Navid Afkari

lutteur iranien condamné à mort

Navid Afkari (en persan : نوید افکاری‎), né en 1993 et mort le dans une prison de Chiraz, est un lutteur iranien condamné à mort à la suite d'une manifestation antigouvernementale. Il avait auparavant remporté plusieurs titres nationaux dans sa discipline.

Navid Afkari
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
نوید افکاریVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Plâtrier, lutteurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Disciplines sportives
Condamné pour

BiographieModifier

Navid Afkari est un lutteur spécialiste de lutte libre et de lutte gréco-romaine. Il a remporté plusieurs médailles lors de compétitions iraniennes et internationales dans ces disciplines[1].

Il est arrêté avec son frère Vahid Afkari à Chiraz le . Ils sont poursuivis pour « faits de guerre contre l'État, corruption sur terre et formation d'un groupe anti-révolutionnaire » après avoir pris part à une manifestation antigouvernementale le , au cours de laquelle un agent de sécurité a été poignardé[1]. Leur frère Habib Afkari est arrêté trois mois plus tard avec les mêmes charges.

Plusieurs personnes ont témoigné de l’absence de Navid Afkari sur la scène du meurtre, mais Navid est condamné à mort le [2], tandis que ses frères Vahid et Habib sont condamnés à 54 et 27 années de prison[1]. Les trois sont également condamnés à 74 coups de fouet. Après la condamnation, la contestation émerge sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #Navid_Afkari et la citation d'une phrase qu'il a prononcée depuis sa prison : « Ils cherchent un cou pour leurs cordes »[2],[3].

Navid Afkari a déposé une plainte le , affirmant avoir été forcé à faire des aveux sous la torture, et lancé une procédure d’appel[4]. La mère de Vahid affirme que lui aussi a été torturé par la police : « Ils l’ont tellement torturé qu’il a tenté de se suicider trois fois »[4].

Il est exécuté par pendaison le au matin, dans une prison de Chiraz[5],[6]. Selon le procureur général de la province de Fars, Kazem Mousavi, la peine capitale a été appliquée « face à l'insistance de la famille de la victime ». L'avocat de Navid Afkari dément[6].

RéactionsModifier

Le Comité international olympique s'est déclaré « choqué » par l'exécution[6]. Amnesty International a déclaré que Navid Afkari et son frère étaient « victimes du système judiciaire iranien déficient »[6]. Le président américain Donald Trump s'était prononcé contre l'exécution du jeune homme[6],[7].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « Iran broadcast forced confession from Iranian wrestler Navid Afkari on death row amid international condemnation », sur International Observatory of Human Rights, (consulté le 12 septembre 2020)
  2. a et b « Internet. En Iran, une campagne pour sauver le lutteur Navid Afkari, condamné à mort », sur Courrier international, (consulté le 12 septembre 2020)
  3. Pierre Alonso, « L'Iran a exécuté le lutteur Navid Afkari », sur Libération.fr, (consulté le 12 septembre 2020)
  4. a et b Darya Djavahery, « Le champion de lutte iranien Navid Afkari condamné à la peine de mort et 74 coups de fouet », sur Libération.fr, (consulté le 12 septembre 2020)
  5. (en) Michael Safi, « Iranian champion wrestler Navid Afkari executed despite global outcry », sur The Guardian, (consulté le 12 septembre 2020).
  6. a b c d et e AFP, « Le jeune lutteur Navid Afkari a été exécuté en Iran », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)
  7. (en-GB) « Navid Afkari: Trump urges Iran not to execute champion wrestler », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2020)

Article connexeModifier