Ouvrir le menu principal
Musée Charles-Friry
Remiremont-Musée Charles Friry-Bâtiment (2).jpg
Maison canoniale du XVIIIe siècle abritant le musée
Informations générales
Ouverture
Collections
Collections
Arts décoratifs, beaux-arts, histoire locale et régionale
Localisation
Pays
Commune
Adresse
12, rue du Général-Humbert
88200 Remiremont
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg

Le musée Charles-Friry est l'un des deux musées de Remiremont (Vosges).

Sommaire

HistoireModifier

 
Sur cette vue de 1826, on reconnaît l'annexe de l'ancienne maison canoniale, construite en brique

La demeure qui abrite aujourd'hui le musée est une ancienne maison canoniale du XVIIIe siècle. Construite en 1750 dans le quartier canonial qui entoure l'église abbatiale, elle était habitée par la comtesse de Briey[1] qui fut la dernière doyenne du chapitre de Remiremont, de 1759 à 1789, année de sa mort.

Charles Friry (1802-1881)[2]) s'y installe en 1833 à la suite de son mariage. Magistrat, il est aussi artiste, amateur d'art et collectionneur. En 1854 Mgr Caverot, alors évêque de Saint-Dié, le présente comme « l'habile et zélé conservateur de nos antiquités vosgiennes »[3]. Il réunit ainsi pendant cinquante ans de nombreux tableaux et objets d'art.

Un petit-fils de Charles Friry, l'artiste Pierre Waidmann (1860-1937), fait de nouveaux aménagements dans la maison et installe son atelier et ses appartements dans une nouvelle construction annexe en briques.

En 1958, Colette Dussaux (1896-1973), arrière-petite-fille de Charles Friry et fille de Pierre Waidmann, confie l'ensemble des biens mobiliers et immobiliers qu'elle possède à Remiremont à une société immobilière dépendant du diocèse[4]. En 1970 la maison est transformée en musée diocésain, inauguré le . En 1976, la totalité du fonds d'atelier de Pierre Waidmann est dispersé, ainsi que la collection de gravures anciennes ayant appartenu à Charles Friry.

Le , la ville de Remiremont fait l'acquisition du musée diocésain qui devient ainsi un musée municipal labellisé « musée de France ».

Maison-muséeModifier

Pierre Waidmann a réalisé une partie de la décoration intérieure de la maison (marqueteries de la cheminée et des battants de portes, dessus-de-porte peints).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Collections permanentesModifier

La peinture, la sculpture, la gravure et les arts décoratifs sont représentés dans ces collections qui couvrent l'art ancien du XVe au XVIIIe siècle et l'art moderne des XIXe et XXe siècles.

En peinture, la pièce maîtresse est Le Vielleur à la sacoche[5] peint par Georges de La Tour, vraisemblablement vers 1640. Elle aurait été découverte dans un grenier à Nancy, puis achetée par Charles Friry en 1846, alors qu'elle n'était pas encore identifiée. Le tableau est aujourd'hui exposé dans la salle où se trouvait l'ancien atelier de Pierre Waidmann.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Expositions temporairesModifier

 
Collection Waidmann

En septembre 2006, la famille du peintre romarimontain Jean Montémont (1913-1959)[6] fait don à la ville d'une centaine de tableaux, dessins et souvenirs de l'artiste[7]. Une nouvelle salle est dédiée à cette donation, dans laquelle l'accrochage des œuvres est renouvelé régulièrement.

En 2011, en collaboration avec le musée Charles de Bruyères, le musée Charles Friry présente une exposition rétrospective consacrée au peintre romarimontain Pierre Waidmann[8], petit-fils de Charles Friry.

Parc du muséeModifier

Le parc attenant au musée reconstitue en partie le « Grand Jardin » de l’abbaye de Remiremont. On y trouve plusieurs vestiges de monuments anciens, ainsi que deux fontaines ornementales du XVIIIe siècle. De style rocaille, la fontaine d'Amphitrite et la fontaine de Neptune ont toutes deux été classées par les Monuments historiques le [9].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

NotesModifier

  1. Hyacinthe Célestine, née le 22 avril 1713, décédée en 1789 (Félix Victor Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du royaume de Belgique, tome 1, Polack-Duvivier, Bruxelles, 1849-1852 [1])
  2. C. Dussaux, « Un érudit du XIXe siècle : Charles Friry », Le Pays lorrain, 1966, no 1, p. 12-26
  3. Louis-Marie Caverot, Kriaulé pour le jour de la bénédiction du calvaire de Remiremont, impr. de Wittersheim, Paris, 1854, p. 4 [2]
  4. Jean Pierre Cuzin (et al.), Georges de La Tour, Galeries nationales du Grand Palais, Réunion des musées nationaux (France), 1997, p. 140 (ISBN 9782711835928)
  5. Paulette Choné, « Le Vielleur à la sacoche, dit Le Vielleur Waidmann », in Georges de La Tour, Renaissance du Livre, 1996, p. 109 (ISBN 9782804600372)
  6. Dictionnaire des Vosgiens célèbres : Jean Montémont
  7. Site Jean Montémont [3]
  8. Pierre Waidmann (1860-1937), un peintre en résidence, 2011, 36 p. (catalogue de l'exposition rétrospective)
  9. Notice no PA00107254, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Françoise Haudidier, « Le musée Friry de Remiremont. Son histoire », in Le Pays lorrain, 1989, no 2, p. 65-73

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :