Myrtilla Miner

Enseignante, abolitionniste américaine et fondatrice de la Normal School for Colored Girls de Washington (district de Columbia).

Myrtilla Miner, née le dans les environs de Brookfield (New York) morte le à Washington (district de Columbia) est une enseignante et une abolitionniste américaine, connue pour avoir créé à Washington une académie d'enseignement supérieur pour former des jeunes femmes afro-américaines au métier d'institutrice malgré les vives oppositions rencontrées, la Normal School for Colored Girls

Myrtilla Miner
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance

Brookfield (Etat de New York)
Décès
Sépulture
Cimetière de Oak Hill (Washington)
Nom de naissance
Myrtle Miner
Nationalité
américaine
Formation

Female Domestic Seminary de Clinton, New York,

Clover Street Seminary de Rochester,
Activité
Enseignante, fondatrice de la Normal School for Colored Girls
Période d'activité
1844-1864
Père
Seth Minor (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Richmond Street School de Providence (Rhode Island.

Newton Female Institute de Whitesville, dans le Mississipi
Mouvement
Maître

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Myrtilla Milner[1] est l'une des douze enfants de Seth Miner et d'Eleanor Smith Miner, une famille d'agriculteurs, sur les papiers officiels son prénom était Myrtle, mais elle sera appelée tout au long de sa vie Myrtilla[2]. Sa tante Ann Miner est une enseignante qui l'a probablement influencée pour sa carrière. Dès son enfance elle souffre de problèmes de douleurs liées à une malformation de sa colonne vertébrale. Durant son enfance, elle dévore les livres de la bibliothèque locale et prend également conscience des limitations de l'éducation offerte aux femmes. Elle fait ses études secondaires au Female Domestic Seminary de Clinton puis au Clover Street Seminary de Rochester (état de New York) ; après y avoir achevé ses études elle y enseigne pendant l'année 1844[3],[2]. Durant ses études, elle est influencée par Henry Barnard (en)[4] le pédagogue de l'éveil éducatif[5].

CarrièreModifier

De 1845 à 1846, elle est professeure à la Richmond Street School de Providence dans le Rhode Island, puis en 1847, elle part enseigner au Newton Female Institute de Whitesville, l'actuel Whynot, Mississippi[6], où elle donne des cours aux filles des riches planteurs locaux. Là, elle choquée par la condition faite aux esclaves afro-américains. Elle propose d'ouvrir l'école aux pour les jeunes filles afro-américaines esclaves appartenant aux planteurs auxquels elle donnait des cours à leurs filles, mais son initiative est refusée car contraire au racisme ambiant du Mississippi et à ses lois, on lui dit que si elle veut instruire des "Nègres" qu'elle retourne donc dans un état du Nord[7]. Elle donne sa démission pour retourner enseigner à New York en 1849.

Là, elle sollicite diverses personnes pour l'aider à financer un projet de création d'une école pour les Afro-Américains à Washington. Elle écrit à Frederick Douglass qui se montre sceptique tout en l’encourageant, la prévenant que son projet peut conduire à son assassinat[2]. Des abolitionnistes blancs vont la soutenir pour son projet. Elle reçoit également l'appui du révérend Henry Ward Beecher, et d'Ednah Thomas, une quaker qui lui fait un don de 100 $ pour l'aider à créer son école[8],[2],[9].

Elle emménage à Washington, et ouvre le , la Normal School for Colored Girls dans un entrepôt, qui appartenait à un Afro-Américain, sur la 11° avenue à proximité de la New York Avenue (Washington, D.C.) (en) [8]. En moins de deux mois les effectifs passent de six à quarante élèves. En regard de l’augmentation croissante des effectifs, elle change de locaux pour installer l'école dans une maison située sur la F Street à quelque pas de la Maison Blanche, menacée par le voisinage blanc, elle doit à nouveau déménager pour s'installer sur la K Street (Washington, D.C.), elle doit à nouveau déménager au bout de quelques mois pour échapper à l'hostilité et aux menaces diverses du voisinage. La situation va se stabiliser grâce à divers donateurs comme Gamaliel Bailey (en), Thomas Smith Williamson (en), Harriet Beecher Stowe (l'auteure de La Case de l'oncle Tom, lui fait un don de 1 000 $) et d’autres Myrtilla Milner peut acheter une maison dans le quartier situé entre la 19° et la 20° rue. Le voisinage blanc est toujours hostile, mais elle est chez elle. En 1856 l'école est protégée par un comité d'administration où siègent divers personnalités blanches et quakers comme Henry Ward Beecher, Harriet Beecher Stowe, Samuel M. Janney, Thomas Williamson, Samuel Rhoads, Johns Hopkins, etc[1],[10],[8].

En 1856, son état de santé se dégrade, Harriet Beecher Stowe l'envoie dans un sanatorium à Elmira, cette situation la conduit à se retirer de la direction de l'école tout en restant présente au sein du conseil d'administration[11],. La philanthrope Emily Howland (en) reprend la direction de l'école assistée par Emma V. Brown (en), une Afro-Américaine formée à la Normal School for Colored Girls qui a poursuivi sa formation en étant diplômé de l'Oberlin College[2].

En 1860, les débats vif du Congrès concernant l'inclusion de l'éducation des Afro-Américains sur le district de Columbia préfigurent ce qui sera la Guerre de sécession conduisent à la fermeture de l'école quelques mois avant le déclenchement du conflit[2].

