Musée grégorien égyptien

partie des Musées du Vatican

Le musée grégorien égyptien est un des musées du Vatican. Il est consacré à la collection égyptienne du Vatican.

Museo gregoriano egizio
Image dans Infobox.
Musée grégorien égyptien
Informations générales
Surface
9 salles
Site web
Collections
Collections
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte du Vatican
voir sur la carte du Vatican
Red pog.svg

HistoireModifier

Le musée égyptien a été inauguré le 2 février 1839, jour anniversaire de l'élection du pape Grégoire XVI. Auparavant, le pape Pie VII avait créé le premier noyau du musée avec une petite collection d'antiquités égyptiennes. Grégoire VII enrichit cette collection avec de nouveaux achats et favorise la création du musée dans le Petit Palais du Belvédère, avec un aménagement qui rappelait l'Égypte antique.

Les collectionsModifier

Le musée abrite des œuvres s'échelonnant de la période prédynastique à la période romaine. Les collections sont réparties dans six salles.

L'écriture : mémoire des hommesModifier

La première salle regroupe des exemples d'écriture gravée sur pierre ainsi que des stèles liées au monde funéraire, au monde religieux et à la commémoration du souverain.

Le règne de l'outre-tombeModifier

La deuxième salle permet de voir une série d'œuvres liées aux cérémonies funéraires et au culte des morts. On y retrouve une momie, des sarcophages, des vases canopes qui conservaient les viscères du défunt, des amulettes et des bijoux, ainsi que des objets de trousseau funéraire qui assurait au défunt les mêmes commodités que lors de son vivant.

L'Égypte et RomeModifier

La troisième salle rappelle la période durant laquelle l'Égypte devint une province romaine (50 av. J.-C.) et qui vit l'importation de plusieurs sculptures à Rome. On retrouve ainsi dans cette salle une reconstitution partielle du Canope de la Villa d'Hadrien et du Sérapéum, temple dédié à la divinité Sérapis.

  • Statue d'Antinoüs-Osiris.

L'Égypte : un don du NilModifier

La quatrième salle évoque le thème le l'eau et les paysages du Nil. Le fleuve constituait un élément essentiel à l'agriculture du pays grâce aux crues qui déposait une couche de limon fertile, en plus de constituer la principale voie de navigation. Pour les Égyptiens, la rive Est symbolisait la terre des vivants (où on retrouvait les villes) tandis que la rive Ouest était la terre des morts (et regroupait les nécropoles).

  • Statue couchée du Nil.

L'hémicycle : sculpture et peintureModifier

Dans la cinquième salle, on retrouve des sculptures de divinités et des personnages de la royauté, ainsi que des fragments de murs peints.

Petits bronzes de la collection GrassiModifier

Enfin, la sixième salle présente la collection Grassi donnée au musée en 1950. Elle comprend des statuettes et des objets en bronze du 1er millénaire av. J.-C. représentant des dieux de l'ancienne Égypte, des animaux et des objets rituels.

GalerieModifier

SourceModifier

  • Ufficio Pubblicazioni Musei Vaticani, Les Musées du Vatican, Edizioni Musei Vaticani, 2010, p. 96-124, (ISBN 978-88-8271-208-2).

Sur les autres projets Wikimedia :