Miklós Garai II

personnalité politique hongroise

Nicolas II Garaï (appelé indifféremment Nicolas de Gorjani ou Miklós II ; né vers[1] 1367 – mort en décembre 1433) était un puissant baron de Hongrie, qui exerça les charges de palatin de Hongrie de 1402 à 1433, et de vice-roi de Macsó, d'Usora, de , de Slavonie, de Croatie et Dalmatie. Il était également suzerain de Braničevo, Syrmie, Bačka, Banat et Baranya. Avec son allié Stibor de Stiboricz (en), il fut trente ans durant l'un des plus riches et plus puissants seigneurs de Hongrie, et administrait de fait la Hongrie au nom du roi Sigismond, qui en 1416 lui accorda le droit de frapper son blason de l'Ordre du Dragon et de l'Ordre du Ruban.

Nicholas II Garay
Image dans Infobox.
Armoiries accordées le 26 mars 1416 par Charles VI de France à Nicolas II Garaï.
Fonctions
Ban de Croatie (en)
Ban
Usora
Ban
Soli (en)
Ban
Banat de Mačva
Palatin de Hongrie
Banovina of Slavonia (en)
Titre de noblesse
Ban
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Famille
Père
Mère
N. of Nevna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
János Garai (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Teodora Lazarević (d)
Anne de Cilley (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Ladislaus II Garai (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
László Kanizsai (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata

Il eut pour première épouse Théodora de Serbie, fille du prince Lazare de Serbie, puis en 1405, il épousa Anne de Cilley, sœur de la reine Barbe de Cilley, devenant par là membre de la famille royale. Sa petite-fille Anne fut fiancée à Matthias Corvin.

Sa jeunesseModifier

Nicolas était le fils de Miklós Garai[2],[3], fondateur d'une dynastie de féodaux influents, qui servit Louis Ier de Hongrie[2]. Son père arrangea ses fiançailles avec Hélène, une des filles de Lazare de Serbie[4].

Nicolas assista le 25 juillet 1386 à la mort de son père lors du combat qui l'opposait à Jean de Horvát et Jean de Palisna près de leur château de Gara (l'actuelle Gorjani en Croatie[2],[5]). Horvát et Palisna, partisans de Ladislas Ier de Naples, s'étaient rebellés contre la princesse héritière Marie[6]. Nicolas devint désormais l'un des plus fermes appuis de l'époux de Marie, Sigismond de Luxembourg, qui devint roi de Hongrie le 31 mars 1387[2],[7].

Ascension politiqueModifier

Ban de MacsóModifier

Sigismond confia à Nicolas la charge de ban (ou gouverneur) de Macsó (l'actuelle Mačva en Serbie[8]), titre qui confiait traditionnellement autorité sur les comitats voisins de Bács, Baranya, Bodrog, de Syrmie et de Valkó[9]. Il renforça de ses chevaliers l'armée d'Étienne Losonci, ban de Szörény, qui mit en déroute Jean de Horvát dans les environs de Cserög, rétablissant ainsi l'autorité royale en Serbie [10]. En 1387, Nicolas fut nommé ispán du comitat de Verőce[8],[11]. Selon une charte royale de 1410, il rallia Lazare de Serbie à la cause de Sigismond en 1389[12].

Ses terres, qui s'étendaient le long des marches méridionales du Royaume de Hongrie, étaient la proie d'incessantes incursions des Ottomans : aussi Nicolas chercha-t-il à se rendre maître de fiefs plus reculés[13] : à sa demande, Sigismond échangea avec Nicolas Zámbó[14] les terres de Pápa ainsi que la forteresse de Somló en Transdanubie contre les fiefs des marches en 1389. Puis il persuada le roi de lui échanger ces deux domaines contre le château d'Ivankovo[13],[15] ; mais les échecs répétés de Nicolas dans la défense des frontières méridionales poussèrent le roi à le remplacer par Losonci[11] en 1390. Il retrouva toutefois les faveurs de la cour[11] dès 1393, et fut envoyé en mission en Croatie et Dalmatie l'année suivante[11],[16].