En 1861, Myrtilla Miner se rend en Californie pour recouvrer la santé. Quelques semaines après la Proclamation d'émancipation du président des États-Unis Abraham Lincoln promulguée le 1er janvier 1863, elle apprend que son école est intégré au dispositif scolaire du district de Columbia grâce à une loi déposée par le sénateur du Massachusetts, Henry Wilson et adoptée le [12],[2].

En 1864, elle est blessée à la suite d'un accident de circulation à Petaluma, en Californie, mal remise elle fait un long voyage pour rejoindre Washington, où elle décède le 17 décembre 1864 des suites de la tuberculose aggravée par ses blessures au domicile de Nancy M. Johnson, la présidente du conseil d'administration de la Normal School for Colored Girls [1],[3],[5].

Vie personnelleModifier

Myrtilla Miner repose au Oak Hill Cemetery (Washington, D.C.) (en)[13].

ArchivesModifier

Les archives de Myrtilla Miner sont déposées et consultables à la Bibliothèque du Congrès[14],[15].

BibliographieModifier

EssaisModifier

  • (en-US) Philip Sheldon Foner & Josephine F Pacheco, Three who dared : Prudence Crandall, Margaret Douglass, Myrtilla Miner, Greenwood Press, , 264 p. (ISBN 9780313235849, lire en ligne),
  • (en-US) Michael M. Greenburg, This Noble Woman: Myrtilla Miner, Chicago Review Press, , 224 p. (ISBN 9780912777092),
  • (en-US) Ellen M. O'Connor, Myrtilla Miner: A Memoir, Franklin Classics Trade Press, , 142 p. (ISBN 9780344201165, lire en ligne),

ArticlesModifier

  • (en-US) G. Smith Wormley, « Myrtilla Miner », The Journal of Negro History, Vol. 5, No. 4,‎ , p. 448-457 (10 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Emmett D. Preston, Jr., « The Development of Negro Education in the District of Columbia, 1800-1860 », The Journal of Negro Education, Vol. 12, No. 2,‎ , p. 189-198 (10 pages) (lire en ligne)
  • (en-US) Lester Grosvenor Wells, « Myrtilla Miner », New York History Vol. 24, No. 3,‎ , p. 358-375 (19 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) G. Smith Wormley, « Myrtilla Miner: Pioneer in Teacher Education for Negro Women », The Journal of Negro History, Vol. 34, No. 1,‎ , p. 30-45 (16 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) « Miner Teachers College Centennial », Negro History Bulletin, Vol. 14, No. 4,‎ , p. 74, 87 (2 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) « Library of Congress Acquires Papers of Myrtilla Miner, Founder of School for Negro Girls », Negro History Bulletin, Vol. 16, No. 5,‎ , p. 111 (1 page) (lire en ligne),
  • (en-US) Paul Phillips Cooke, « Myrtilla Miner: Determined School Founder With Frederick Douglass », Negro History Bulletin, Vol. 45, No. 4,‎ , p. 104-106 (3 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Druscilla J. Null, « Myrtilla Miner's "School for Colored Girls": A Mirror on Antebellum Washington », Records of the Columbia Historical Society, Washington, D.C., Vol. 52,‎ , p. 254-268 (15 pages) (lire en ligne),

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « Myrtilla Miner | American educator », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  2. a b c d e f et g (en-US) Lester Grosvenor Wells, « Myrtilla Miner », New York History, Vol. 24, No. 3,‎ , p. 358-375 (19 pages) (lire en ligne)
  3. a et b (en-US) « Miner, Myrtilla (1815–1864) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  4. (en) « Henry Barnard | American educator », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  5. a et b (en-US) « Spring 2013, Volume 12 Number 4 :: New York State Archives Partnership Trust », sur www.nysarchivestrust.org (consulté le )
  6. (en-US) « Myrtilla Miner », sur NATIONAL ABOLITION HALL OF FAME AND MUSEUM (consulté le )
  7. (en-US) « Myrtilla Miner: Teaching 'colored girls' to teach », sur Daily Kos (consulté le )
  8. a b et c (en-US) G. Smith Wormley, « Myrtilla Miner », The Journal of Negro History, Vol. 5, No. 4,‎ , p. 448-457 (10 pages) (lire en ligne)
  9. (en-US) Nina Tristani, « Separate and Unequal Education in 19th Century DC Schools », sur HillRag, (consulté le )
  10. (en) lincolnquakers, « Myrtilla Miner », sur Nest of Abolitionists, (consulté le )
  11. (en-US) « Women's History Month – Myrtilla Miner | University of the District of Columbia » (consulté le )
  12. (en-US) Sadie Daniel, « Myrtilla Miner: Pioneer in Teacher Education for Negro Women », The Journal of Negro History, Vol. 34, No. 1,‎ , p. 30-45 (16 pages) (lire en ligne)
  13. « Myrtilla Miner (1815-1864) - Mémorial Find a... », sur fr.findagrave.com (consulté le )
  14. (en-US) Myrtilla Miner, « Myrtilla Miner papers, 1825-1960 », sur hdl.loc.gov, 1825/1960 (consulté le )
  15. (en-US) « Library of Congress Acquires Papers of Myrtilla Miner, Founder of School for Negro Girls », Negro History Bulletin, Vol. 16, No. 5,‎ , p. 111 (1 page) (lire en ligne)

Liens externesModifier