Nathalie Parain

dessinatrice et illustratrice russe

Nathalie Parain (Наталья Челпанова), née Natalia [Natacha] Tchelpanova en 1897 à Kiev et morte en 1958 à Sceaux est une dessinatrice d'origine russe.

Nathalie Parain
Наталья Парэн.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
SceauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Наталья Георгиевна ЧелпановаVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Illustratrice, peintre, graphical artistVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Conjoint

BiographieModifier

C'est à Moscou que « Nathalie effectue sa scolarité et a pour camarade de classe Marina Tsvetaïeva, future poétesse de renom qui fera un séjour à La Favière. La Révolution de 1917 met fin à ses études à l'école des Beaux-Arts et elle s'inscrit » aux Vkhutemas (Ateliers d'État) de Moscou, dans l'atelier de Piotr Kontchalovski, qui faisait partie de l'avant-garde constructiviste d'URSS et qui était « membre de l'association d'artistes du Valet de Carreau ». Là elle espère « obtenir un diplôme reconnu par les nouvelles autorités »[réf. souhaitée]. « Ses études terminées, elle réalise des portraits et enseigne le dessin aux enfants pour subsister »[réf. souhaitée] Ayant épousé en 1926 l'écrivain et essayiste Brice Parain, attaché culturel auprès de l'ambassade de France à Moscou, ils quittent l'URSS et arrivent à Paris en 1928.

Elle se lance dans l'illustration de livres pour enfants dans l'esprit Constructiviste russe en étant particulièrement inspirée par Malevitch.

Après avoir fait paraître Mon chat (texte d'André Beucler) en 1930, elle devient, à la demande de Paul Faucher, l'une des principales illustratrices de la collection du Père Castor (Flammarion), et aussi des œuvres de Marcel Aymé[1]. « Elle fréquente assidûment son amie Alexandra Exter qui habite Fontenay-aux-Roses ainsi que Feodor Rojankovsky qu'elle retrouve d'ailleurs en vacances à La Favière, où elle loge chez les Obolensky[Lesquels ?] et passe beaucoup de temps avec Nathalie Gontcharova et Michel Larionov. » Avec son mari Brice et sa fille Tatiana ils vont se baigner à Gouron et vont à Bormes-les-Mimosas rendre visite à Victoria Kontchalovski sœur du peintre Piotr Kontchalovski et « à Jean Paulhan qui occupe la vigie à Port-Cros ». Elle aida plusieurs artistes émigrés d'URSS à travailler pour des éditeurs français. Comme Paul Faucher, Nathalie Parain considérait le livre pour enfants comme un objet de culture à part entière. Plusieurs de ses ouvrages ont été réédités en fac-similé, ainsi Mon chat, aux Éditions MeMo, collection les Trois ourses en 2006[2].

Vie privéeModifier

Elle est la fille de Georgij Ivanovič Čelpanov, professeur de philosophie et fondateur du premier institut de psychologie à Moscou.

DistinctionsModifier

1944 : Prix du centenaire de l'Académie des Beaux-Arts

Ouvrages illustrés (sélection)Modifier

D'après Jean-Marie Embs et Philippe Mellot, 100 ans de livres d'enfants et de jeunesse 1840-1940, Éditions de Lodi :

  • Les Albums du Père Castor (Flammarion) :
    • Je fais mes masques (1931)
    • Je découpe (1931)
    • Album magique (1932)
    • Ribambelles (1932)
    • Crayons et Ciseaux (1932)
    • Ronds et Carrés (1932)
    • Baba Yaga (Rose Celli[3], 1932 - réédition, Nantes, 2010, éditions MeMo)
    • Album magique (1932)
    • Allons vite (1933)
    • Jeux en images (1933)
    • Masques de la jungle (1933)
    • Bonjour bonsoir (1934)
    • Faites votre marché (1935)
    • Jeu des cris et des bruits (1939)
    • Le Beau Chardon d'Ali Boron (May d'Alençon, 1940)
    • Noix de Coco et son ami (Marie Colmont, 1940)
  • Les Contes du chat perché, de Marcel Aymé (Gallimard) :
    • Le Canard et la Panthère (1937)
    • Le Cerf et le Chien (1938)
    • Le Paon (1938)
    • Les Cygnes (1939)
    • Les Vaches (1942)
    • La Buse et le Cochon (1943)
    • La Patte du chat (1944)
    • Le Problème (1946)
    • Les Chiens (1948)
  • Éditions MeMo :
  • Éditeurs divers :

Ouvrages numérisésModifier

Sont accessibles en ligne, sur la bibliothèque numérique Gallica :

  • Faites votre marché / Images de Nathalie Parain. Scénario du Père Castor. 1935 [1]
  • Mon chat / André Beucler, Nathalie Parain, Gallimard, 1930 [2]

Notes et référencesModifier

  • De larges extraits entre guillemets, et pas seulement, ont été recopiés dans la biographie écrite par Michel Guillemain. Cette « bio » est accompagnée de 18 illustrations de Nathalie Parain et d'une photographie de l'artiste à La Favière en 1935.
  1. Patrick Modiano évoque dans Un pedigree, ainsi que dans sa préface au recueil de cinq nouvelles de Marcel Aymé paru chez Gallimard (Biblos) en 1989, les deux tomes des Contes du chat perché illustrés par Nathalie Parain et parus en 1949-1950, qu'il lisait dans sa jeunesse.
  2. [* Nathalie Parain et André Beucler, Mon chat, Nantes, 2006, éditions MeMo, (ISBN 978-2910391904)].
  3. Pseudonyme de Rose Brua.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier