Moshe Czerniak

joueur d'échecs israélien d'origine polonaise

Moshe Czerniak est un joueur d'échecs israélien d'origine polonaise né le à Varsovie (dans l'Empire russe) et mort le à Tel Aviv.

Moshe Czerniak
Derde IBM Meestertoernooi Nummer 16 K Bertok , 1718 M Czerniak, Bestanddeelnr 915-4869.jpg
Moshe Czerniak en 1963.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Activités
Autres informations
Titre aux échecs

Biographie et carrièreModifier

Czerniak émigra en Palestine mandataire en 1934[1]. Il remporta le premier et le troisième championnats de Palestine en 1936 et 1938 à Tel Aviv et à Jérusalem. Il représenta la Palestine lors des olympiades de 1935 (joueur de réserve) et de 1939 (il jouait au premier échiquier et la Palestine finit neuvième). En , il fut bloqué en Argentine après l'olympiade d'échecs. Il émigra en Israël en 1951 et devint champion d'Israël en 1955 et 1974 et représenta Israël lors de neuf olympiades de 1952 à 1974. Il reçut le titre de maître international en 1952.

PalmarèsModifier

Czerniak a remporté les tournois de Quilmes 1941 (devant J. Pelikan et H. Rossetto) et 1944, Buenos Aires 1944 (mémorial Roberto Grau, ex æquo avec Paul Michel) et 1948-1948 (devant Pelikan), Rosario 1950 (devant Pelikan), le tournoi de Reggio Emilia 1951 (devant Herman Steiner), Vienne 1951 (mémorial Schlechter, devant Erik Lundin et Ernst Grünfeld), Netanya 1961 (ex æquo avec Matulovic et Trifunovic), Amsterdam 1962 (tournoi IBM, ex æquo avec Tan Hiong Long), Netanya 1965 (devant Matanovic, Gligoric et Kraidman).

Il termina quatrième du tournoi d'échecs de Buenos Aires 1939 remporté par Miguel Najdorf et Paul Keres, puis deuxième du tournoi du club Argentina à Buenos Aires en 1940 et deuxième du tournoi fermé de 1941 (derrière Najdorf), troisième en 1942, deuxième du tournoi de Rosario en 1943. Il finit deuxième du tournoi IBM d'Amsterdam en 1963, deuxième du premier mémorial Rubinstein en 1963.

RecordModifier

En 1953, au tournoi de Mar del Plata, Czerniak fut l'auteur avec Herman Pilnik d'une des plus longues parties d'échecs. La partie dura 191 coups, s'étala sur six séances et 23 heures. Elle se termina par la nulle. La revue d'échecs La Stratégie mentionne une partie de environ 250 coups disputée au XIXe siècle en Australie[2].

Notes et référencesModifier

  1. Edward Brace, An illustrated dictionnary of chess, Hamlyn, 1977, p. 76.
  2. François Le Lionnais et Ernst Maget, Dictionnaire des échecs, Paris, Presses universitaires de France, , 432 p., p. 122-123

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Nouveau Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1710 p. (ISBN 978-2-221-11013-3), p. 809 
  • (en) Harry Golombek (éditeur) The Penguin Encyclopaedia of Chess, Penguin, 1981