Ouvrir le menu principal
Michele Cammarano
Cammarano-self portrait.jpg
Autoportrait
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
NaplesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité

Michele Cammarano (né à Naples le 25 février 1835 et mort dans la même ville le 15 septembre 1920) est un peintre italien qui est surtout connu pour ses scènes de bataille.

BiographieModifier

Michele Cammarano est issu d'une famille d'artiste. Son grand-père Giuseppe est un peintre  et son père Salvadore  librettiste de Giuseppe Verdi. Il s'inscrit à l'Accademia di belle arti di Napoli en 1853[1]. Par la suite il a étudié avec Gabriele Smargiassi, Giuseppe Mancinelli et les frères  Palizzi  (Filippo et Giuseppe), peintres de style Naturalistes [2]. Il a eu sa première exposition en 1855 au "Real Museo Borbonico".

En 1860,  fasciné par Giuseppe Garibaldi il s'engage dans la Guardia Nazionale pour aider à éliminer le brigantaggio; une étape majeure de la réunification de l'Italie. Ses expériences a une influence décisive sur sa carrière artistique. Un bref séjour à Florence, après son service, l'a amené au contact avec les Macchiaioli. En 1863, l'une de ses peintures a été achetée par le Roi Victor-Emmanuel II[3].

En 1865, il s'installe à Rome puis, en 1867, à Venise. En 1870, son admiration pour Gustave Courbet l'a conduit à Paris et découvre les œuvres de Théodore Géricault[1].

En 1888, le gouvernement italien lui commande une toile monumentale représentant la Bataille de Dogali (1887). Il se rend  à Massaoua pour inspecter le lieu de bataille et y reste près de cinq ans pour achever la peinture. Là, il a également créé des paysages et des portraits de la population locale[1].

En 1900, il est désigné pour succéder à son ancien professeur, Filippo Palizzi, Professeur à l'Institut de Naples. Après cela, sa productivité baisse; bien qu'il ait fait quelques voyages en Sicile pour peindre des paysages. Une rue de Naples a été nommé en son honneur[1].

Une sélection des peinturesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Biography from the Encyclopédie Treccani.
  2. Brief biography @ the Galleria Recta.
  3. Brief biography @ Libero.

BibliographieModifier

  • (it) Franco Girosi, Michele Cammarano (#54 de la série L Arte per Tutti), Istituto Nazionale LUCE., 1934
  • (it) Michele Biancale, Michele Cammarano, Arti Grafiche Bertarelli, 1936
  • (it) Paolo Ricci, Michele Cammarano, catalogue de l'Exposition, Società Promotrice di Belle Arti, Salvator Rosa, 1959

Articles connexesModifier

Liens externesModifier