Misericordiae vultus

bulle d'indiction proclamant l'année jubilaire de la Misericorde

Misericordiae vultus
Blason du pape François
Bulle d'indiction du pape François
Date
Sujet Proclamation d'une année jubilaire extraordinaire
Chronologie

Misericordiæ vultus (en français : Le visage de la Miséricorde) est une bulle d'indiction proclamant une année sainte extraordinaire, sous le signe d'un jubilé de la Miséricorde. Ce document a été promulgué le samedi à l'occasion des premières vêpres du dimanche de la divine Miséricorde.

PromulgationModifier

La bulle a été présentée le , à l'occasion des première vêpres du dimanche de la divine miséricorde. Des extraits en ont été lus devant la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre par le régent de la maison pontificale Mgr Leonardo Sapienza en présence du pape François et de nombreux cardinaux et évêques[1]. La bulle a ensuite été remise aux archiprêtres des quatre basiliques majeures, ainsi qu'à des représentants de l’Église des différentes parties du monde[2].

Structure de la bulleModifier

La bulle[3], composée de 25 paragraphes, donne dans les premiers paragraphes des explications théologiques et spirituelles sur la miséricorde et y souligne le « mystère de la miséricorde »:

  • § 1-2 : les raisons d'un jubilé de la miséricorde
  • § 3-5 : les dates de l'année jubilaire
  • § 6-7 : la miséricorde comme qualité propre de Dieu le Père à partir de l'Ancien Testament
  • § 8-9 : Jésus-Christ, visage de la miséricorde du Père par ses œuvres et ses paroles
  • § 10-12 : la miséricorde dans la vie de l’Église et dans son enseignement récent[4]
  • § 13 : la devise du jubilé : Miséricordieux comme le Père
  • § 14 : le pèlerinage, signe de conversion
  • § 15-16 : les œuvres de miséricorde, corporelles et spirituelles : « Redécouvrons les œuvres de miséricorde corporelles : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts. Et n’oublions pas les œuvres de miséricorde spirituelles : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts. »[5]
  • § 17 : pendant le carême de cette année jubilaire, les « 24 heures pour le Seigneur »[6], pour favoriser la pratique de la confession
  • § 18 : les Missionnaires de la miséricorde, prédicateurs et confesseurs envoyés par le Pape
  • § 19 : appel à la conversion, en particulier pour ceux qui sont membres d'une organisation criminelle et ceux qui sont fautifs ou complices de corruption
  • § 20-21 : rapports entre justice et miséricorde
  • § 22 : sens de l'indulgence
  • § 23 : rapport avec le judaïsme, l'Islam et les autres traditions religieuses
  • § 24 : avec Marie, mère de miséricorde et Sainte Faustine Kowalska
  • § 25 : exhortation conclusive

Les dates de l'Année SainteModifier

La Bulle proclame le , jour marquant le 50e anniversaire de la clôture du concile Vatican II comme date d'ouverture de l'Année Sainte car, selon François, « l’Église ressent le besoin de garder vivant cet événement. »[7]. la clôture de l'année sainte est prévue au [8]

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Radio Vatican, « Une bulle, pour formaliser l'annonce du Jubilé de la Miséricorde », sur fr.radiovaticana.va, (consulté le 10 avril 2015)
  2. La Croix, « Une Année de miséricorde pour « changer de vie » », sur www.la-croix.com, (consulté le 12 avril 2015)
  3. « Misericordiæ Vultus », sur vatican.va (consulté le 13 mai 2017)
  4. En particulier dans l'enseignement de Saint Jean-Paul II, « Dives in Misericordia », sur vatican.va (consulté le 13 mai 2017), § 13 et 15
  5. Misericordiæ vultus § 15
  6. « L’initiative appelée « 24 heures pour le Seigneur » du vendredi et samedi qui précèdent le IVème dimanche de Carême doit monter en puissance dans les diocèses. Tant de personnes se sont de nouveau approchées du sacrement de Réconciliation, et parmi elles de nombreux jeunes, qui retrouvent ainsi le chemin pour revenir au Seigneur, pour vivre un moment de prière intense, et redécouvrir le sens de leur vie. Avec conviction, remettons au centre le sacrement de la Réconciliation, puisqu’il donne à toucher de nos mains la grandeur de la miséricorde. Pour chaque pénitent, ce sera une source d’une véritable paix intérieure. »
  7. Misericordiæ vultus § 4
  8. Misericordiæ vultus § 5