Misericordia et misera

Lettre apostolique de François

Misericordia et misera
Blason du pape
Lettre apostolique du pape François
Date
Sujet Lettre conclusive du Jubilé de la miséricorde portant sur quelques dispositions.

Misericordia et misera est une lettre apostolique donnée par le pape François le en la solennité du Christ Roi de l'univers et publiée le lendemain au Vatican.

ContexteModifier

La publication de la lettre est annoncée le par la Salle de presse du Saint-Siège, elle est alors annoncée pour le suivant dans le cadre d'une conférence de presse présidée par Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation[1]. Elle est signée par le pape François à la fin de la messe conclusive du Jubilé de la miséricorde, et est remise à plusieurs personnes « représentantes du peuple de Dieu », dont notamment le cardinal Luis Antonio Tagle[2].

ContenuModifier

[3] Dès le début de la lettre apostolique, le pape cherche à expliquer que ce jubilé de la miséricorde « ne peut être une parenthèse dans la vie de l’Église »[4],[5]. Il veut définir ce que signifie l'« abstraction » définie par le péché intellectuel, celui-ci nous empêchant souvent de pardonner alors que « Au centre, il n’y a pas la loi ni la justice de la loi, mais l’amour de Dieu qui sait lire dans le cœur de chacun ». Il s'appuie notamment sur le récit de Jésus et la femme adultère[4]. S'appuyant ensuite de l'épisode de la femme pécheresse tiré de l'évangile selon Saint-Luc au chapitre Le Repas chez Simon[Note 1], il explique que « Aucun d’entre nous ne peut poser de conditions à la miséricorde »[5].

Dispositions pratiquesModifier

Miséricorde auprès de la FSSPX

Le , dans une lettre adressée au président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation Mgr Rino Fisichella, le pape François a détaillé certaines modalités en complément de la bulle d'indiction Misericordiae vultus, dans laquelle il rendait licite et valide le sacrement de confession donné par les prêtres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X pendant la durée du jubilé[6]. Dans cette nouvelle lettre apostolique Misericoardia et misera, le pape prolonge cette autorisation « jusqu’à ce que soient prises de nouvelles dispositions »[7].

Sacrement de réconciliation et l'avortement

Insistant sur le péché grave que représente l'avortement « parce qu'elle met fin à une vie innocente », le pape décide nonobstant tout chose contraire, d'autoriser tous les prêtres de continuer à avoir la faculté de pardonner dans le sacrement de pénitence et de réconciliation, le péché d'avortement. Cette disposition était à la base limitée sur le temps du jubilé[8].

Journée mondiale des pauvres

[5]

Missionnaires de la miséricorde

[5]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Avviso di Conferenza Stampa, 19.11.2016 », sur press.vatican.va, (consulté le )
  2. Radio Vatican, « "Misericordia et misera", signée et remise au Peuple de Dieu », sur fr.radiovaticana.va, (consulté le )
  3. Nicolas Senèze, « Dans sa lettre apostolique, le pape François proclame « le temps de la miséricorde » », sur la-croix.com, (consulté le )
  4. a et b (en) Gianni Valente, « The Church as it always has been and the disease of abstraction », sur lastampa.it, (consulté le )
  5. a b c et d Christophe Henning, Cécile Picco, « "Misericordia et misera" : un nouveau pas pour la miséricorde », sur pelerin.com, (consulté le )
  6. François, « Lettera del Santo Padre Francesco al Presidente del Pontificio Consiglio per la Promozione della Nuova Evangelizzazione all’approssimarsi del Giubileo Straordinario della Misericordia », sur press.vatican.va, (consulté le )
  7. François 2016
  8. (it) Andrea Tornielli, « “Tutti i preti potranno continuare ad assolvere l’aborto” », sur lastampa.it, (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier