Muscle platysma

Muscle platysma
Sobo 1909 267.png
Muscle platysma visible sous la peau retirée.
Origine
Ceinture scapulaire et tissu sous cutané des régions de l'acromion, deltoïdiennes et infra-claviculaire.
Terminaison
Mandibule, peau de la joue, de la lèvre inférieure, de l'angle de la bouche.
Artère
Nerf
Actions
Abaisse la peau du menton, et la commissure labiale. Tend et plisse la peau du cou.
Antagoniste
Identifiants
Nom latin
Platysma
TA98
A04.2.01.001Voir et modifier les données sur Wikidata
TA2
2147Voir et modifier les données sur Wikidata
FMA
45738Voir et modifier les données sur Wikidata

Le muscle platysma ou muscle peaucier du cou est un muscle superficiel de la région antérieure du cou chez l'homme, qui s'étend du thorax à la mandibule et à la joue. Sa contraction permet de tendre la peau du cou, de la soulever, ainsi que l'abaissement et l'étirement de la commissure labiale, donnant une expression de frayeur au visage humain.

StructureModifier

 
Muscle platysma

C'est un muscle très large, quadrilatère qui recouvre toute la partie antérograde-latérale du cou, et recouvre le muscle sterne-cléido-mastoïdien.

InsertionsModifier

Il naît de la couche profonde de la peau des régions deltoïdiennes, acromiales et claviculaires, et le long de la ceinture scapulaire.

Selon le bilan musculaire de Daniels, le platysma descend jusqu'au buste, et plus précisément sur la troisième côte {{référence nécessaire}}..

TrajetModifier

Ses fibres musculaires initialement charnues et distinctes, sont obliques en haut et médialement, et se resserent en remontant pour former une nappe musculaire continue. Les deux muscles platysmas initialement éloignés l'un de l'autre se resserrant eux aussi et peuvent croiser leurs fibres au niveau du menton.

TerminaisonModifier

Il se fixe sur le bord inférieur du corps de la mandibule, mais aussi directement sur la peau de la commissure des lèvres, de la partie inférieure de la joue.

Les fibres les plus antérieures se fixent sur la protubérance mentonnière, les fibres moyennes s'attachent au reste du bord inférieur de la mandibule, à la partie antérieure de la ligne oblique où elles se croisent avec celles des muscles abaisseur de l'angle de la bouche et abaisseur de la lèvre inférieure. Les fibres postéro-latérales se continuent avec les fibres du muscle abaisseur de l'angle de la bouche, et se fixent sur la commissure labiale et la peau de la joue.

 
Insertions musculaires de la face externe de la mandibule

InnervationModifier

 
Innervation de la face et du cou

L'innervation motrice du platysma est assurée par le rameau cervical du nerf facial.

VascularisationModifier

Le muscle platysma est vascularisé pour sa partie supérieure par la branche submentale de l'artère faciale, et par des branches de l'artère cervicale transverse pour sa partie inférieure. La partie postérieure est vascularisée par des branches de l'artère occipitale et de l'artère auriculaire postérieure. La partie antérieure est vascularisée par l'artère thyroïdienne supérieure [1].

 
Veines de la face et du cou

Variations anatomiquesModifier

Des variations anatomiques peuvent se retrouver, avec des extensions pouvant aller à la face, au delà de la clavicule, et de l'épaule. On peut retrouver des attaches sur la mastoïde, ou sur l'os occipital. Il peut parfois être absent, et s'invoque avec l'âge.

Rapports anatomiquesModifier

Le muscle platysma est un muscle immédiatement sous cutané. Il s'étend en dessous du fascia sous-cutané et de la graisse, et recouvre donc la plupart des structures retrouvées dans le cou.

ActionModifier

 
Contraction du muscle platysma

Le muscle platysma soulève et tend la peau du cou. Il abaisse la commissure labiale, et l'étire. il abaisse aussi la peau du menton.

