Milorad Dodik

personnalité politique bosnien

Milorad Dodik
Illustration.
Milorad Dodik en mai 2016.
Fonctions
Président du collège présidentiel
de Bosnie-Herzégovine

(8 mois)
Président du Conseil Zoran Tegeltija
Prédécesseur Šefik Džaferović
Successeur Željko Komšić

(8 mois)
Président du Conseil Denis Zvizdić
Prédécesseur Bakir Izetbegović
Successeur Željko Komšić
Membre serbe du collège présidentiel de Bosnie-Herzégovine
En fonction depuis le
(2 ans et 10 mois)
Élection 7 octobre 2018
Prédécesseur Mladen Ivanić
Président de la République serbe de Bosnie

(8 ans et 5 jours)
Élection 3 octobre 2010
Réélection 12 octobre 2014
Président du gouvernement Anton Kasipović
Aleksandar Džombić
Željka Cvijanović
Prédécesseur Rajko Kuzmanović
Successeur Željka Cvijanović
Président du gouvernement de la République serbe de Bosnie

(4 ans, 8 mois et 18 jours)
Président Milan Jelić
Igor Radojičić (intérim)
Rajko Kuzmanović
Prédécesseur Pero Bukejlović
Successeur Anton Kasipović (intérim)
Aleksandar Džombić

(2 ans, 11 mois et 16 jours)
Président Nikola Poplašen
Mirko Šarović
Prédécesseur Gojko Kličković
Successeur Mladen Ivanić
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Laktaši, RS de Bosnie-Herzégovine (RFPY)
Nationalité bosnienne
Parti politique SNSD
Diplômé de université de Belgrade

Milorad Dodik Milorad Dodik
Présidents du gouvernement de la République serbe de Bosnie
Présidents de la République serbe de Bosnie
Chefs d'État bosniens

Milorad Dodik (en serbe cyrillique : Милорад Додик), né le à Laktaši, est un homme politique bosnien, membre et président de l'Alliance des sociaux-démocrates indépendants (SNSD). Il est président de la République serbe de Bosnie de 2010 à 2018 et membre de la présidence de la Bosnie-Herzégovine depuis 2018.

BiographieModifier

FormationModifier

Il est diplômé de l'institut politique de Belgrade.

Vie politiqueModifier

Deux fois président du gouvernementModifier

Le , il devient président du gouvernement, poste qu'il conserve jusqu'au .

Après les élections législatives du 1er octobre 2006, au cours desquelles la SNSD remporte 44,95 % des voix et 41 députés sur 83 à l'Assemblée nationale, il retrouve les fonctions de président du gouvernement.

Président de la RépubliqueModifier

À l'occasion de l'élection présidentielle du 3 octobre 2010, Milorad Dodik est élu président de la République dès le premier tour. Il remporte en effet 50,52 % des voix devant Ognjen Tadić, candidat du Parti démocratique serbe (SDS). Le même jour, son parti conserve la majorité relative à l'Assemblée.

Il prend ses fonctions le , étant remplacé à la présidence du gouvernement par Anton Kasipović, à titre provisoire. Le , il désigne Aleksandar Džombić, membre de la SNSD, en tant que nouveau chef du gouvernement. Le , il le remplace par Željka Cvijanović, qui devient la première femme présidente du gouvernement de la République serbe de Bosnie. Il est réélu le pour un deuxième mandat de quatre ans.

Membre de la présidence collégialeModifier

Le , il est élu représentant serbe à la présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine et prend ses fonctions, avec ses collègues bosniaque et croate, le suivant. Il assure les fonctions de président pour les huit premiers mois du mandat de quatre ans et de nouveau de novembre 2020 à juillet 2021.

Opinions politiquesModifier

Militant ethno-nationaliste, il poursuit une version "soft" de la politique de nettoyage ethnique de Radovan Karadzic en promouvant une atmosphère hostile au non-serbes se traduisant par le négationnisme, la glorification des criminels de guerre, les insultes des victimes du nettoyage ethnique, le négationnisme dans les manuels scolaires, etc.

Il menace régulièrement d'organiser un référendum à chaque fois que le statu quo du nettoyage ethnique est menacé.

Icône voléeModifier

Le 14 décembre 2020, Milorad Dodik a offert une icône volée à Sergueï Lavrov créant un scandale diplomatique entre la Russie, la Bosnie et l'Ukraine[1].

NégationismeModifier

Milorad Dodik est un négationiste régulier du génocide de Srebrenica qu'il qualifie de "mythe".

La citation au complet: "Tout peuple a besoin d'un mythe, or les Bosniaques n'avaient pas de mythes. Ils essaient de bâtir le mythe de Srebrenica. C'est un faux mythe, ce mythe n'existe pas."[2]

Il est un grand admirateur de Ratko Mladic qu'il qualifie de "légende". [3] Il a été témoin de Radovan Karadzic lors de son procès au TPIY. En 2016, il a inauguré un dortoir d'étudiants portant le nom de Radovan Karadzic à Pale, la ville natale de ce dernier.[4]

Il a également fait retirer le génocide de Srebrenica des manuels scolaires serbes de Bosnie.[5]

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier