Museon Arlaten

musée sur l'ethnographie de la Provence

Le Museon Arlaten (provençal pour « Musée arlésien ») est un musée consacré à l'ethnographie de la Provence. Il se situe au centre d'Arles, au 29, rue de la République, dans l'ancien hôtel particulier Laval-Castellane et contient des collections représentatives des arts, de l'ethnologie et de l'histoire du pays d'Arles.

Museon Arlaten
PB110011 Arles Museon Arlaten reductwk.JPG
Entrée du musée
Informations générales
Visiteurs par an
3 129 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Arts, ethnologie et histoire du pays d'Arles
Localisation
Pays
Commune
Adresse
29, rue de la République
13200 Arles (France)
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Fermé pour cause de travaux depuis le , la réouverture du musée, prévue en 2015[1] a été repoussée à 2020.

HistoireModifier

Il a été fondé par Frédéric Mistral en 1896, alors que l'ethnographie s'intéressait aux régions d'Europe laissée hors du progrès. Avec l'aide du docteur Émile Marignan, il rédige un manuel de collecte et voit les dons affluer. Le premier musée ouvre en 1899, les collections sont données au département des Bouches-du-Rhône. En 1904, grâce à l'argent qu'il a reçu pour le prix Nobel de littérature, Mistral installe le musée dans l'hôtel de Laval-Castellane, alors collège d'Arles (collège des Jésuites). En 1909, Jean Granaud inaugure le nouveau Museon Arlaten. Après la mort de Mistral en 1914, Fernand Benoit prend sa suite comme conservateur.

CollectionsModifier

  • Costumes provençaux du XVIIIe au XXe siècle
  • Rites et légendes
  • Gens de mer et du fleuve
  • Métiers de la campagne
  • Dioramas
    • Claude-André Férigoule : La Veillée Calendale, La Visite à l'Accouchée , L'Atelier de la Couturière, L’Arlésienne en prière dite Pregarello, représentations grandeur nature de scènes de la vie provençale aux XVIIIe et XIXe siècles.
  • Peintres
    • Antoine Raspal : Portrait de dame, Laveuse au pont de l'Observance
    • Léo Lelée : environ mille œuvres de l'artiste, acquises par une donation
  • Photographes
    • Dominique Roman : photographies des années 1860-1890; en 1898, premier lot de 48 photographies, complété en 1901 et 1905 par de nouveaux dons.

AnnexesModifier

Le musée a une activité de recherche en ethnographie et collecte le contemporain (la mémoire cheminote ...).

La rénovationModifier

Décidée en 2006, la rénovation a commencé par l'extension des surfaces dédiées au musée : acquisitions de la chapelle des Jésuites contigüe pour la consacrer aux expositions temporaires, ainsi qu’une partie de l’Atelier des Roues, au cœur des anciens ateliers SNCF de la ville, réhabilité pour devenir le cœur technique de conservation du musée et abriter sur 2000m² le CERCO (Centre d’étude, de restauration et de conservation des œuvres), fonctionnel depuis 2011[2],[3]. S'en est suivie une restauration complète des bâtiments et un réaménagement muséographique ambitieux débouchant sur une refonte complète du parcours ; ainsi, l’exposition permanente sera rythmée en cinq séquences chronologiques allant de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle. Une sixième section sera consacrée aux expositions temporaires[2].

En prémisse, depuis 2004, le Musée a expérimenté une nouvelle génération d'audio-guide multimédia avec des images agrégées, puisée en dehors du Musée pour élargir le commentaire, par exemple celle de la Vénus d'Arles pour évoquer la beauté des Arlésiennes ou la reproduction d'une gravure de la foire de Beaucaire pour présenter les bijoux et colifichets traditionnels locaux[4].

Programme Hors-les-MursModifier

Il préfigure le « Museon Arlaten rénové » par sa programmation culturelle, ses actions de valorisation et par la mise en oeuvre d'une nouvelle démarche auprès d'un public élargi. Entre-temps, il permet de faire vivre le patrimoine et les collections du musée pendant le chantier. Le projet « Hors les murs »[5] a ainsi pour but de partager au public les différentes thématiques abordées sous forme d'expositions, de concerts, d'ateliers ou de conférences. Organisées durant toute l'année, ces animations intègrent aussi bien les Journées européennes du Patrimoine ou la Nuit des Musées que des acteurs plus locaux tels que les établissements scolaires ou le festival de musique Les Suds à Arles...

Ces actions ont pour but de valoriser certains objets du musée, enrichis par le travail d'artistes et de musiciens (Voyage des 10) ou de mettre en avant certaines populations au sein de la ville d'Arles (anciens cheminots, gitans catalans...). Un des derniers projets en date, Vol sans effraction, offre, entre autres, la possibilité de se projeter dans le futur musée rénové. Cette expérience s'est déroulée dans le cadre de Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture et a mobilisé de nombreux acteurs locaux.

Notes et référencesModifier

  1. « Museon: rendez-vous en 2014 », laprovence.com.
  2. a et b Vent de fraîcheur pour le Museon Arlaten, Arles sur arles-architecte.fr (consulte le 14 mai 2020)
  3. Le CERCO sur le site officiel du musée
  4. Sophie Deshayes, Une nouvelle génération d'audio-guide, La lettre de l'OCIM, n°92, mars 2004, p. 22 Lire en ligne
  5. Céline Salvetat En drone au-dessus du Museon Arlaten in Culture et Recherche n°128, « L'interculturel en actes », printemps-été 2013 http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Recherche-Enseignement-superieur-Technologies/La-revue-Culture-et-recherche/L-interculturel-en-actes

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Raymond Boyer, « Le fonds hébraïque du « Museon Arlaten » », dans Provence historique, 1953, tome 4, fascicule 12, p. 131-139 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Projets passés
Autres musées arlésiens
Partenaires événementiels

Liens externesModifier

  1. Aurélie Samson, Céline Salvetat, « « Partage de mémoires gitanes » Quand le Museon Arlaten se met à l’épreuve du participatif… », Faire Savoirs n°12,‎ , p. 29-35 (ISSN 1629-0771, lire en ligne)