Intérêt cliniqueModifier

TraumatismeModifier

Le platysma étant le muscle le plus superficiel du cou, il peut fréquemment être lésé lors d'une plaie touchant cette région. De par son action marginale, et sa largeur, sa lésion en elle-même ne présente pas de problématique, mais il constitue une limite, et on considère qu'une plaie du cou est pénétrante lorsqu'elle dépasse la profondeur du platysma [2].

Chirurgie cervicaleModifier

En chirurgie cervicale, le muscle platysma est la première couche musculaire rencontrée. Il doit être sectionné et relevé pour pouvoir continuer la dissection [3]. Il constitue un repère important pour ne pas léser le nerf facial et son rameau mandibulaire, qui chemine plus en profondeur. Il doit être suturé lors de la fermeture pour éviter une rétraction cicatricielle disgracieuse.

Chirurgie esthétiqueModifier

Avec l'âge, la dégénérescence du muscle platysma va faire apparaitre des bandes bien visibles dans le cou [4]. Ces bandes peuvent même être aggravées après une procédure de lifting facial. Plusieurs interventions de plastysmoplastie [5] ou de plastysmotomie [6]existent pour remédier à cela.

La graisse du cou se situant en dehors du muscle platysma, il constitue une limite de profondeur lors d'une liposuccion du cou. Tout traumatisme de ce muscle lors de cet acte pourra occasionner un saignement [7].

Chirurgie reconstructriceModifier

Le muscle platysma et le tissu myocutané associé peuvent être utilisés pour reconstruire des défects de la tête et du cou. Plusieurs techniques existent, et il peut être prélevé sur une vascularisation supérieure (basée sur l'artère submentonnière) ou sur une vascularisation postérieure (basée sur l'artère occipitale) [1].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Dale A Baur, « The plastysma myocutaneous flap », Oral and Maxillofacial Surgery Clinics of North America, vol. 15, no 4,‎ , p. 559–564 (DOI 10.1016/S1042-3699(03)00069-4, lire en ligne, consulté le ).
  2. (en) C. Clay Cothren et Ernest E. Moore, « Chapter 19 - Penetrating Neck Trauma », dans Abernathy's Surgical Secrets (Sixth Edition), Mosby, (ISBN 978-0-323-05711-0, DOI 10.1016/b978-0-323-05711-0.00019-7, lire en ligne), p. 110–113
  3. (en) David E. Eibling, « Chapter 78 - Neck Dissection », dans Operative Otolaryngology: Head and Neck Surgery (Second Edition), W.B. Saunders, (ISBN 978-1-4160-2445-3, DOI 10.1016/b978-1-4160-2445-3.50082-0, lire en ligne), p. 679–708
  4. (en) Jeffrey C. Posnick, « 40 - Aesthetic Alteration of the Soft Tissues of the Neck and Lower Face: Evaluation and Surgery », dans Orthognathic Surgery, W.B. Saunders, (ISBN 978-1-4557-2698-1, DOI 10.1016/b978-1-4557-2698-1.00040-x, lire en ligne), p. 1746–1783
  5. (en-US) Daniel Labbé, R. G. Franco et J. Nicolas, « Platysma Suspension and Platysmaplasty during Neck Lift: Anatomical Study and Analysis of 30 Cases », Plastic and Reconstructive Surgery, vol. 117, no 6,‎ , p. 2001–2007 (ISSN 0032-1052, DOI 10.1097/01.prs.0000218972.75144.9c, lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Jose Carlos Daher, « Closed Platysmotomy: A New Procedure for the Treatment of Platysma Bands Without Skin Dissection », Aesthetic Plastic Surgery, vol. 35, no 5,‎ , p. 866 (ISSN 1432-5241, PMID 21847680, PMCID PMC3192284, DOI 10.1007/s00266-011-9782-0, lire en ligne, consulté le )
  7. (en) Murad Alam et Lucile E. White, « 1 - Anatomy in Dermatologic Surgery », dans Complications in Dermatologic Surgery, Mosby, (ISBN 978-0-323-04546-9, DOI 10.1016/b978-0-323-04546-9.10001-9, lire en ligne), p. 1–18

Livres en françaisModifier