de la SWAPO en 2014[5].

Aux côtés du président de la République Hage Geingob, Iyambo prête serment en tant que vice-président de la Namibie, le , devenant ainsi la première personne à occuper cette fonction[6]. En tant que vice-président, il continue à diriger le ministère des anciens Combattants avec deux vice-ministres : Alexia Manombe-Ncube (en) et Royal ǀUiǀoǀoo (en)[7].

S'exprimant en , Geingob et Iyambo rejettent les accusations selon lesquelles Iyambo a été relégué à un rôle largement cérémonial. Iyambo explique qu'il a un programme de travail complet qui le tenait occupé jusqu'à minuit tous les jours[8].

En , Hage Geingob le retire du poste de vice-président pour cause de mauvaise santé et nommé Nangolo Mbumba comme successeur. Iyambo conserve le portefeuille ministériel des affaires des anciens combattants et des personnes marginalisées, et conserve également son siège au parlement[9].

Tôt le matin du , le président de la république Hage Geingob annonce le décès d'Iyambo à sa résidence de Windhoek à la suite d'une longue maladie, un jour avant son quatre-vingt-troisième anniversaire[10]. En reconnaissance de sa position et de ses réalisations, Iyambo reçoit des funérailles d'État en Namibie[1].

Distinctions modifier

Notes et références modifier

  1. a b c d et e (fi) Seppo Kalliokoski, « Nickey Iyambo 1936–2019 », sur hs.fi, Helsingin Sanomat, (consulté le )
  2. (fi) Ministère des Affaires étrangères de Finlande, « Nickey Iyambo toi Afrikan vapautusliikkeet suomalaisten asialistalle », sur formin.finland.fi, (version du sur Internet Archive)
  3. (fi) Association médicale finlandaise, Suomen Lääkärit, Helsinki,
  4. (en) Christof Maletsky, « Cabinet reshuffle Pohamba reshuffles Cabinet », sur namibian.com, The Namibian, (consulté le )
  5. (en) Shinovene Immanuel, « A country for old men », sur namibian.com, The Namibian, (consulté le )
  6. (en) Theresia Tjihenuna et Shinovene Immanuel, « Emotional transition », sur archive.ph, The Namibian, (consulté le )
  7. (en) « The Vice President », sur mova.gov.na (version du sur Internet Archive)
  8. (en) Elvis Muraranganda, « Namibia : Geingob Defends Vice-President's Role », sur allafrica.com, New Era, (consulté le )
  9. (en) Donald Matthys, « President reshuffles Cabinet - Vice President relieved of duties », sur economist.com.na, Namibia Economist, (consulté le )
  10. (en) Rédaction, « Former Vice President Iyambo dies », sur economist.com.na, Namibia Economist, (consulté le )
  11. (fi) Ambassade de Finlande en Namibie, « Ministeri Nickey Iyambolle myönnettiin Suomen Leijonan ritarikunnan 1. luokan komentajamerkki », sur finland.org.na, (version du sur Internet Archive)
  12. (en) Rédaction, « Namibians honoured by President », sur neweralive.na, New Era, (consulté le )

Liens externes modifier