Nathanael Pringsheim

botaniste allemand

Nathanael Pringsheim (ou Nathaniel Pringsheim) est un botaniste allemand, né le dans une famille juive de Landsberg-en-Haute-Silésie en province de Silésie et mort le à Berlin. Son père était un commerçant aisé. Sa fille Margarethe a épousé le chimiste Albert Ladenburg (1842-1911) de Mannheim.

CarrièreModifier

Il fait ses études aux Universités de Breslau, de Leipzig et de Berlin. Il obtient en 1848 un titre de docteur en philosophie avec une thèse intitulée De forma et incremento stratorum crassiorum in plantarum cellula, et il se distingue rapidement parmi ceux qui dirigent la grande renaissance de la botanique au XIXe siècle.

Avec les scientifiques français Gustave Adolphe Thuret (1817-1875) et Jean-Baptiste Édouard Bornet (1828-1911), Pringsheim fait partie des fondateurs de la phycologie moderne. Il fait des recherches sur le genre Vaucheria (1855), les Oedogoniaceae (en) (1855-1858), les Coleochaete (en) (1860), les genres Hydrodictyon (nl) (1861) et Pandorina (1869). Son dernier mémoire, Beobachtungen uber die Paarung der Zoosporen, revêt une importance considérable avec la conjugaison des zoospores que Pringsheim considère comme une forme primitive de reproduction sexuelle.

Son travail sur la différenciation morphologique des Sphacelariaceae (1873), une famille d’algue marine, traite de l’évolution avec un point de vue plus proche de Karl Wilhelm von Nägeli (1817-1891) que de Darwin (1809-1882). Ses recherches sur les Saprolegniaceae, une famille de champignons algoïdes responsables de maladies chez les poissons, lui valent une certaine notoriété.

Parmi ses travaux sur les végétaux supérieurs, il faut citer son importante monographie sur un curieux genre de fougères marines, Savinia. Sa carrière de morphologiste culmine en 1876 lorsqu’il fait paraître un mémoire sur l’alternance de générations chez des thallophytes et les mousses. À partir de 1874 et jusqu’à la fin de sa vie, Pringsheim se consacre principalement à des questions relatives à la physiologie. Il publie une longue série de mémoires sur l’assimilation du carbone par les végétaux, le point central de sa théorie étant qu’il considérait le pigment de la chlorophylle comme un écran jouant un rôle principalement protecteur pour le protoplasme contre la lumière qui, en stimulant trop activement la respiration, neutraliserait son activité assimilatrice. Mais ce point de vue n’a pas été retenu pour expliquer ce phénomène.

Pringsheim fonde en 1858 la revue Jahrbuch für wissenschaftliche Botanik, qu’il dirige jusqu’à sa mort. Il participe à la fondation en 1882 de la Société botanique allemande. Son travail se déroule dans le cadre de son laboratoire privé de Berlin à l’exception d’une courte période de quatre ans, de 1864 à 1868, où il enseigne à l’université d'Iéna. À la fin de sa vie, il joue un rôle politique dans son pays, dans les rangs libéraux.

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Pringsh. est l’abréviation botanique standard de Nathanael Pringsheim.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI