Myron Ebell

Myron Ebell
Biographie
Nom de naissance Myron Ebell
Date de naissance
Lieu de naissance Baker County, Oregon, U.S.
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain (depuis)
Diplômé de Colorado College (License), London School of Economics (Master)
Profession Lobbyist

Myron Ebell, né en 1953, est un homme politique américain, directeur de l'Agence de protection de l'environnement américaine depuis l’élection de Donald Trump.

Il est aussi connu pour ces positions sceptiques et contestataires sur le changement climatique.

Il est l'actuel[Quand ?] directeur du Global Warming and International Environmental Policy at the Competitive Enterprise Institute (CEI), et président de Cooler Heads Coalition (en), une coalition fondée le qui lutte contre le mythe du réchauffement climatique[1], et l'un des plus virulents détracteurs américains du consensus scientifique sur le réchauffement climatique selon le Financial Times[2].

Depuis le milieu de années 1990, Myron Ebell dirige le think tank libertarien « Competitive Enterprise Institute », financé par des fonds privés, considéré comme un puissant lobby au service des industriels. Myron Ebell conteste à Washington, l’influence des hommes sur le réchauffement climatique. La stratégie principale est d'introduire le doute par tous les moyens dans l’opinion, contre le consensus de la communauté des chercheurs.

Myron Ebell a été nommé en novembre 2016 par Donald Trump à la tête de l'Agence de protection de l'environnement américaine (E.P.A.) pendant la période de transition, avec mission de réfléchir à l'avenir de cette agence[3].

BiographieModifier

Myron Ebell a grandi dans un ranch dans le Baker County, en Oregon[4].

Il est titulaire d'un bachelor en philosophie du Colorado College (cum laude et Phi Beta Kappa) et un master en théorie politique de la London School of Economics, où fut élève de Michael Oakeshott[5]. Il a également étudié l'histoire à l'université de Californie à San Diego au Peterhouse College (université de Cambridge)[6],[7],[8].

CarrièreModifier

De retour de Grande-Bretagne à la fin de ses études, Ebell a occupé plusieurs positions à Washington comme lobbyiste pour des intérêts conservateurs, travaillant notamment comme assistant législatif senior pour John Shadegg, un membre du Congrès républicain (Arizona), comme représentant à Washington pour l'American Land Rights Association, et comme assistant du président de l'Union nationale des contribuables (National Taxpayers Union)[9]. Ebell est aussi l'un des fondateurs de la Grassroots ESA Coalition, dont il était membre de la direction et coordinateur bénévole plusieurs années[10].

Myron Ebell est fortement lié au lobby du tabac aux États-Unis, pour lequel il a travaillé dans les années 1990 à Frontiers for Freedom et au CEI[11]. Une proposition de campagne de communication faite à Philipp Morris en 1998 par le CEI se donnait notamment pour but de "changer le débat actuel sur le tabagisme des adolescents et les malversations de l'industrie du tabac pour en faire un débat sur des augmentations massives d'impôts, sur le big government et sur la perte de liberté individuelle"[12].

Il rejoint Competitive Enterprise Institute (CEI) en comme policy director[13]. CEI est une ONG américaine faisant la promotion des intérêts de l'industrie pétrolière américaine en remettant en question la réalité du changement climatique (ou tout du moins son origine humaine), et donc toute politique de régulation coûteuse des émissions de CO2. Le CEI a par exemple fait la promotion du CO2 dans l'une de ses vidéos, le comparant à la vie et rejetant son association à la pollution et au smog[14]. Le CEI est en partie financé par des entreprises du secteur pétrolier ou gazier américain depuis le début de ses activités, ayant notamment reçu 1,5 million de dollars d'ExxonMobil[15],[16],[17].

Il intervient régulièrement en 1997 et 1998 au nom de Frontiers for Freedom[18]. Il a également œuvré avec John Shadegg pour amender la loi fédérale sur les espèces de voie de disparition (Endangered Species Act)[19].

En 1998, on retrouve Ebell[Mal dit] comme membre du Global Climate Science Communications Team (GCSCT) formé par l'American Petroleum Institute et à l'origine d'un plan de communication visant à convaincre le public américain de l'incertitude scientifique concernant le changement climatique[20].

PositionsModifier

Ebell se décrit comme un anticonformiste par nature, très influencé par la philosophie de la contestation de l'autorité des années 1960 et 1970[21].

S'il ne nie pas la réalité du changement climatique, il le juge modeste et insignifiant, et en aucun cas une cause de préoccupation, malgré l'ensemble de preuves scientifiques existantes et son absence totale de qualifications scientifiques en la matière[22],[23]. Ebell juge le consensus de la communauté scientifique autour de la réalité du changement climatique bidon, non fondé sur la science, mais sur un consensus politique[24].

Dans une contribution dans Forbes intitulée Aimez le changement climatique (Love Global Warming), Ebell a décrit le réchauffement climatique comme une opportunité positive, rendant de nombreuses régions habitables, tout en éliminant des gens « qui allaient probablement mourir de toute façon »[25].

Il considère toute préparation à une montée du niveau des eaux des mers et des océans comme un « gaspillage d'argent" »[26].

Ebell a exprimé à nombreuses reprises son opposition à l'Accord de Paris sur le climat et le plan de l'E.P.A. pour réduire l'émission de CO2 des États-Unis[4].

Vie privéeModifier

Myron Ebell vit dans la banlieue de Washington D.C. avec sa femme et ses quatre enfants[4].

Il est réputé proche des frères Koch (Charles G. Koch et David H. Koch), propriétaire de Koch et milliardaires qui ont bâti leur fortune dans le pétrole, le charbon, la finance et la chimie[27].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Environmental Investigations: Global Warming? by Jeffery A. Schneider, Ph.D. » (consulté le 11 novembre 2016)
  2. (en) « Myron Ebell » (consulté le 14 novembre 2016)
  3. Robin Bravender, « Trump Picks Top Climate Skeptic to Lead EPA Transition », ClimateWire/Scientific American,
  4. a b et c (en) « The 4 Things You Need to Know about Climate Change Denier, Myron Ebell », (consulté le 14 novembre 2016)
  5. (en) « Myron Ebell », sur House.gov, (consulté le 11 novembre 2016)
  6. (en) « Myron Ebell Director, Center for Energy and Environment », sur Competitive Enterprise Institute (consulté le 11 novembre 2016)
  7. (en) « A Convenient Untruth », sur vanityfair.com, (consulté le 11 novembre 2016)
  8. (en) « Myron Ebell Director, Center for Energy and Environment » (consulté le 14 novembre 2016)
  9. (en) « Taxation, due process and the tobacco industry: a campaign proposal to stop a da... », (consulté le 14 novembre 2016)
  10. (en) « Myron Ebell Director of Freedom Action and Director, Center for Energy and Environment », sur House.gov, (consulté le 14 novembre 2016)
  11. (en) « Meet Trump’s pick to dismantle EPA », (consulté le 11 novembre 2016)
  12. (en) « Taxation, due process and the tobacco industry: a campaign proposal to stop a da... », (consulté le 14 novembre 2016)
  13. (en) « Truth Tobacco Industry Documents », (consulté le 11 novembre 2016)
  14. (en) « "We call it life », sur youtube.com, (consulté le 14 novembre 2016)
  15. (en) « Meet Trump’s pick to dismantle EPA », sur Huffington Post, (consulté le 14 novembre 2016)
  16. (en) « Competitive Enterprise Institute », sur Conservative Transparency (consulté le 14 novembre 2016)
  17. (en) « Anatomy of a Washington dinner: Who funds the Competitive Enterprise Institute? », sur the Washington Post, (consulté le 14 novembre 2016)
  18. (en) « Majority of public favors replacing the endangered species act with incentive system », (consulté le 11 novembre 2016)
  19. (en) « Trump’s climate contrarian: Myron Ebell takes on the EPA. », (consulté le 14 novembre 2016)
  20. (en) « The material below contains a memo by the API from April 1998. », (consulté le 14 novembre 2016)
  21. (en) « Trump’s Climate Contrarian: Myron Ebell Takes On the E.P.A. », (consulté le 14 novembre 2016)
  22. (en) « Let's Discuss Climate Change In Donald Trump's America; Trolls Welcome », sur Forbes, (consulté le 14 novembre 2016)
  23. (en) « A Convenient Untruth », (consulté le 14 novembre 2016)
  24. (en) « Let's Discuss Climate Change In Donald Trump's America; Trolls Welcome », (consulté le 14 novembre 2016)
  25. (en) « Love Global Warming » (consulté le 12 août 2006)
  26. (en) « Rising Sea Levels Seen as Threat to Coastal U.S. », sur the New York Times, (consulté le 14 novembre 2016)
  27. « Le « Monsieur écologie » de Donald Trump est un climatosceptique », sur Le Monde, (consulté le 24 novembre 2016)

Liens externesModifier