Musée cantonal de géologie de Lausanne

musée à Lausanne (Suisse)
Musée cantonal de géologie
Le musée
Informations générales
Type
Musée scientifique, institution patrimoniale (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Ouverture
1818
Site web
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Division administrative
Commune
Adresse
place de la Riponne, 6
Coordonnées
Localisation sur la carte de Lausanne
voir sur la carte de Lausanne
Localisation sur la carte du canton de Vaud
voir sur la carte du canton de Vaud
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse

Le musée cantonal de géologie de Lausanne a fusionné et est devenu dès le 1er janvier 2023 un département du Naturéum, musée de Suisse situé dans la ville vaudoise de Lausanne et consacré aux sciences naturelles[1].

Histoire modifier

Fondé en 1818[2], le musée de géologie rejoint le palais de Rumine lors de son inauguration au tout début du XXe siècle. Il sert tout d'abord à conserver et présenter les quelque 1 000 minéraux offerts par le tsar Alexandre Ier à Frédéric-César de La Harpe[3] avant de se diversifier au cours du temps. Ses missions actuelles couvrent non seulement l'acquisition, l'étude et la mise en valeur de documents, mais également l'organisation d'expositions temporaires[4].

En 1874, grâce aux efforts d'Eugène Renevier, le musée gagne son indépendance, et s'ouvre au public à partir de 1878. En 1906, le nouveau musée cantonal de géologie ouvre dans le palais de Rumine, mais Eugène Renevier décède peu avant. Son successeur Maurice Lugeon lui dédie une salle du musée et y fait placer un portrait du défunt peint par son frère Frédéric Renevier[5].

En 1907, le musée reçoit, via un échange avec le naturaliste Paul Carié, propriétaire du principal gisement de dodos à l'île Maurice, une cinquantaine d'ossements qui permet aux chercheurs de reconstituer un squelette de dodo (didus ineptus) presque complet. Il faut attendre 2016 pour que le musée reconstituée le squelette en 3D (en moulant les pièces manquantes). Après avoir été prêté à différents musées, le squelette finit exposé en au musée cantonal de géologie de Lausanne[6].

En 1996, une association des amis du musée de géologie a été créée pour soutenir les activités et organiser différents évènements autoir des sciences de la Terre[7].

En 2012, le musée organise l'exposition « Météorites, à la rencontre de la matière extraterrestre - Collection personnelle d'Alain Carion » qui propose des fragments rares de Mars, de la Lune, ainsi que la fameuse météorite de Peekskill[8]. En 2015, une exposition « 100% naturels » propose de découvrir les pierres les plus déroutantes de la collection du musée, dans lesquelles des visages, des paysages, et d'autres formes se dessinent très distinctement et naturellement sur les pierres. Des textes des XVIe et XVIIe siècles ont été étudiés pour interpréter ces pierres. Ces textes d'époque suggèrent que ces pierres sont des interventions du Divin[9]. En 2018, le musée organise l'exposition « Amiante! Une fibre miraculeuse, naturelle, tueuse » pour élargir la perception de ce minerai dans l'opinion publique[10].

En 2018, le musée cantonal de géologie de Lausanne prend part au projet GeoMol visant à opérer un relevé topographique en 3D de la Suisse grâce aux nouvelles technologies[11].

Le 1er janvier 2023, il devient le département de géologie du Naturéum - Muséum cantonal des sciences naturelles.

Collections modifier

Les différentes collections présentées par le musée s'orientent autour de différents thèmes qui sont : « les fossiles », « les archives de la vie », « merveilleux cristaux », « voyage dans les profondeurs du Jura aux Alpes » et « mille millions d'années d'histoire »[12]. En plus de ces collections, le musée gère également une bibliothèque thématique avec la faculté de géosciences et de l'environnement de l'université de Lausanne, ainsi qu'une médiathèque[13].

Parmi les objets présentés au public, les attractions les plus remarquées sont « The Welcome Nugget », copie de la plus grosse pépite d'or jamais mise à jour qui pèse 57,3 kilos[3], ainsi que l'un des squelettes de mammouth les plus complets retrouvés en Europe et mis au jour dans la gravière de Praz-Rodet, non loin du Brassus[14]. Le musée dispose également une reconstitution avec os d'origine d'un glyptodon, le panochthus tuberculatus, provenant des recherches de Georges Claraz en Argentine entre 1859 et 1862[15].

La collection du musée cantonal de géologie de Lausanne est constituée de 700 000 roches, fossiles et minéraux, couvrant 1 700 types paléontologiques, 2 800 espèces figurées et 90 types minéraux[16]. De nombreux vestiges de la Maison de la Rivière sont aujourd'hui hébergés dans le musée cantonal de géologie de Lausanne[17].

Le musée, de même que le palais qui l'accueille, est inscrit comme bien culturel suisse d'importance nationale[18].

Notes et références modifier

  1. « Un Muséum des sciences naturelles va naître au Palais de Rumine à Lausanne », sur rts.ch, (consulté le )
  2. « Musée cantonal de géologie », sur fusions.ch (consulté le )
  3. a et b « Musée cantonal de géologie », sur lausanne.ch (consulté le )
  4. « Les missions du musée », sur unil.ch (consulté le )
  5. Jack Burton, Minéraux des musées suisses : Trésor de la terre, Géoforum, 21 août 2015
  6. Le dodo du Musée cantonal de géologie de Lausanne, Musée cantonal de géologie
  7. « Musée cantonal de géologie », sur regart.ch (consulté le )
  8. Météorites, à la rencontre de la matière extraterrestre - Collection personnelle d'Alain Carion, Carion Minéraux, 2012
  9. Joëlle Challandes, Des pierres qui ne laissent pas de marbre, COOP, 19 janvier 2015
  10. L'amiante en expo, Play RTS, 22 janvier 2018
  11. Le sous-sol suisse en échographie 3D, The Style, 28 mars 2018
  12. « Musée cantonal de géologie de Lausanne », sur rezoscience.ch (consulté le )
  13. « Le patrimoine du musée », sur unil.ch (consulté le )
  14. Le mammouth de Praz-Rodet: Musée cantonal de géologie, Palais de Rumine, Lausanne, Département de la formation et de la jeunesse, Service de l'enseignement enfantin, primaire et secondaire,
  15. Montage d'un glyptodonte, La Trace Claraz, 2015
  16. Acteurs de l'environnement et de la valorisation - Geopark Chablais - Haute-Savoie - France, Geopark Chablais
  17. Historique du lieu, La Maison de la Rivière
  18. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • Gilles Borel, « Musée cantonal de géologie », dans « Collections cantonales. Héritage en devenir » (Collections cantonales vaudoises) PatrimoineS n° 3, 2018, pp. 120–133.

Articles connexes modifier