Ban de Croatie, de Dalmatie et de SlavonieModifier

D'après un décret royal de décembre 1394, Nicolas ne bénéficia d'abord que formellement du titre de ban de Croatie et Dalmatie[17]. L'historien Stanko Andrić suppose[17] que c'est à la suite de la campagne victorieuse en Bosnie en juillet 1394 que le roi l'aurait promu. À la fin de l'automne, Nicolas mit en déroute le gouverneur de Ladislas pour ces deux provinces[17], Hrvoje Vukčić Hrvatinić. Au terme de cette victoire, les bourgeois de Split l’élurent seigneur protecteur de leur ville[18].

Nicolas dut ensuite rejoindre l'armée royale pour envahir la Valachie[18] en juillet 1395[19]. Au cours de la retraite qui s'ensuivit, il commandait l'arrière-garde avec Pierre Perényi[11]. Il demeura ensuite de longs mois sur ses terres avant de revenir en Croatie[18]. Il présida en juillet 1396 le sabor de Croatie aux côtés de l'évêque de Zagreb, Jean Szepesi[18].

Nicolas accompagna de nouveau Sigismond pour affronter les Ottomans[11], mais leur croisade tourna court après la défaite de Nicopolis[19] (25 septembre 1396) ; Nicolas fut l'un des rares généraux qui parvinrent à échapper au massacre[18]. Mais la défaite de roi indigna l'intendant Étienne II Lackfi, que Sigismond avait chargé d'administrer la Hongrie durant la campagne militaire[20] : avec son neveu, il offrit ses services au prétendant Ladislas de Naples[21],[22].

Nicolas couvrit la retraite du roi avec les débris de l'armée hongroise[21] : ils débarquèrent à Split, sur la côte dalmate[21], le 21 décembre 1396. D'emblée, les bourgeois renouvelèrent leur appui au « comte » Nicolas[23]. Alors le roi parvint, avec l'appui de Nicolas, à mater les partisans de Ladislas de Naples dans les autres villes de Dalmatie, puis il marcha sur Križevci[21]. Par une ruse, les Lackfis furent attirés dans cette ville, où l'on s'empara d'eux pour les exécuter[21],[18] le . Selon László Markó, Nicolas et Hermann de Celje les auraient attirés en Slavonie[11], mais Elemér Mályusz, estimant que le déroulement de cette purge est mal documentée, suggère que l'instigateur de cette ruse serait l'archevêque d'Esztergom, János Kanizsai[13]. Toujours est-il qu'après les purges de Križevci, Sigismond éleva Nicolas au rang de « ban de Slavonie[24],[25]. »

Au mois de mai suivant, Sigismond lui accorda les terres d'Osor et de Cres en Dalmatie[26], confisquées à Janos Szerecsen et ses fils, qui ne payaient plus l'impôt régional depuis des années[26]. Sigismond tint une diète à Temesvár où il promulgua diverses mesures destinées à renforcer les marches méridionales de Hongrie[27]. Le 2 novembre, il confirma officiellement l'octroi des banats de Dalmatie, de Croatie et de Slavonie avec toutes leurs dépendances et bailliages aux frères Nicolas et Janos Garaï jusqu'à leur mort[18],[28].

Sigismond l'éleva enfin au rang de Palatin de Hongrie au mois de septembre 1402[11].

AscendanceModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Stepan Dorozsma
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Andres Garaï
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Miklós Garai
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Serfesd Nevnaï
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ladislas Nevnaï
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N. Nevnai
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gregory Kórógyi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yolande Kórógyi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nicolas II Garaï
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Notes et référencesModifier

  1. L'année de sa naissance est incertaine : selon , il serait né entre la fin des années 1350 et le milieu des années 1360.
  2. a b c et d Markó 2000, p. 219.
  3. Árvai 2013, p. 104.
  4. Árvai 2013, p. 106.
  5. Mályusz 1984, p. 19.
  6. Mályusz 1984, p. 17.
  7. Fine 1994, p. 397.
  8. a et b Engel 1996, p. 28.
  9. Engel 1996, p. 27.
  10. Markó 2000, p. 219-220.
  11. a b c d e f g et h Markó 2000, p. 220.
  12. Árvai 2013, p. 106-107.
  13. a b et c Mályusz 1984, p. 36.
  14. Mályusz 1984, p. 35.
  15. Engel 1996, p. 414.
  16. Engel 1996, p. 29.
  17. a b et c Andrić 2015, p. 484, 546.
  18. a b c d e f et g Andrić 2015, p. 485, 547.
  19. a et b Engel 2001, p. 203.
  20. Mályusz 1984, p. 36-37.
  21. a b c d et e Mályusz 1984, p. 37.
  22. Engel 2001, p. 204.
  23. C. Tóth 2015, p. 496, 549.
  24. Andrić 2015, p. 485-486, 548.
  25. C. Tóth 2015, p. 493-494, 548.
  26. a et b C. Tóth 2015, p. 497, 550.
  27. Engel 2001, p. 205.
  28. C. Tóth 2015, p. 493, 555.

