Michael Lorenz

musicologue autrichien

Michael Lorenz (Vienne, ) est un musicologue, professeur de musique, historien des Alpes et photographe autrichien, connu pour ses recherches sur Mozart et son travail d'archives combinant l'histoire de la musique et recherches généalogiques.

Michael Lorenz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Musicologue, historien de la musique, compositeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web

BiographieModifier

Lorenz étudie le violoncelle et le hautbois à l'université de musique de Vienne, où il obtient son diplôme en 1990 et la musicologie à l'université de Vienne où il passe son doctorat en 2001. De 2001 à 2005, il est président de l'Institut international Franz Schubert. Lorenz a reçu des subventions de la Fondation du Jubilé de la Banque nationale d'Autriche, du fonds autrichien des sciences (Fonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung) et du trust  Music & Letters. Après avoir travaillé avec la Fondation Esterházy, il effectue des recherches grâce à une subvention de la Fondation du Jubilé de la ville de Vienne. En 2014, il travaille comme chargé de cours à l'institut de musicologie à l'université de Vienne.

Lorenz a publié de nombreux ouvrages sur Mozart, Ludwig van Beethoven, Haydn et Franz Schubert. Il est l'auteur d'articles biographiques pour les encyclopédies anglaises et allemandes suivantes :

ÉcritsModifier

  • 1997 « Franz Jakob Freystädtler. Neue Forschungsergebnisse zu seiner Biographie und seinen Spuren im Werk Mozarts », Acta Mozartiana, 44, vol. 3–4 (décembre), p. 85–108.
  • 1999 « Schuberts Freund Dr. Bernhard. Eine Neubewertung der Quellen », Schubert durch die Brille 23 (Tutzing: Schneider), p. 3–64.
  • 1999 « 'Viele glaubten und glauben noch, absichtlich.' – Der Tod der Ludovica Siboni », Schubert durch die Brille 23 (Tutzing: Schneider), p. 47–74.
  • 2000 « Karl Enderes. Eine biographische Studie », Schubert durch die Brille 24 (Tutzing: Schneider), p. 31–80.
  • 2000 « Genealogische Anmerkungen zu Joseph von Gahy », Schubert durch die Brille 24 (Tutzing: Schneider), p. 19–26.
  • 2000 « Mozarts Haftungserklärung für Freystädtler. Eine Chronologie », Mozart-Jahrbuch 1998 (Kassel: Bärenreiter), p. 1–19.
  • 2000 « Gottfried Ignaz von Ployers Haus in Döbling. Eine vergessene Mozartstätte », Acta Mozartiana, 47, vol. 1–2 (juin), p. 11–24.
  • 2000 « Dokumente zur Biographie Johann Mayrhofers », Schubert durch die Brille 25 (Tutzing: Schneider), p. 21–50.
  • 2001 « Baronin Droßdik und die verschneyten Nachtigallen. Biographische Anmerkungen zu einem Schubert-Dokument », Schubert durch die Brille 26 (Tutzing: Schneider), p. 47–88.
  • 2001 Studien zum Schubert-Kreis, thèse de doctorat, université de Vienne, 2001 (édition augmentée et révisée pour la publication en 2011).
  • 2002 « Mehrere Bernhards. Die Lösung des Dr. J. Bernhard-Rätsels », Schubert durch die Brille 28 (Tutzing: Schneider), p. 101–50.
  • 2003 « Die Familie Schober und ihr genealogisches Umfeld », Schubert durch die Brille 30 (Tutzing: Schneider), p. 129–192 (avec la généalogie de Schober).
  • 2006 « New and Old Documents Concerning Mozart's Students Barbara Ployer and Josepha Auernhammer », Eighteenth-Century Music, vol. 3, No. 2, (Cambridge University Press), p. 311–322.
  • 2005 « The Jenamy Concerto », Newsletter of the Mozart Society of America, vol. IX, No. 1 (janvier), p. 1–3.
  • 2006 « Behind the Wunder: Wolfgang Amadeus Mozart and His Relevance Today » Austria Culture, magazine en ligne du forum culturel autrichien de New York, janvier – (www.acfny.org).
  • 2006 « 'Mademoiselle Jeunehomme.' Zur Lösung eines Mozart-Rätsels », Mozart Experiment Aufklärung. Essai pour l'exposition Mozart 2006 (Ostfildern: Hatje Cantz Verlag, Da Ponte-Institut, 2006), p. 423–429.
  • 2007 « Commentary on Wawruch's Report: Biographies of Andreas Wawruch and Johann Seibert, Schindler's Responses to Wawruch's Report, and Beethoven's Medical Condition and Alcohol Consumption », The Beethoven Journal, Winter 2007, Vol. 22, No 2 (San Jose: The Ira Brilliant Center for Beethoven Studies, 2007), p. 92–100.
  • 2008 « New Archival Documentation on the Theater auf der Wieden and Emanuel Schikaneder », Wolfgang Amadeus Mozart: Die Zauberflöte: sources – interprétations, Henri van Hulst éd. (Brusselles, Peter Lang, 2008).
  • 2008 « Süßmayr und die Lichterputzer: von gefundenen und erfundenen Quellen », Mozart-Jahrbuch 2006 (Cassel, Bärenreiter, 2008), p. 425–438.
  • 2008 « Neue Forschungsergebnisse zum Theater auf der Wieden und Emanuel Schikaneder », Wiener Geschichtsblätter, 4/2008 (Vienne, Verein für Geschichte der Stadt Wien, 2008), p. 15–36.
  • 2008 « Wolfgang Amadeus Mozart. Klavierkonzert Es-Dur, KV 271, 'Jenamy-Konzert' » (notes du programme de concert d'Alfred Brendel au Musikverein de Vienne le ), saison 2008/2009 de l'Orchestre philharmonique de Vienne, p. 120–122.
  • 2009 « Mozart's Apartment on the Alsergrund », publication sur le web, le  ; impression dans la Newsletter of the Mozart Society of America, Vol. XIV, No. 2 ().
  • 2009 « Mozarts Sterbehaus: Einige notwendige Anmerkungen », Acta Mozartiana, 56, vol. 2 (), p. 187–190.
  • 2010 « Mozart's Last Residence: A Few Necessary Comments », version anglaise de l'article précédent, publié sur le web le .
  • 2010 « Einige Korrekturen und Ergänzungen zu Klaus Martin Kopitz' Aufsatz 'Anmerkungen und Korrekturen zu Haydns Wiener Wohnungen' », publication sur le web le .
  • 2011 « 'Die enttarnte Elise'. Die kurze Karriere der Elisabeth Röckel als Beethovens 'Elise' », Bonner Beethoven-Studien, Vol. 9 (Bonn, Beethoven-Haus), p. 169–190.
  • 2011 « Mozarts Patenkind », Acta Mozartiana, 58, vol. 1 (juin), p. 57–70.
  • 2011 « Familie Trampusch – geliebt und totgeschwiegen », Jahrbuch des Vereins für Geschichte der Stadt Wien, Vol. 62/63, 2006/2007 (Vienne, Verein für Geschichte der Stadt Wien), p. 135–149.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Michael Lorenz (musicologist) » (voir la liste des auteurs).

Liens externesModifier