Musée du terroir marseillais

musée en France

Le Musée Provençal, anciennement Musée du Terroir Marseillais est un musée des arts et traditions populaires situé à Château Gombert dans le 13e arrondissement de Marseille.

Le château de Château Gombert, site musée du Terroir Marseillais.
Porte d'honneur du château

Il a été créé en 1927 par le félibre Jean-Baptiste Julien-Pignol et constitue l'un des premiers musées d'Art et Traditions Populaires de France.

Il est, après le Museon Arlaten d'Arles dont il est considéré comme "le frère", le second musée d'ethnographie de Provence par l'ampleur de ses collections.

Le musée est géré depuis 1939 par une association, l'AOSRCG[1].

Le bâtiment, avec sa tour, ses créneaux, ses fenêtres à meneaux constitue le château actuel, imaginé et construit par le fondateur en remplacement du château médiéval disparu au XVIe siècle.

Les collections proviennent essentiellement de dons rassemblés depuis bientôt un siècle.

Elles sont présentées dans dix salles historiques : tableaux, costumes et collections textiles, meubles provençaux, ustensiles, instruments de musique anciens, crèches et santons, art religieux, instruments agraires.

HistoireModifier

Bâti au cœur d'un terroir où le patrimoine est particulièrement riche et les coutumes ancestrales encore vivaces, soutenu par une population qui, par des dons continuels, veut manifester son désir de conserver le patrimoine populaire, le Musée Provençal continue l'œuvre de son fondateur, Jean-Baptiste Julien-Pignol (1872-1970) et à travers lui celle du "Maître de Maillane", Frédéric Mistral.

En 1906, ce dernier inaugurait le Museon Arlaten à Arles, premier Musée des Arts et traditions populaires (ATP) de France. Il y consacra sa vie ainsi que le montant du Prix Nobel qu'il obtînt en 1905, ayant compris l'urgence de sauver ce qui pouvait encore l'être du patrimoine culturel de la Provence traditionnelle.

La Provence tout entière, sentait confusément ce que Mistral et les Félibres avaient perçu avec lucidité et participa avec enthousiasme à cette inauguration. C'est dans ces sentiments et devant des délégations venues de toute la Provence et des pays d'Oc, que Mistral y lança un appel :

"Faudrié que dins chasco vilo, dins chasque vilage,

i'aguèsse un mounumen pèr recata li souveni dou passat".

Cet appel de Mistral fut pour Jean-Baptiste Julien-Pignol, une sorte de révélation. Il décida, dans son village natal de Château-Gombert, de se consacrer à ce qui devait être la plus grande œuvre de sa vie. Il commença un travail de patience qui allait trente ans plus tard aboutir à la création, d'une Escolo Felibrenco : lou Roudelet Felibren des Castèu-Goumbert en 1927. A ces activités culturelles s'ajoutait la fondation d'une maison de repos pour personnes âgées, reflétant les préoccupations sociales de Jean-Baptiste Julien-Pignol qui souhaitait conjuguer patrimoine, culture et solidarité.

Le Musée fut inauguré le 25 juin 1928 sous le nom de Muséon d'Art Prouvençau devenu depuis le Musée des Arts et Traditions Populaires du Terroir Marseillais.

À sa création, le musée ne comportait initialement qu'une seule salle : la cuisine provençale, conçue comme un foyer de culture populaire où les mainteneurs pouvaient se réunir comme autrefois à la veillée, échangeant leurs souvenirs et ravivant les usages anciens dans la langue de leurs pères. Près d'un siècle plus tard, les collections réunissent désormais des milliers d'objets répartis dans huit salles : la cuisine provençale, la chambre bourgeoise, la salle-à-manger, la salle Renaissance, la salle des santons, celle consacrée aux jouets et celle destinée à la présentation des costumes et trésors textiles voisinent avec une bibliothèque ancienne riche de plusieurs dizaines de milliers de volumes.

En 2020, le musée connaît une campagne de travaux de restauration de ses locaux

Parcours muséographiqueModifier

Salon des FondateursModifier

Ce premier salon à la décoration héritée de la Belle Époque, conserve des meubles, tableaux et souvenirs qui reflètent la vie ainsi que l'œuvre du fondateur de musée, le provençaliste Jean-Baptiste Julien-Pignol.

Cuisine provençaleModifier

Il s'agit de la reconstitution d'une cuisine provençale : grande cheminée, annexes de la souillarde et de l'estramàgi (réserve à provisions).

La grande table présente les treize desserts de Noël avec les trois nappes, les trois chandelles et les assiettes de blé traditionnelles.

Faïences populaires, ustensiles de cuisine anciens et collections de cuivres y recréent l'atmosphère des cuisines provençales d'autrefois.

Salle des costumesModifier

Cette salle rassemble un très important fonds textile, constitué de costumes complets des XVIIIe et XIXe siècles, accessoires, colifichets, bijoux provençaux et portraits anciens.

Salle RenaissanceModifier

Par ses proportions et sa décoration fastueuse, cette salle se veut être une évocation de la grande salle seigneuriale du château de Château-Gombert.

Cheminée monumentale, lustre en fer forgé suspendu à la voûte aux croisées d'ogives, mobilier provençal du XVIIe siècle et toiles peintes marseillaises du XVIIIe siècle.

Salon de musiqueModifier

Entièrement consacrée à la musique provençale, le visiteur y découvre une belle collection de galoubets et tambourins.

 
Jean-Baptiste Julien-Pignol par Pierre Graille

Chambre provençaleModifier

Cette salle est une reconstitution fidèle d'une chambre d'une maison bourgeoise, avec un beau mobilier provençal du XVIIIe siècle, une collection de boutis, cotons piqués et objets de piété.

Salle-à-manger provençaleModifier

Outre sa table dressée, cette salle à manger rassemble tous les éléments constitutifs d'une véritable salle-à-manger provençale : panetière, pétrin, salière, farinière, estanié etc.

Une cheminée en marqueterie de marbres du XVIIIe siècle, deux glaces dites "de Beaucaire" et une riche collection de faïences provençales y sont présentées.

Salle des SantonsModifier

Salle des santons et des crèches, elle abrite une collection très complète d'œuvres des artisans santonniers et créchistes provençaux depuis le XVIIIe siècle.

Une importante collection de santibelli provençaux, d'ex-voto, d'objets de dévotion et d'art sacré y est également présentée.

Salle de la vie domestiqueModifier

Cette salle, inaugurée très récemment, évoque, dans le sillage des dioramas du Museon Arlaten, plusieurs scènes de vie domestique en Provence : en famille au cabanon, femmes autour du lavoir, cheval de la Saint-Eloi...

La présentation en est assurée par Baptistin, un petit robot réalisé en partenariat avec l'école Polytech du pôle technologique.

Salle agraireModifier

La salle agraire, contiguë au pigeonnier du musée, est consacrée aux techniques et instruments agraires en usage dans le terroir marseillais aux XVIIIe et XIXe siècles.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Musée du Terroir Marseillais - Site de l'espace Pignol

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Adrien Blés, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Ed. Jeanne Laffitte, Marseille, 1989 (ISBN 2-86276-195-8)
  • Marseille, revue culturelle de la ville de Marseille, no 231,

Lien externeModifier