Erreur de référence : La balise <ref> définie dans <references> a un attribut de groupe «  » qui ne figure pas dans le texte précédent.

  • (hu + hr) Stanko Andrić, Pál Fodor, Dénes Sokcsevits, Jasna Turkalj et Damir Karbić, Étapes de la cohabitation croato-hongroise : Institutions, Société, Économie et Culture] [« A horvát-magyar együttélés fordulópontjai: Intézmények, társadalom, gazdaság, kultúra / Prekretnice u suživotu Hrvata i Mađara: Ustanove, društvo, gospodarstvo i kultura »], MTA Bölcsészettudományi Kutatóközpont Történettudományi Intézet, Hrvatski institut za povijest, , 481–492, 543–554 p. (ISBN 978-963-416-019-9), « La maison de Garaï au sein du Royaume de Croatie] »
  • (hu) Tünde Árvai, Tamás Fedeles, Márta Font et Gergely Kiss, Kor-Szak-Határ, Pécsi Tudományegyetem, (ISBN 978-963-642-518-0), « Le rôle des mariages dans l'ascension des Garaï] », p. 103–118
  • (hu) Tünde Árvai, Attila Bárány et László Pósán, "Causa unionis, causa fidei, causa reformationis in capite et membris". Tanulmányok a konstanzi zsinat 600. évfordulója alkalmából, Print-Art, , 316–327 p. (ISBN 978-963-89963-3-6), « „magnus comes de Hungaria”: le Palatin Nicolas Garaï et l'Europe de l'ouest »
  • (hu + hr) Norbert C. Tóth, Pál Fodor, Dénes Sokcsevits, Jasna Turkalj et Damir Karbić, Grandes étapes de la cohabitation croato-hongroise: Institutions, Société, Économie et Culture [« A horvát-magyar együttélés fordulópontjai: Intézmények, társadalom, gazdaság, kultúra / Prekretnice u suživotu Hrvata i Mađara: Ustanove, društvo, gospodarstvo i kultura »], MTA Bölcsészettudományi Kutatóközpont Történettudományi Intézet, Hrvatski institut za povijest, , 493–503, 555–564 p. (ISBN 978-963-416-019-9), « Le problème de l'hérédité du banat de Nicolas Garai: Les possessions des Garaï en Dalmatie à la fin du XIVe siècle »
  • (hu) Pál Engel, Archontologie séculière de Hongrie [« Magyarország világi archontológiája »], vol. I : 1301–1457, História, MTA Történettudományi Intézete, (ISBN 963-8312-44-0)
  • Pál Engel, The Realm of St Stephen: A History of Medieval Hungary, 895–1526, I.B. Tauris Publishers, (ISBN 1-86064-061-3)
  • John van Antwerp Fine, The Late Medieval Balkans: A Critical Survey from the Late Twelfth Century to the Ottoman Conquest, The University of Michigan Press, (ISBN 0-472-08260-4)
  • (hu) Erik Fügedi, Uram, királyom..., Fekete Sas Kiadó, (ISBN 963935264-0)
  • (hu) Elemér Mályusz, Le règne de Sigismond en Hongrie, 1387-1437 [« Zsigmond király uralma Magyarországon, 1387-1437 »], Gondolat, (ISBN 963-281-414-2)
  • (hu) László Markó, Encyclopédie biographique des Officiers de la Couronne de Hongrie, du roi Etienne à nos jours [« A magyar állam főméltóságai Szent Istvántól napjainkig: Életrajzi Lexikon »], Magyar Könyvklub, (ISBN 963-547-085-1)

Liens externesModifier